Bilan de la répartition de l’Aigle Royal en France.

L’article de l’Atlas des Oiseaux de France Métropolitaine (Nidal Issa et Yves Muller. 2015 LPO/SEOF/MNHN. Delachaux et Niestlé) sur l'Aigle Royal dresse le bilan de la répartition de l’espèce en France.

©S.Dalloyau/LPO

La répartition discontinue de l’aigle Royal en Europe et la faible taille de sa population nicheuse inférieure à 10000 couples au début des années 2000, justifient son statut d’espèce rare à l’échelle continentale. La population mondiale estimée à 170000 individus, est considérée stable et non menacée.
En France, la population actuelle peut être estimée à 450-500 couples nicheurs. Le Massif des Alpes accueille 272 couples, dont 69 dans les Alpes de Hautes Provence et 98 en Savoie et Haute Savoie. Le Sud du Massif Central qui hébergeait moins de 10 couples dans les années 1970 accueille 31 couples en 2012, répartis dans 6 départements. La population de la chaîne pyrénéenne s’élève à environ 70 couples, celle de la Corse à une quarantaine et la Drôme compte entre 39 et 45 couples. Dans le Var, une douzaine de couples sont aujourd’hui installés dans les différents massifs provençaux. Dans la chaîne jurassienne, l’espèce niche de nouveau depuis 1996, après un siècle d’absence.
Une tendance à l’augmentation du nombre de territoires occupés est observée dans la plupart des régions en cours des trois dernières décennies (190-236 couples en 1982, 368 en 2000 et 390-450 en 2004 en relation avec la restauration des effectifs de populations autrefois persécutées et l’augmentation des ressources trophiques (spontanée ou suite à l’évolution des pratiques cynégétiques). D’anciens sites sont recolonisés, en particulier en périphérie des grands massifs. Dans les régions de moindre densité, l’autre facteur influant la mortalité élevée d’adultes suite aux collisions avec des câbles électriques ou des éoliennes ou à la destruction directe.