Un aigle royal relâché dans le massif des Bauges

Un aigle royal a retrouvé sa liberté ce dimanche dans les Bauges nous informe Bénédicte Chomel, LPO Savoie

Recueilli blessé il y a quelques semaines près d’Ugine, l’aigle avait été conduit au centre de soins de la faune sauvage, le Tichodrome, en Isère. Il a été relâché après convalescence près du col du Frêne, et en présence des différents acteurs de l’histoire.

Belle journée ce dimanche pour le relâcher d’un aigle royal dans ce vallon des Bauges !
L’oiseau était visiblement pressé... comme on le comprend ! Le rapace a déployé toute son envergure pour rapidement se percher à l’abri dans un feuillu, avant de refaire un passage sur les quelques spectateurs rassemblés en silence, et se repercher un peu plus loin sur le versant... rapidement repéré et « accueilli » par les buses et corneilles locales. Assistaient à la scène une vingtaine de personnes représentant les différents acteurs du « sauvetage » : bénévoles du réseau de collecte et transport des animaux blessés et de la LPO Savoie, les responsables du centre de soins de la faune sauvage « le Tichodrome » au Gua en Isère, de l’ONCFS et du parc naturel régional des Bauges... ainsi que quelques journalistes, qui communiqueront sur cet événement, somme toute peu courant en Savoie.

Cet aigle, recueilli blessé quelques semaines auparavant près d’Ugine, avait été conduit au centre de soins pour la faune sauvage près de Grenoble. Bien que cette blessure maintenant cicatrisée ne semble pas avoir été à l’origine de l’incident, notons toutefois que la radio avait alors mis en évidence la présence d’un plomb de chasse, qui comme le souligne si bien Mireille Lattier, directrice du centre, « n’a pas à se retrouver dans l’aile d’une espèce protégée !!! ». La LPO Savoie a donc porté plainte, conjointement avec le centre de soins. Nous les remercions également de leur important travail, tout en espérant voir aboutir le plus rapidement possible le projet d’un autre centre de soins installé en Savoie... afin de prendre en charge localement ces effectifs de la faune en détresse qui ne cessent d’augmenter...

Une soixantaine de couples d’aigles royaux sont recensés en Savoie, et cet oiseau ne pouvait être relâché sur le site où il avait été trouvé. Les réseaux de suivi bénévoles et ONCFS avaient entre temps pu constater que les couples en place avaient amorcé une nouvelle saison de nidification : il n’était donc pas question d’interférer en initiant de nouveaux conflits territoriaux avec l’arrivée de ce mâle adulte...

Le choix du site de relâcher s’est porté sur le massif des Bauges, à distance des couples connus et régulièrement suivis. Depuis plusieurs années, ce parc naturel régional anime une dynamique d’échanges entre les clubs de sports de plein air et les réseaux naturalistes qui suivent les rapaces rupestres. Cette collaboration permet de délimiter et régulièrement actualiser les secteurs sensibles, d’adapter les pratiques et de limiter les perturbations le temps de la saison de reproduction... tout en encourageant les échanges entre les différents acteurs.

A l’occasion de ce relâcher, l’oiseau a pu être équipé d’un GPS, dans le cadre d’un programme de suivi de l’espèce (C. Itti)... nous espérons donc bientôt recevoir de bonnes nouvelles,
...et lui souhaitons surtout « bon vent » pour se trouver un nouveau territoire !