[2 articles scientifiques] La variabilité des stratégies migratoires

- Les populations méditerranéennes de l'Ouest de l'Europe, migrant sur de courtes distances, privilégient les itinéraires directs, se risquant à traverser la pleine mer à des vitesses de vol plus élevées que les populations nordiques, qui elles migrent sur de longues distances. Ces dernières optent pour des trajets moins directs, aux arrêts plus fréquents, en évitant de traverser la mer sur de longues distances.
- Certaines populations de Balbuzards d'Estonie suivent l'itinéraire de migration d'Europe orientale et hivernent en Afrique de l'Est. 

Différentes stratégies selon la distance de migration 

Flavio Monti David Grémillet Andrea Sforzi Jean Marie Dominici Rafel Triay Bagur Antoni Muñoz Navarro Leonida Fusani Raymond H. G. Klaassen Thomas Alerstam Olivier Duriez, "Migration distance affects stopover use but not travel speed: contrasting patterns between long‐ and short‐distance migrating ospreys", Journal of Avian Biology, Volume 49, Issue 10, Octer 2018

Une étude a été menée en 2018 afin de comparer les comportements migratoires d'une population dont la distance de migration est grande ("Long Distance Migration", ou LDM), à celles dont la distance de migration est courte ("Short Distance Migration", ou SDM), à l'aide de balises GPS.

Bien que la distance journalière parcourue soit à peu près la même entre les différentes populations, la vitesse globale des balbuzards LDM est bien plus faible (2,4 fois plus petite) que celle des SDM. En cause ? Le nombre d'arrêts, et la durée de la pause, bien plus élevés chez les LDM. Il s'avère que la distance moyenne entre chaque arrêt est d'environ 1000 km, ce qui correspond à la distance de migration couverte par les SDM. Deux hypothèses sont alors avancées : Les balbuzards des deux populations ne peuvent voler plus de 1000 km sans avoir à se reposer, et/ou les balbuzards migrants sur de courtes distances choisissent leurs destinations d'hivernage de sorte à ne pas dépasser cette limite et à pouvoir effectuer le trajet d'une traite, sans faire de pause.
En ce qui concerne les itinéraires choisis, les LDM volent majoritairement au-dessus de la terre, évitant au maximum d'avoir à traverser la mer, passant par la côte Espagnole et le détroit de Gibraltar. Les Balbuzards SDM sont au contraire capables de voler sur de longues distances au-dessus de la mer méditerranée.

Ces différents choix de stratégies migratoires seraient motivés par les coûts et les risques d'une migration rapide au-dessus de la mer, à laquelle les populations SDM pourraient se risquer puisqu'ayant un trajet de migration assez court, à l'inverse des LDM, décidant eux d'économiser leur énergie.

Toutefois cela ne concerne que les populations observées (Suédoises pour les LDM et Méditerranéenes pour les SDM) et ne sont pas à généraliser à toute l'Europe puisque des Balbuzards d'Europe de l'Est ont été observés à traverser la Mer malgré leurs grandes distances de migration (Väli and Sellis, 2016).

Différents trajets de migration des balbuzards (a) "LDM" venant de Suède et (b) "SDM" venant de Méditerranée. Les adultes en noir et les juvéniles en rouge. 

Les trajets de migration des populations d'Europe de l'Est 

 - Ülo Väli & Urmas Sellis, "Migration patterns of the Osprey Pandion Haliaetus on the Eastern European–East African flyway", Journal of African Ornithology, 2015

Les stratégies migratoires des balbuzards sur le trajet de l'Europe de l'Est vers l'Afrique de l'Est ont été étudiées, ce qui était jusqu'alors rarement fait. Quatre oiseaux adultes ont été équipés d'émetteurs GPS, au niveau de leur site de nidification, en Estonie. Tous leurs trajets de migration ont donc pu être enregistrés.
Fait notable, des migrations nocturnes ont été enregistrées, notamment pour le survol de la partie Est de la Méditerranée. En effet, bien que migrant sur de longues distances les balbuzards étudiés dans cette étude ont tous entrepris une longue traversée au-dessus de la mer, ce qui diffère des comportements observés en Europe de l'Ouest.

 

Routes de migration automnale des quatre balbuzards estoniens étudiés

La majorité des balbuzards d'Estonie suit le trajet de migration d'Europe orientale, et finit par hiverner en Afrique de l'Est, Centrale ou Sud-Ouest. Cela vient contredire certaines hypothèses suggérant que l'Afrique de l'Est ne serait pas une zone d'hivernage pour Pandion Haliaetus. Ces hypothèses avaient été émises suite à l'observation des stratégies migratoires des balbuzards scandinaves (Hake et al. 2001). 
  
Vous pouvez accéder aux études complètes en suivant ces liens : 

De nombreuses informations complémentaires, chiffrées et détaillées sur la migration du Balbuzard y sont disponibles, et viennent d'autant plus confirmer la grande variabilité des comportements adoptés par ces oiseaux migrateurs. Nous vous invitons fortement à les lire afin d'en apprendre davantage.