LIFE Aquila a-Life

 

Objectifs du LIFE Aquila a-Life

Le LIFE Aquila a-Life, LIFE16NAT/ES/000235, intitulé "Accomplish Western Mediterranean Bonelli's Eagle recovery by working together for an electricity grid suitable for birds", vise à augmenter la distribution de l'aigle de Bonelli en Méditerranée occidentale et à inverser sa tendance démographique régressive, en restaurant les écosystèmes où il vivait autrefois. Le projet vise à œuvrer en faveur du rétablissement de l'espèce sur une vaste zone géographique à l'échelle des métapopulations et non pas seulement à l'échelle des petites populations locales.

Pour cela, la libération de spécimens sera mise en œuvre, selon une méthodologie dont l'efficacité a été démontrée précédemment dans le cadre du LIFE Bonelli. Les secteurs visés sont les sites où ces libérations ont déjà eu des résultats positifs (Madrid, Navarre et Alava) mais aussi sur un nouveau site, dans un nouveau pays, l’île de Sardaigne en Italie. En effet, le projet LIFE Aquila a-Life peut être considéré comme une seconde phase du LIFE Bonelli, puisque les projets de réintroduction ou de renforcement des populations nécessitent souvent plusieurs étapes de développement.

Un autre axe de travail essentiel d'Aquila a-Life abordera les principales menaces actuelles, en mettant l'accent sur la prévention et la réduction des électrocutions, en collaborant avec des secteurs clés tels que les compagnies d'électricité, les administrations locales et les experts. De nombreuses autres espèces de rapaces sensibles aux menaces d’électrocution bénéficieront également des actions de ce projet, tel l'aigle impérial ibérique, l'aigle royal et l'aigle botté.

Les principaux objectifs spécifiques sont :

1. Augmenter le nombre de couples territoriaux dans les zones de présence historique dans le centre et le nord de la péninsule ibérique et en Sardaigne.

2. Réduire le risque que les aigles de Bonelli et d'autres oiseaux meurent électrocutés dans leur aire de répartition naturelle, à l'intérieur et à l'extérieur des zones protégées.

3. Procéder à une évaluation rigoureuse de l'état de conservation de la métapopulation méditerranéenne de l’aigle de Bonelli, évaluer l'efficacité des mesures mises en œuvre pour leur rétablissement et définir les étapes à suivre, en collaborant avec tous les acteurs concernés.

4. Impliquer le secteur de la chasse et d'autres dans le rétablissement et la gestion de l'aigle de Bonelli à travers un rôle actif, pour augmenter l'acceptation de l'espèce.

5. Comprendre quel est l'impact sur les fonctions des écosystèmes de la réintroduction d'un prédateur tel que l'aigle de Bonelli sur une île de la Méditerranée.

6. Réduire le risque que les aigles de Bonelli et d'autres oiseaux se noient dans les étangs d'irrigation ou les abreuvoirs pour bovins, ou entrent en collision avec des fils de fer utilisés par l’agriculture.

7. Favoriser la cohabitation de l'aigle de Bonelli et de l'aigle royal sur leurs territoires historiques.

8. Augmenter le respect de la société envers l'aigle de Bonelli en particulier et les rapaces en général.

L'héritage du LIFE Bonelli

La stratégie du LIFE Bonelli a été de mener des réintroductions ciblées à partir d’individus nés en captivité et d’individus originaires de la population andalouse (considérée en bon état de conservation), ce qui a permis la libération de près d'une centaine d'oiseaux dans la Communauté de Madrid, Majorque, Navarre et Alava.

Grâce au LIFE Bonelli, une nouvelle population d'aigles de Bonelli est en pleine expansion sur l’île de Majorque, où l’espèce avait disparu dans les années soixante-dix. En 2017, la nouvelle population majorquine de l'aigle de Bonelli était déjà formée d'une trentaine de spécimens et de sept couples territoriaux. Entre 2014 et 2017, onze poussins sauvages sont nés dans quatre territoires différents.

Pendant ce temps, sur le continent, dans le nord de la province de Burgos, en 2015, un poussin est né d'un couple dont la femelle était un oiseau libéré dans le cadre du LIFE Bonelli. Dans la Communauté de Madrid, en date de 2017, deux couples se sont formés, et d’autres se sont installés territorialement dans les provinces limitrophes comme Toledo et Guadalajara. En Navarre, un couple s’est formé à partir de spécimens réintroduits. Ils devraient se reproduire lorsqu'ils atteindront la maturité sexuelle.

Les efforts entrepris par les partenaires du LIFE Bonelli auprès des compagnies d'électricité et des administrations publiques ont permis de neutraliser un grand nombre de lignes électriques dangereuses durant les quatre années du projet. Mais la tâche est ardue compte tenu des dizaines de milliers de neutralisation à mettre en œuvre.

 

Durée du LIFE Aquila a-Life

Le LIFE Aquila a-Life a succédé au LIFE Bonelli pour une durée de cinq ans (de 2017 à 2022). L'objectif est de poursuivre le rétablissement des populations d'aigles de Bonelli dans les zones de présence historique dans le centre et le nord de la péninsule ibérique et en Sardaigne. De plus, ce projet consacrera une bonne partie de ses efforts et de ses ressources à réduire la mortalité par électrocution.

Localisation des actions du LIFE Aquila a-Life

Les actions de renforcement et de réintroduction des aigles de Bonelli grâce à la technique du taquet seront menées en Alava, en Navarre, dans la Communauté de Madrid et en Sardaigne. L’intégration de cette île italienne comme nouvelle zone de réintroduction de l'espèce en Méditerranée occidentale est l'une des principales innovations du projet. Des actions seront également développées en faveur de la nouvelle population reproductrice de l'aigle de Bonelli à Majorque.

En parallèle, le LIFE Aquila a-Life vise à travailler dans de nombreux autres sites du réseau Natura 2000, pour le suivi des populations, mais surtout, pour promouvoir la neutralisation des lignes électriques dangereuses.

Les partenaires du LIFE Aquila a-Life

Le LIFE Aquila a-Life (LIFE16 NAT/ES/000235) est un projet financé par l'Union Européenne. L’équipe mobilisée comprend une structure coordinatrice : GRUPO DE REHABILITACION DE LA FAUNA AUTOCTONA Y SU HABITAT (Acronyme : GREFA) qui est une ONG, fondée en 1981 qui se consacre à la conservation de la nature. Cet intervenant occupe le rôle de bénéficiaire coordinateur qui dispose de l’appui de 5 bénéficiaires associés (dont la LPO) chargés du déploiement du programme d’actions. Le bénéficiaire coordinateur assure, vis-à-vis de la Commission Européenne, la responsabilité légale et financière du programme. Il est l’unique référent de la Commission Européenne et doit contribuer techniquement et financièrement au projet. Les bénéficiaires associés par leur niveau de compétence et leur contribution technique et financière participent au financement du projet et en garantissent sa réalisation.

Les 5 bénéficiaires associés sont :

  • GESTIÓN AMBIENTAL DE NAVARRA, S.A. – GAN
  • DIPUTACIÓN FORAL DE ÁLAVA – ARABAKO FORU ALDUNDIA – DFA-AFA
  • FUNDACIO NATURA PARC – FNP
  • ISTITUTO SUPERIORE PER LA PROTEZIONE E RICERCA AMBIENTALE – ISPRA
  • LIGUE POUR LA PROTECTION DES OISEAUX – LPO

 

 Résultats du LIFE Aquila a-Life

Origine des individus libérés

En 2018 et 2019, 50 Aigles de Bonelli ont été libérés dans le cadre du LIFE Aquila a-Life (voir tableau suivant). 27 étaient nés en captivité (19 de l’UFCS-LPO Vendée et 8 du GREFA) ; 20 étaient des poussins d’origine sauvage, prélevés au nid en Andalousie (18), à Madrid (1) et en Sicile (1) ; 3 étaient des individus d’origine sauvage ayant transité par un centre de sauvegarde, nommés « individus récupérés ». Le centre d’élevage français a fourni 38% des individus libérés au cours de ces deux années du LIFE Aquila a-Life, permettant ainsi de réduire l’importance des prélèvements dans le milieu naturel.

 

Suivi des individus libérés

Historique de vie

Durant le LIFE Aquila a-Life (2017-2022), en 2018 et 2019, un total de 19 aiglons libérés originaires du centre d’élevage vendéen, ont été envoyés en Espagne pour être libérés en nature. En effet, le centre d’élevage ardéchois a cessé son activité à la fin de l’année 2017.

En date du 27 novembre 2019, sur ces 19, neuf individus sont encore vivants dans la nature. Cette importante diminution est due à la forte mortalité observée chez cette espèce durant les phases juvénile et immature.

Nous proposons ci-dessous une fiche par individu qui retrace l’historique de vie de ces 19 Aigles de Bonelli. Vous pouvez consulter l’historique de vie de chaque individu, en suivant les liens suivants classés par ordre chronologique :

  • Zoiletilla (2018 - Vendée - électrocuté le 30/12/2018)
  • Bartullero (2018 - Vendée - vivant au 27/11/2019)
  • Leo (2018 - Vendée - vivant au 27/11/2019)
  • Ega (2018 - Vendée - électrocuté le 30/04/2019)
  • ioar (2018 - Vendée - vivant au 27/11/2019)
  • Abbaluchente (2018 - Vendée - vivant au 27/11/2019)
  • Helmar (2018 - Vendée - disparu le 21/01/2019)
  • Posada (2018 - Vendée - vivant au 27/11/2019)
  • Tepilora (2018 - Vendée - tuée par tir le 29/09/2019)
  • Izoard (2019 - Vendée - mort le 18/07/2019)
  • Veran (2019 - Vendée - vivant au 20/09/2019)
  • Sombra (2019 - Vendée - vivant au 20/09/2019)
  • Aguedica (2019 - Vendée - vivant au 20/09/2019)
  • Dominguilla (2019 - Vendée - mort le 17/06/2019
  • Salao (2019 - Vendée - vivant au 20/09/2019)
  • Indar (2019 - Vendée - recapturé le 02/09/2019 puis réintroduit le 30/10/2019)
  • Elurra (2019 - Vendée - mort le 30/08/2019 (attaque possible d’un aigle royal)
  • Luma (2019 - Vendée - électrocuté le 06/09/2019)
  • Ikatz (2019 - Vendée - mort le 05/09/2019)
     
Reproduction dans le cadre du LIFE Aquila a-Life

a- Île de Majorque :

Année 2018 : Sept aiglons produits par cinq couples. Prédation possible d’un jeune par une martre.

Année 2019 : Un total de huit couples territoriaux dont six couples ont produit 8 aiglons à l’envol. C’est une bonne année !

b- région de Madrid :

Année 2018 : Les deux couples reproducteurs ont échoué. Ainsi, les œufs du couple Haza et Belmez n’ont pas éclos. Cela découle probablement des mauvaises conditions météo.

Année 2019 : Un cinquième couple d’aigles de Bonelli dans la région de Madrid, dans le sud-ouest mais ces deux individus n’ont pas encore été identifiés. En outre, deux autres couples nichent à Valdemaqueda et à Pezuela et trois autres occupent un territoire mais ne se sont pas encore reproduits.

Les deux poussins du couple Haza et Bélmez ont été bagué, de plus, un piège à photo a été installé.

c- Région de Navarre :

Années 2018 et 2019 : Les 7 individus réintroduits toujours en vie semblent s’être fixés en Navarre, ce qui est un point positif du projet. Deux territoires sont occupés (à Lumbier et Caseda) mais il n’y a pas encore de reproduction.

d- Région d’Alava :

Années 2018 et 2019 : Des individus présents mais pas de tentatives de reproduction.

e- Île de Sardaigne :

Années 2018 et 2019 : Les individus libérés toujours en vie, se sont dispersés en Sardaigne. Deux individus sont allés en Corse. Pour l’instant, aucun signe de reproduction ni de territorialité, mais les premières libérations ne datent que de 2018 !