Actualités

Disparition d'un balbuzard écossais en Charente-Maritime

Breagha est un balbuzard bagué au nid en juillet 2013 en Ecosse, à Loch Garden. Cet oiseau est vu à plusieurs reprises en France lors de sa première migration d’automne :
Il est ainsi vu sur la RNR du marais de Cap, en Normandie, les 29 et 30 août 2013 (Alain Chartier, http://forum.gonm.org/ et http://www.rspb.org.uk/ )

Le balbuzard pêcheur réintroduit en Suisse.

Le balbuzard n'a plus niché en Suisse depuis 1914. Après quelques années de préparations, six jeunes prélevés en Ecosse ont été installés le 14 juillet dans un site de réintroduction, sur le canton de Fribourg. Il s'agit de deux femelles et de quatre mâles âgés de 4 à 5,5 semaines offerts par le gouvernement écossais, sous la houlette de Roy Dennis.

Formation rapace diurnes les 20 21 et 22 avril dans les Gorges du Verdon

La LPO PACA organise du 20 au 22 avril un stage Rapace diurne ouverts aux naturalistes amateurs ou professionnels.
Durant trois jours nous prospecterons les meilleurs spots de la région (Vinon sur Verdon, Grand Canyon du Verdon,…) pour apprendre à identifier la majorité des espèces de la région et mieux connaitre leurs mœurs. Parmi les espèces observées au court des stages précédents on peut citer Aigle Royal, Vautour Fauve, Moine et Percnoptère, Faucon crécerelle, Hobereau, Pèlerin, Épervier d'Europe, Autour des palombes , Circaète Jean le Blanc, Milan noir, ....
Une observation de la curée des Vautours est même programmée (sous réserve).

Lorraine, bilan 2014

Alors que les frimas hivernaux lorrains ne seront bientôt plus qu’un lointain souvenir (en tout cas on l’espère tous), nos amis balbuzards sont en train de faire leurs valises. Fini le soleil de Bamako, Dakar ou Abidjan : ce n’est qu’une question de semaines avant que nos amis pêcheurs aillent faire trempette sous le soleil de… enfin en Lorraine quoi.

16 mars, la période du retour des balbuzards bat son plein en forêt d’Orléans…

Cette année, c’est le 27 février que nous avons pu observer pour la première fois un balbuzard de retour en forêt d’Orléans. Il s’agissait de ‘’Panchita’’, déjà observée la première l’an passé et dont l’historique a déjà été évoqué dans ces colonnes (voir nouvelle du 6 mars 2014). Au 3 mars, trois autres oiseaux constituaient avec elle l’avant-garde des arrivants, dont un couple déjà reformé au 1er mars.
Après une ‘’pause’’ apparente de quelques jours, nous assistons maintenant à la succession des retours…

De l'herbe dans les aires

Le 27 février, un premier balbuzard est observé à l’étang du Ravoir, en forêt domaniale d’Orléans. En fin d’hiver, les aires des rapaces sont envahies par d’abondantes herbes vertes. Elles prolifèrent dès les premiers rayons de soleil, profitant de la matière organique accumulée par les fientes et les restes de proies. A leur retour, les oiseaux rechargent l’aire et creusent la cuvette de ponte, faisant disparaitre ces petits jardins perchés. En tout début de saison, ceux-ci sont un bon indice pour repérer les aires utilisées, y compris en falaise.
Le passage des oiseaux nichant plus au nord de l’Europe (Ecosse, Suède, Allemagne, etc.) est un peu plus tardif, et des migrateurs pourront être vus durant tous les mois de mars et avril en France.

3 jeunes prennent leur envol sur un pylône dans le Loiret

Lundi 23 juin, grâce au suivi minutieux réalisé depuis le mois de mars et grâce à la mobilisation de RTE, 3 jeunes poussins ont pu être bagués sur un pylône électrique dans le Loiret. Les premiers vols ont été observés une semaine après, le 29 juin. Les premiers envols, entre les lignes électriques, sont stressants pour les observateurs… 

Le couple du Ravoir est en échec

Alors que la ponte avait été déposée le 4 avril, et l’éclosion survenue le 14 mai, l’unique poussin est retrouvé mort le 16 juin. Gilles Perrodin, alerté par des comportements inhabituels du couple en cette période de l’année (apports de branches et aménagement de la cuvette par la femelle qui ne provoquent aucun mouvement du jeune,  absence de nourrissage, simulacres d’accouplements), retrouve au sol, sous le nid, l'aile droite du jeune, détachée du corps de l'oiseau par un prédateur.

Panchita au Ravoir

La bague de l’oiseau présent depuis le 20 février au moins a pu être lue par G.Perrodin le 25 février : il s’agit bien de Panchita, cette femelle baguée dans le nord de l’Espagne en février 2011 et qui est fidèle à ce site d’hivernage : http://www.alertapescadora.com/noticias.asp?id=1093
En 2013, elle a été contactée le 5 février dans l'estuaire (ría del Eo) mais avait disparu le 21 février au matin, ainsi que les jours suivant. Elle hiverne seulement à environ 900 km (à vol d’oiseau) de son site de reproduction et il n’est pas étonnant qu’elle soit un des premiers balbuzards de retour (conditions météorologique hivernales assez semblables en France et au nord de l'Espagne et distance réduite).