Actualités

Premier numéro du nouveau bulletin du PNA Balbuzard & Pygargue

Le premier numéro du bulletin de liaison du Plan National d'Actions "Balbuzard et Pygargue n°1" vient de paraître.

 

Au sommaire de ce numéro : les bilans de la reproduction 2020, le bilan de la veille mortalité 2020, quelques chiffres sur le baguage du balbuzard en France continentale, une présentation de l’expérimentation de suivi de la nidification des balbuzards par drone en Corse, une nidification sur pylône dans le Grand Est, un retour sur la réinsertion d’un pygargue en 2001 avec suivi télémétrique. Mais aussi un bilan du projet de réintroduction du balbuzard par nos voisins suisses et un article sur le retour du balbuzard en Sardaigne.

Retrouvez ce numéro en téléchargement ici.

Un grand merci aux contributeurs ! Bonne lecture

Retour des balbuzards et début de nidification pour le pygargue

Les premiers balbuzards sont arrivés !

 

C’est le 12 février qu’a été faite la première observation d’un Balbuzard en forêt d’Orléans, suivie par quelques autres jusqu’à la fin de ce mois. La femelle Panchita faisait partie de cette avant-garde car elle était déjà de retour sur son nid, sur le site bien connu de l’étang du Ravoir, le 19 février. Un mâle reproducteur l’an dernier sur un autre nid de la forêt est venu ensuite lui rendre visite à plusieurs reprises, mais n’est pas resté. La belle attend donc toujours un prétendant ou l’arrivée de son partenaire habituel, 6∙A, qui ne devrait maintenant plus tarder… Les autres années, il arrivait autour de la mi-mars.

Bilans de la surveillance 2018 et 2019

Les bilans de la surveillance du Balbuzard pêcheur et du Pygargue à queue blanche pour 2018 et 2019 sont disponibles au téléchargement ici.

La LPO restructure actuellement les diverses publications concernant les rapaces, impliquant un retard dans les publications des bilans des précédentes années.

Le bilan complet de l’année 2020 pour les deux espèces sera disponible sous peu.

 

Mais où sont partis les balbuzards ?

Le balbuzard pêcheur est une espèce migratrice : dès la mi-août, les oiseaux quittent leur territoire de reproduction pour gagner leur site d’hivernage en Afrique subsaharienne. Le voyage s’effectue en solitaire, à la différence d’autres rapaces qui migrent en groupe comme le Milan noir ou la Bondrée apivore. De nombreux balbuzards provenant d’Europe de l’ouest traversent donc la France et stationnent quelques jours à quelques semaines partout sur le territoire durant l’automne, au plus grand plaisir des ornithologues !

Certains balbuzards hivernent maintenant dans le sud de l’Europe. Depuis l’hiver 1985-1986, date de la première mention d’hivernage certain en France continentale, de plus en plus de balbuzards passent l’hiver sur la côte méditerranéenne, le long de la chaîne pyrénéenne et toute la façade atlantique.

Le balbuzard pêcheur niche à nouveau en Alsace, après plus d’un siècle d’absence !

Suspectée depuis 2018, la nidification du Balbuzard pêcheur en Alsace est belle et bien confirmée en 2020 par la découverte du nid dans une forêt de la plaine du Rhin grâce aux efforts des naturalistes locaux !

Source : LPO Alsace

La LPO Alsace l’attendait depuis des années… Elle voit aujourd’hui son espérance comblée : ce printemps, en conjuguant leurs efforts de prospection, des naturalistes ont enfin pu localiser une aire de balbuzard pêcheur, dans la plaine rhénane alsacienne.

L’information a créé beaucoup d’émoi parmi les passionnés d’oiseaux. Le retour de cet aigle pêcheur dans la région représente en effet un événement important.

Des nouvelles du Programme Régional en faveur du Balbuzard pêcheur en Aquitaine

Programme Régional en faveur du Balbuzard pêcheur en Aquitaine - 3ème saison de translocation

 

Paul Lesclaux - RNN du Marais d'Orx

Dans ce contexte de crise sanitaire, cette année si particulière, a grandement modifié les comportements de chacun, et par conséquent ceux de certaines espèces animales.

Suivi des populations nicheuses de rapaces en France - bilan 2014 à 2018

 

Dès le début des années 2000, un recensement national des rapaces diurnes voit le jour : l’Observatoire Rapaces. Depuis un suivi annuel est réalisé. L’objectif ? Affiner les connaissances sur l’état des populations nicheuses afin de dégager des tendances dans le but d’orienter les stratégies de conservation de ces espèces entièrement protégées.

Les suivis portent ainsi sur l’ensemble des espèces de rapaces présentent en France. Au total, ce sont 34 espèces qui sont suivies dont 25 espèces de rapaces diurnes et 9 espèces de rapaces nocturnes. Certains de ces rapaces, comme le Balbuzard pêcheur, font l'objet de suivi depuis plus de 40 ans.

Le Balbuzard pêcheur à nouveau nicheur en Sardaigne après 50 ans d'absence!

Bonne nouvelle pour le Balbuzard pêcheur en Méditerranée!

C'est dans le Parc régional de Porto Conte qu'a été observée cette année la première nidification du Balbuzard en Sardaigne après plus de 50 ans d’absence. En effet, le rapace n'avait pas niché sur l'île depuis 1969.

Ce premier couple sarde s'est installé dans la région d’Alghero, sur un secteur où trois nids artificiels avaient été construits en 2011 par le Parc, en collaboration avec le Parc naturel régional de Corse, pour encourager la recolonisation naturelle des côtes italiennes. Si l’origine de la femelle n’est pas connue, le mâle est bagué et indique qu’il s’agit d’un oiseau né en Corse en 2014.

Cet évènement fait monter à 6 le nombre de couples nicheurs en Italie.

Article : Approche du régime alimentaire d’un couple de Balbuzard pêcheur en période de reproduction

Retour sur un article publié en décembre 2019 dans le n°9 de la revue Recherches Naturalistes - réalisée conjointement par FNE CVL et le CEN CVL - qui présente une partie des résultats de l’étude menée à partir des images retransmises en direct grâce aux caméras installées sur des nids de balbuzards pêcheurs en région Centre-Val de Loire dans le cadre du projet Objectif Balbuz@rd.
Se basant sur les images de la saison de reproduction 2017, cette étude consistait à identifier et à comptabiliser les poissons apportés par un couple installé sur un pylône, en Sologne. Elle a permis d’identifier une quinzaine d’espèces de poissons totalisant 209 spécimens, provenant essentiellement des étangs périphériques.

 

Pages