Début juin 2009 : Premier compte-rendu de la reproduction des balbuzards en région Centre en 2009

Sur le domaine public de la forêt d’Orléans, 16 nids ont été occupés ou réoccupés à l’arrivée des balbuzards courant mars. Parmi les oiseaux revenus et déjà cantonnés l’an passé, le premier arrivant a été observé le 2 mars, et le dernier est arrivé probablement vers le 3 avril.
Sur ces 16 nids, 15 ont vu un couple se former, se re-former ou s’organiser pour ensuite entamer une saison de reproduction avec ponte et début de couvaison.
Cette période de couvaison s’est malheureusement soldée par un échec sur 4 nids. Parmi les causes possibles de ces échecs, les dérangements humains ne sont pas à exclure pour trois d’entre eux. On a en effet noté une fréquentation accrue de promeneurs, observateurs ou photographes autour de certains nids...
L’échec sur le quatrième nid est vraisemblablement du à la défaillance d’un jeune mâle (5 ans cette année) dans son rôle de pourvoyeur de proies à la femelle lors de la période d’éclosion des oeufs. Ce jeune mâle, déjà présent l’an passé mais arrivé tardivement cette année alors que la ponte était commencée, avait évincé celui qui s’était accouplé avec la femelle de ce nid depuis deux semaines. C’est peut-être ce qui l’a conduit à ne plus nourrir sa partenaire au moment de l’éclosion d’oeufs qu’il n’avait vraisemblablement pas fécondés lui- même. Cette défaillance est peut-être aussi simplement due à un certain manque de maturité...
Le nid sur lequel aucune reproduction n’a été entamée est celui du mâle évincé précité, dont la femelle n’est malheureusement pas revenue cette année. Réoccupant début avril son site habituel après son éviction, il a eu la visite de plusieurs femelles différentes, mais aucune n’est restée se reproduire avec lui.
A l’heure actuelle, les onze autres nids situés en forêt contiennent des poussins, dont les naissances se sont étalées entre le 2 et 25 mai environ.
A noter que deux plateformes artificielles, construites en février 2009 pour remplacer deux aires naturelles détruites lors d'un violent orage le 7 août 2008, ont été aussitôt adoptées par les oiseaux nichant sur ces sites à leur retour de migration en 2009.
En périphérie de la forêt, un nid sur pylône HT, déjà productif en 2008, contient aussi des jeunes.
En Sologne, un nid, situé également sur un pylône d’une ligne HT hors service, a été réoccupé par un couple arrivé tardivement. La couvaison est en cours sur ce nid déjà productif en 2007 et 2008.
On dénombre 5 nids sur lesquels une reproduction est en cours cette année dans le parc national de Chambord (information communiquée par les correspondants du parc).
D'autres nids sont éventuellement occupés en région Centre dans des domaines privés.
Hors de la région Centre, deux autres nids sont occupés cette année : l’un dans l’Essonne (91) l'autre dans la Moselle (57). Un compte rendu sera présenté ultérieurement par des personnes responsables du suivi dans ces départements.