Combien de jeunes busards parviendront à l’envol en 2013 ?

Les conditions du printemps ont causé un grand retard de végétation (céréales et prairies de fauche) et l’affaiblissement des adultes. Les busards choisissent l’emplacement du nid en fonction de la hauteur et de la densité de la végétation disponible. La nidification des busards est donc tardive cette année, ce qui aura des conséquences sur l’envol des jeunes (cf infra).
Le manque de nourriture se fait aussi sentir, et les adultes sont affaiblis. Des adultes sont retrouvés morts au bord des routes en plus grand nombre qu’habituellement.

Entre le manque d’habitat favorables et le manque de nourriture, de nombreux oiseaux ne sont donc pas en condition de se reproduire cette année.
Pour ceux qui déposent une ponte, il est à craindre un fort taux d’échec. Les sols détrempés et les fortes pluies causent la verse des céréales et l’inondation des champs, facteurs de perte des nichées.


La plupart des pontes déposées cette année sont tardives. Les œufs éclosent donc au moment des moissons /fauches et la protection des nids est donc à la fois impérative et difficile. Dans les secteurs où personne n’intervient, les busards seront très rares à réussir leurs nidifications cette année.
Manque d’habitat, manque de nourriture, adultes affaiblis, nids noyés, céréales versées, faible taux de ponte, protections nécessaires et délicates pour les nichées entreprises… : pour les busards et les protecteurs, l’année 2013 est particulièrement difficile.