Actualités

Avril 2011 (vidéo)

Alors que les balbuzards nicheurs de la région Centre déposent leurs pontes, des oiseaux en migration peuvent encore être vus un peu partout en France.

Le 2 avril, la LPO Auvergne a organisé un comptage simultané sur la rivière Allier. Ce sont 35 à 39 individus qui ont été recensés : http://www.faune-auvergne.org/index.php?m_id=30077
A l’initiative de Sylvain Vrignaud, une journée pour le recherche d’indices de reproduction dans le Val d’Allier est programmée le 26 juin prochain : http://www.lpo-auvergne.org/ page « enquête ».

Le 11 avril, dans l’Aube, sur la Seine, Johanne Bellet a pu observer et filmer la pêche d’un balbuzard en halte migratoire. Ce spectacle n’est pas réservé aux naturalistes de la région Centre : il peut être admiré sur de nombreux plans d’eau lors des passages migratoires pré et postnuptiaux.

Février 2011

  Fin février, alors que certains balbuzards sont encore dans l’aire d’hivernage, un individu mâle, qui arrive très tôt depuis plusieurs années, est présent sur son nid en région centre depuis le 28 février.

 

Septembre 2010…

En septembre, alors que certains balbuzards sont encore sur leur site de nidification, comme « 8Z », le mâle nichant à l’observatoire du Ravoir en forêt d’Orléans, d’autres ont entamé leur migration.

Premières données sur le retour des balbuzards en région Centre au 3 mars 2010

Le retour des balbuzards en région Centre paraît s'amorcer cette année de façon très précoce. C'est en effet dès le 22 février qu'en forêt d'Orléans, un mâle anciennement reproducteur a été observé sur son nid. Le 2 mars, une femelle l'a rejoint, formant ainsi avec lui un nouveau couple dont l'avenir dira s'il est temporaire ou définitif.

Septembre 2009 : deux balbuzards victimes de tir au fusil en Gironde.

Le balbuzard fait l’objet de programmes nationaux de sauvegarde et de suivi dans la plupart des pays européens où il est présent. En France, 30 couples se reproduisent sur le continent et 30 en Corse. Exterminé d’une grande partie de l’Europe par les destructions directes au cours des siècles passés, ce rapace pêcheur se réinstalle très lentement grâce à la mobilisation des pouvoirs publics et des associations.
Cette destruction aveugle, ce n’est pas seulement un balbuzard qui disparaît, c’est une atteinte à la beauté du monde sauvage, une offense au symbole que représentent ces oiseaux migrateurs sauvegardés par la coopération européenne.

Pages