A Fieldworker's Guide To The Golden Eagle

Extrait d'Ornithos 24-6

 

Analyse de "A Fieldworker's Guide To The Golden Eagle" Walker D 2017 Whittles Publishing Caithness 237p (16 €)

De McPherson (1909) à Watson (2010), il existe déjà une douzaine de livres sur l’Aigle royal, rien qu’en Ecosse (et autant ailleurs). Que pouvait alors apporter de plus un nouvel auteur, même riche de plus de 30 ans de suivis intensifs des aigles écossais? Pourtant, ce véritable guide est à la fois surprenant, original et rafraichissant. C’est un condensé d’expériences qui oblige à réexaminer et réinterpréter beaucoup d’observations et de conclusions tirées d’études non seulement sur l’Aigle royal, mais aussi sur d’autres rapaces. Si le titre est justifié, il sous-estime la portée d’une telle réflexion. L’auteur reprend en effet tous les aspects de la vie des aigles qu’il suit (chasse, reproduction, comportements sociaux, etc.), de leur environnement (caractéristiques de l’habitat, des conditions climatiques, compétiteurs, etc.) et de leur besoins réels (type de quantité de nourriture), perchoirs, sites de nids, surfaces exploitées, etc.) pour montrer à quel point les apparences peuvent être parfois trompeuses, les résultats biaisés, les méthodes d’étude insuffisantes et combien l’observation patiente et sur le long terme amène à des conclusions beaucoup plus nuancées que dans beaucoup de publications. Une meilleure compréhension des besoins réels de l’oiseau (comme par exemple la disponibilité de carcasses ou la couverture végétale) conduit à des conclusions nouvelles sur la gestion même de l’espèce. De même, les multiples observations sur le déroulement de la nidification peuvent amener les observateurs à beaucoup plus de prudence dans l’énoncé de leurs résultats, et c’est certainement valable pour bien d’autres prédateurs. Il y a très peu d’illustration (hormis un cahier central de 16 pages de photos couleur) mais il faut le lire de bout en bout pour enfin considérer avec plus de souplesse les règles d’écologie ou de comportement qu’on assène trop souvent comme des lois incontournables, alors que les situations réelles sont beaucoup plus complexes. Qui plus est, le prix ne peut arrêter aucun rapaçologue.
 

Jean-Marc Thiollay