Une ligne électrique dangereuse démontée en Camargue, fruit de la collaboration entre RTE et les associations de protection de la nature.

La population française de l’Aigle de Bonelli compte 35 couples en 2018 (Source PNA Aigle de Bonelli). Cette espèce très menacée, est classée « En danger » au niveau national. La population française a fortement diminué depuis les années 60 période à laquelle on dénombrait environ 80 couples nicheurs. Après être passée à un seuil minimal de 22 couples en 2002, une tendance à la hausse des effectifs, lente mais continue, est observée. La principale cause de mortalité chez l’Aigle de Bonelli est l’électrocution. Cette menace est générale en Europe puisque elle est la cause de 47 % des cas de mortalité constatés en France et jusqu’à 60 % pour certaines régions d’Espagne.

En France, l’amélioration récente des effectifs est imputée à la neutralisation progressive des lignes électriques identifiées comme les plus dangereuses pour cette espèce, mise en œuvre sur les territoires des couples reproducteurs mais aussi dans l’aire de dispersion des juvéniles et des subadultes (Source PNA Aigle de Bonelli). En effet, les associations de protection de la nature se sont organisées pour lutter contre l’électrocution. Un Comité National Avifaune (CNA) a été mis en place à partir de 2004, il rassemble les associations de protection de la nature (LPO, FNE) et les compagnies de transport d’électricité (RTE, ENEDIS). Ce comité agit pour identifier les lignes électriques les plus dangereuses devant être neutralisées en priorité. Une prise de conscience a lieu également en Espagne où les ornithologues œuvrant pour la conservation de l’Aigle de Bonelli, dans le cadre programme LIFE « Aquila a-LIFE », tentent de s’organiser pour agir contre cette menace.

En 2013, une étude réalisée par la LPO PACA a permis d’identifier la ligne électrique de 63 000 volts traversant la Camargue du nord au sud entre Arles et Salins de Giraud. En effet, deux cas de mortalités d’Aigle de Bonelli ont été recensés sous cette ligne ainsi que la mortalité de nombreuses autres espèces d’oiseaux. Les travaux de démontage de cette ligne ont été réalisés par RTE en 2018. Plus de 24 km de ligne et une centaine de pylônes ont été démontés. Il s’agit d’un chantier très important pour RTE, l’aboutissement d’un programme d’investissement de 70 M€ qui outre le démontage de cette ligne visait en parallèle le renforcement de l’alimentation électrique de la zone, nécessaire au développement économique des agglomérations d’Arles et de Tarascon.