LIFE Aigle de Bonelli

 

Problématique en Espagne

La Péninsule Ibérique accueille un total de 733 à 768 couples; une bonne densité persiste dans le sud et l’est, elle est beaucoup plus faible en d’autres régions comme Madrid, l’Alava et la Navarre.
L’Andalousie, avec la Communauté Valencienne, Murcie et peut-être Tolède, Ciudad Real et Badajoz, sont les seules populations d’aigles de Bonelli que l’on peut considérer comme stables en Espagne. Tandis que dans les régions du centre et du nord : Aragon, Navarre, Pays Basque, Castille-y-Leon, nord de Castilla-la-Mancha et Madrid, l’espèce pourrait disparaître en quelques décennies si la tendance négative actuelle continue, ajoutée à des valeurs très basses des paramètres reproducteurs.

Objectifs du LIFE Bonelli

L’objectif est de donner une impulsion à la population espagnole d’Aigle de Bonelli (Aquila fasciata) au moyen de programmes de renforcement des noyaux de population de Madrid, Alava et Navarre, et de sa réintroduction à Mayorque, où il s’est éteint au cours du siècle dernier.
Le LIFE Bonelli est un projet à long terme, innovateur et attrayant ; jamais auparavant n’avait été réalisée la réintroduction de cette espèce à grande échelle, en intégrant diverses Communautés autonomes espagnoles.
Document de présentation : Plaquette de présentation du LIFE Bonelli en Français

Actions du LIFE Bonelli

Entre 2010 et 2012 ont été mises en places diverses actions préalables au projet LIFE BONELLI : Sur cette période, aussi bien dans la région de Madrid qu’en Navarre et aux Baléares ont été libérés des individus provenant d’élevages en captivité (GREFA, UFCS-LPO), récupérés au nid ou dans les Centres de Soins (Catalogne, Communauté Valencienne et Andalousie). Les résultats ont été très encourageants et la collaboration entre les différentes Communautés a été très satisfaisante. Cette phase expérimentale préliminaire a incité les équipes à élaborer de façon plus formelle un projet qui considère la population espagnole d’Aigles de Bonelli dans son ensemble, en tenant compte du fait que les différents noyaux de populations de l’espèce se comportent comme les éléments d’une métapopulation, avec des échanges d’individus entre eux.

Les actions programmées entre 2013 et 2017 dans le cadre du LIFE BONELLI sont les suivantes :

  • Libération de poussins provenant d’élevages en captivité, récupérés dans la nature, ainsi que d’individus réhabilités dans des Centres de Soins.
  • Restauration d’habitats pour l’espèce.
  • Actions pour minimiser les risques que représentent les lignes électriques.
  • Sensibilisation des publics.

Partenaires du LIFE Bonelli

Le LIFE Bonelli (LIFE12 NAT/ES/000701) est un projet financé par l'Union Européenne. L’équipe mobilisée pour la mise en œuvre du LIFE+ Nature n° LIFE12 NAT/ES/000701 comprend une structure coordinatrice : GESTIÓN AMBIENTAL DE NAVARRA, S.A. (Acronyme : GAN) qui est un organisme public du gouvernement de Navarre. Cet intervenant occupe le rôle de bénéficiaire coordinateur qui dispose de l’appui de 6 bénéficiaires associés (dont la LPO) chargés du déploiement du programme d’actions. Le bénéficiaire coordinateur assure, vis-à-vis de la Commission Européenne, la responsabilité légale et financière du programme. Pour le LIFE+ Nature n° LIFE12 NAT/ES/000701, il est l’unique référent de la Commission Européenne et doit contribuer techniquement et financièrement au projet.
Les bénéficiaires associés par leur niveau de compétence et leur contribution technique et financière participent au financement du projet et en garantissent sa réalisation.
Les 6 bénéficiaires associés sont :

  • GESTIÓN AMBIENTAL DE NAVARRA, S.A. – GAN
  • CONSEJERÍA DE AGRICULTURA, PESCA Y MEDIO AMBIENTE – ANDALUCIA
  • CONSEJERIA DE MEDIO AMBIENTE Y ORDENACION DEL TERRITORIO – CAM
  • CONSORCI PER LA RECUPERACIÓ DE LA FAUNA DE LES ILLES BALEARS – COFIB
  • DIPUTACIÓN FORAL DE ÁLAVA – ARABAKO FORU ALDUNDIA – DFA-AFA
  • LIGUE POUR LA PROTECTION DES OISEAUX – LPO
  • GRUPO DE REHABILITACION DE LA FAUNA AUTOCTONA Y SU HABITAT – GREFA

 

 

Résultats du LIFE Bonelli

Origine des individus libérés

De 2014 à 2016, 68 Aigles de Bonelli ont été libérés dans le cadre du LIFE Bonelli (Tab.1). 34 étaient des poussins nés en captivité (20 de l’UFCS-LPO Vendée, 11 du GREFA, 3 de l’UFCS Ardèche) ; 18 étaient des poussins d’origine sauvage, prélevés au nid en Andalousie ; 6 étaient des individus d’origine sauvage ayant transité par un centre de soin, nommés « individus récupérés » et 10 étaient des poussins provenant d’opération de sauvetage de nichées dans le milieu naturel, nommés « individus sauvés ». Les deux centres d’élevage français ont fourni 34% des individus libérés durant le LIFE Bonelli, permettant ainsi de réduire l’importance des prélèvements dans le milieu naturel.

Libération des aiglons et des « aigles récupérés »

Ces aigles ont tous été libérés dans quatre régions différentes : 26 dans la région de Madrid, 23 sur l’île de Majorque, 15 en Navarre et 4 en Alava. La méthode de libération est celle du taquet : les poussins sont nourris sur le site jusqu’à l’envol. Ils prennent progressivement leur indépendance, avec l’apprentissage du vol et de la chasse. Les individus « récupérés » sont principalement libérés sur l’île de Majorque afin d’éviter leur dispersion et leur retour sur leur site d’origine.

Suivis des individus libérés

Méthode

L’ensemble des Aigles de Bonelli libérés dans le cadre du programme LIFE Bonelli ont été bagués et ont été équipés de balises GPS. De plus, des adultes et des aiglons sauvages ont été équipés de balises GPS dans les régions d’Andalousie, de Madrid…ainsi que les aiglons nés à Majorque, issus du programme de réintroduction. Ces balises permettent de connaître le devenir des oiseaux, leur adaptation au milieu naturel, leur dispersion, leur reproduction… mais aussi, leur décès ainsi que sa cause (Tab.1). Les bagues métal et PVC permettent d’obtenir éventuellement des nouvelles de l’individu en cas de défaillance de la balise GPS.

Historique de vie des individus libérés ou équipés

1. La dispersion juvénile en 2016 (Source: GREFA)

Les balises GPS posées dans le cadre du LIFE Bonelli sur les aiglons, qu’ils soient libérés ou sauvages, apportent des informations nouvelles sur la dispersion de l’espèce. Le GREFA a ainsi tracé la carte de dispersion de onze aiglons équipés au printemps 2016.

  • Les 5 individus libérés dans la Communauté de Madrid se sont principalement dispersés dans la partie nord de la péninsule ibérique (traits vert sombre, jaune vif, bleu vif & orange vif), bien que l'un d'eux (trait rose) ait exploré une grande partie du sud de la péninsule après avoir parcouru la Castille et le Léon.
  • Les 2 individus, marqués au nid, dans le centre de la péninsule ont choisi des zones différentes de dispersion : le premier (trait vert clair) se trouve Castille et Léon et le second (trait bleu ciel) a rejoint la province de Tolède.
  • Les 4 individus, marqués au nid en Andalousie n'ont pas quitté cette communauté autonome (traits blanc, jaune clair, orange clair, bleu clair).

2. Historiques de vie des individus originaires des deux centres d’élevage français

En octobre 2016, sur un total de 23 aiglons libérés originaires des deux centres d’élevage français, 11 sont toujours vivants. Cette importante diminution est due à la forte mortalité observée chez cette espèce durant les phases juvénile et immature. Nous proposons ci-dessous une fiche par individu qui retrace l’historique de vie de ces 23 Aigles de Bonelli. Pour l’instant, aucun de ces individus n’a eu l’opportunité de tenter une reproduction dans le milieu naturel.

Vous pouvez consulter l’historique de vie de chaque individu, en suivant les liens suivants classés par ordre chronologique :

  • Zahara (2014 - Ardèche - disparu en Mauritanie)
  • Verdun (2015 – Vendée)
  • Argonne (2015 – Vendée – mort électrocuté)
  • Yser (2015 - Vendée)
  • Albali (2015 – Ardèche - recapturé)
  • Marne (2015 – Vendée - mort)
  • Flandres (2015 – Vendée – mort prédaté)
  • Artois (2015 – Vendée – mort prédaté par Aigle royal)
  • Ardennes (2015 - Vendée - mort)
  • Craonne (2015 - Vendée)
  • Otéo (2015 – Ardèche – mort électrocuté)
  • Soila (2015 - Vendée)
  • Javie (2016 - Vendée)
  • Lans (2016 - Vendée)
  • Thorens (2016 – Vendée - recapturé)
  • France (2016 – Vendée – mort électrocuté)
  • Finisterre (2016 – Vendée – mort électrocuté)
  • Archianne (2016 - Vendée)
  • Vercors (2016 – Vendée - mort)
  • Arrangoiti (2016 - Vendée)
  • Irumberri (2016 - Vendée)
  • Ibarra (2016 - Vendée)
  • Korres (2016 – Vendée - mort électrocuté)

3. Reproduction (D’après les observations diffusées sur le site http://www.lifebonelli.org)

a- Île de Majorque

En 2014, après 45 ans d’absence, l’Aigle de Bonelli s’est reproduit à nouveau sur l’île de Majorque !

Année 2014: Il s’agit du premier cas de reproduction du LIFE Bonelli. Le mâle « Vent », d'origine andalouse, libéré poussin en 2011, et la femelle « Bel », cédée par le Generalitat de Catalunya, libérée à l’âge de deux ans en 2012, se sont rencontrés pour la première fois en janvier 2013 et sont depuis restés ensembles. Ce couple a visité trois sites avant de choisir le site où ils se sont définitivement installés, à partir de la mi-février 2013. Ce site est proche des secteurs de libération des deux individus.

Le couple a réalisé des vols nuptiaux à partir d'octobre 2013. A la fin d'un mars 2014, le nid a été localisé. La ponte a dû avoir lieu autour du 12 mars 2014. Un poussin est né le 20 ou 21 avril et a pris son envol vers le 27 juin à l’âge de 68 jours. Il a été bagué au nid le 6 juin 2014, à l’âge de 47-48 jours, et équipé d’un système de suivi à distance. Après envol, ce poussin de sexe mâle, dénommé « Deià », s'est normalement dispersé dans la partie sud de l'île de Majorque.

Année 2015: Le même couple (♂ Vent x ♀ Bel) produit, sur le même site, un poussin à l’envol dénommé « Escorca ».

Année 2016: Deux couples se reproduisent avec succès sur l’île de Majorque ! Quatre nouveaux poussins prennent leur envol, ils se prénomment « Fartàritx » et « Formentor » pour le premier nid, et « Fita » et « Frigola » pour le second nid, construit dans un pin. Autre fait positif observé en 2016 : le mâle « Deià », né à Majorque en 2014, s’est cantonné et s’est apparié avec une femelle.

b- Région d’Alava (D’après Azkona & Fernandez, 2015)
Autrefois, jusqu’à quatre territoires d’Aigles de Bonelli étaient occupés en Alava, actuellement, il ne reste qu’un seul territoire occupé, dans la sierra Tolono. Le mâle d’origine sauvage de ce territoire, dénommé « Thor » a perdu sa femelle en avril 2013. En mars 2015, il s’est apparié avec la femelle « Filabres » libérée en 2014 en Navarre dans le cadre du LIFE Bonelli ; plusieurs copulations ont été observées au cours de l’année 2015. Malheureusement, la mort de « Filabres » a été constatée le 18 juillet 2016 !

c- Région de Madrid (D’après les observations du GREFA).
En octobre 2016, deux individus ont formé un couple, il s’agit de la femelle « Haza » et du mâle « Belmez », originaires d’Andalousie, ils ont été libérés dans le cadre du LIFE Bonelli dans la région de Madrid respectivement en 2014 et 2015. Les premiers flirts avaient été observés au mois d’août 2016.

d- Région de Navarre
Jusqu’à 9 territoires d’Aigle de Bonelli ont été autrefois occupés, il n’en reste actuellement qu’un seul. En 2015, aucune preuve de reproduction n’a été notée en Navarre malgré la présence, au mois d’octobre 2015, d’un total de 24 Aigles de Bonelli d’âges variables, non cantonnés, recensés à travers la Navarre.

4. Mortalité

Le suivi a permis de constater sur les 68 individus libérés et équipés de balises GPS, 28 cas de mortalité, quatre cas de disparition, trois cas d’individus récapturés inaptes à la vie dans la nature et six cas d’individus dont les balises ne fonctionnent plus. Au total, près de 40% des individus libérés sont morts en moins de deux ans et demi ! La principale cause est l’électrocution qui a causé 12 de ces mortalités.

Parmi les autres causes de mortalité, nous notons plusieurs cas de prédation par d’autres rapaces (Aigle royal), la prédation par des carnivores de jeunes avant envol sur le site de libération en Navarre, un cas de collision accidentelle, un cas d’inadaptation à la vie dans la nature, un individu noyé dans une citerne et de nombreux autres cas de cause indéterminée.

Autres actions de conservation du LIFE Bonelli

En construction