Actualités

Galerie photo

Une semaine "pas ordinaire" en Corbières

Début mai tous les passionnés par l’Aigle royal sont impatients mais aussi un peu inquiets : ils ont hâte de connaître les résultats de la couvaison.
Depuis la fin février jusqu’à mi-avril tous les sites connus ont été visités, une ou plusieurs fois, pour savoir quelle aire a été choisie cette année. Lorsque tout se passe comme on le souhaite, on a vu la femelle couver ou le mâle effectuer une relève pour la remplacer sur les œufs.
Donc quand arrive cette période, c’est avec beaucoup d’attention, d’appréhension que l’on approche de notre poste d’observation favori.

L'Aigle royal dans les Pyrénées prédateurs (aussi) de migrateurs

Les oiseaux migrateurs sont des proies momentanément abondantes qui peuvent être exploités par les rapaces. L’exemple le plus démonstratif est celui des faucons d’Éléonore (Falco eleonorae) dont la saison de reproduction en fin d’été correspond au pic de la migration postnuptiale des passereaux au dessus de la Méditerranée afin d’assurer un maximum de proies à leurs jeunes.
L’extrémité occidentale des Pyrénées est un des lieux où se concentrent les flux migratoires du Sud-Ouest européen. La migration postnuptiale y est suivie de longue date suite aux initiatives pionnières d’« Orgambideska Col Libre » (OCL). Les migrateurs traversent là les territoires d’aigles royaux les plus occidentaux de la population pyrénéenne, dans les montagnes basques.

Article de J. CARO, D. ONTIVEROS, M. PIZARRO et J. M. PLEGUEZUELOS

L'Aigle de Bonelli et l'Aigle royal sont deux espèces en déclin, et durant la phase de dispersion des jeunes, les oiseaux errent à l'extérieur des territoires parentaux de reproduction. Les auteurs de l’article (document pdf), J. CARO, D. ONTIVEROS, M. PIZARRO et J. M. PLEGUEZUELOS ont étudié, dans le Sud de la Péninsule ibérique, les territoires de colonisation des oiseaux erratiques pour ces deux rapaces de grande longévité et ceci afin d’acquérir une meilleure connaissance des exigences écologiques des aigles pendant leur phase subadulte, une période délicate où s’exprime une forte mortalité des individus (environ 80 % de la mortalité pour ces deux espèces).

P. Orabi

Oxford University conservation biologist concerned by impact of wind farms on birds and bats

Says Clive Hambler, Lecturer in Biological and Human Sciences, Hertford College, University of Oxford, UK:
"I think wind farms are potentially the biggest disaster for birds of prey since the days of persecution by gamekeepers, and I think wind farms are one of the biggest threats to European and North American bats since large scale deforestation. The impacts are already becoming serious for white-tailed eagles in Europe, as is abundantly clear in Norway. A wind farm – built despite opposition from ornithologists – has decimated an important population, killing 40 white-tailed eagles in about 5 years and 11 of them in 2010. The last great bustard in the Spanish province of Cadiz was killed by a wind development. In my experience, some “greens” are in complete denial of these impacts, or hopefully imagine that these bats and birds can take big losses: they can’t because they breed very slowly.

Argumentaire et Plan d'actions en faveur du Vautour fauve

Avec le soutien de différentes organisations de protection de la nature, la LPO a présenté la position qu’elle souhaite défendre à l’occasion du projet de rédaction d’un plan d’actions sur le Vautour fauve par le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement sous la maîtrise d’œuvre de l’ONCFS. Ce document est structuré à partir d’un argumentaire préliminaire puis d’un plan d’actions pour la conservation du Vautour fauve qui pourrait constituer un axe central concrétisé par les différentes actions de conservation développées en région.

Scores of protected golden eagles dying after colliding with wind turbines

Daily Mail, 6th June 2011
The Daily Mail reports on the situation in California where

"attempts to switch to green energy have inadvertently put the survival of the states golden eagles at risk. Scores of the protected birds have been dying each year after colliding with the blades of about 5,000 wind turbines. Now the drive for renewable power sources, such as wind and the sun, being promoted by President Obama and state Governor Jerry Brown has raised fears that the number of newborn golden eagles may not be able to keep pace with the number of turbine fatalities...."

Situation de l'aigle royal en Midi-Pyrénées

En Hautes-Pyrénées, les bénévoles du comité local de Nature Midi-Pyrénées poursuivent leur action entamée en 2010 pour refaire un point sur la situation de l'aigle royal dans le département. Pour répondre à cet objectifs notamment une convention pluri partite vient d'être signée entre Nature Midi-Pyrénées, le PNP, SAÏAK et le GOPA concernant les grands rapaces non concernés par les suivis réalisés dans le cadre de Pyrénées Vivantes. Ce travail partenarial vise notamment à un échange régulier de données et une organisation plus efficace des suivis selon les territoires afin d'obtenir des données actualisées sur plusieurs espèces de nos montagnes.
En Ariège et Haute-Garonne, Nature Midi-Pyrénées suit de près plusieurs dossiers liés à des aménagements (tracé d'une nouvelle route en 31) et/ou à la pratiques des sports de nature ( projet de modification d'un APPB en 09) sur des sites où l'Aigle royal notamment est présent.

Assouplissement des procédures d'équarrissage naturel

Désormais l’Aigle royal peut bénéficier d’opérations de confortement alimentaire. Grâce aux démarches entreprises par la LPO avec le soutien du Ministère en charge de l’Agriculture, l’Union européenne a élargi la liste des espèces pouvant bénéficier de placettes d’alimentation.
Les espèces de rapaces qui bénéficient de ces avancées sont : le Gypaète barbu, le Vautour moine, le Vautour percnoptère, le Vautour fauve, le Milan noir, le Milan royal, ainsi que désormais l’Aigle royal et le Pygargue à queue blanche.

Télécharger le communiqué de presse en PDF.

Les campagnols, une opportunité pour l’Aigle royal jurassien ?

L’Aigle royal est un nicheur très rare dans le massif du Jura français (2 couples connus).
Dans la partie franc-comtoise du massif, il ne niche pas encore mais se montre de temps en temps.
En ce premier jour de février, dans le département du Jura, le stationnement de 2 adultes permet d’observer à plusieurs reprises l’intérêt porté sur une proie plus disponible que d’habitude : le Campagnol (terrestre ?) (Arvicola terrestris ?).

Réunion du réseau Aigle Royal

Dans une ambiance conviviale le réseau qui œuvre en faveur de l’Aigle royal s’est réuni le 19 janvier 2011, à Montpellier.
Cette réunion répondait à une volonté partagée de relancer le réseau qui œuvre en faveur de l’Aigle royal à l’échelle de son aire de répartition en France et ceci :

Pages