Actualités

Juin 2011

Deux poussins balbuzards ont vu le jour dans le Parc régional de la Maremma, en Italie !

C’est la première reproduction depuis le début du programme de réintroduction des balbuzards en Italie, à partir de poussins prélevés en Corse. Entre 2006 et 2010, 33 poussins ont ainsi été délocalisés. Une vidéo de ces premiers jeunes italiens est visible sur ici.

Trois aires artificielles ont également été installées dans le parc régional de Porto Conte ce printemps. Cette intervention en Sardaigne auprès du Parc de Porto Conte et la LIPU dans le cadre du projet RETRAPARC a fait l’objet d’un reportage télévisé.

 

Avril 2011 (vidéo)

Alors que les balbuzards nicheurs de la région Centre déposent leurs pontes, des oiseaux en migration peuvent encore être vus un peu partout en France.

Le 2 avril, la LPO Auvergne a organisé un comptage simultané sur la rivière Allier. Ce sont 35 à 39 individus qui ont été recensés : http://www.faune-auvergne.org/index.php?m_id=30077
A l’initiative de Sylvain Vrignaud, une journée pour le recherche d’indices de reproduction dans le Val d’Allier est programmée le 26 juin prochain : http://www.lpo-auvergne.org/ page « enquête ».

Le 11 avril, dans l’Aube, sur la Seine, Johanne Bellet a pu observer et filmer la pêche d’un balbuzard en halte migratoire. Ce spectacle n’est pas réservé aux naturalistes de la région Centre : il peut être admiré sur de nombreux plans d’eau lors des passages migratoires pré et postnuptiaux.

Février 2011

  Fin février, alors que certains balbuzards sont encore dans l’aire d’hivernage, un individu mâle, qui arrive très tôt depuis plusieurs années, est présent sur son nid en région centre depuis le 28 février.

 

Septembre 2010…

En septembre, alors que certains balbuzards sont encore sur leur site de nidification, comme « 8Z », le mâle nichant à l’observatoire du Ravoir en forêt d’Orléans, d’autres ont entamé leur migration.

Premières données sur le retour des balbuzards en région Centre au 3 mars 2010

Le retour des balbuzards en région Centre paraît s'amorcer cette année de façon très précoce. C'est en effet dès le 22 février qu'en forêt d'Orléans, un mâle anciennement reproducteur a été observé sur son nid. Le 2 mars, une femelle l'a rejoint, formant ainsi avec lui un nouveau couple dont l'avenir dira s'il est temporaire ou définitif.

Pages