Actualités


18e rencontres du réseau Busards

Après une année de « relâche », bien occupée par la mise en œuvre de l’enquête nationale busards, le réseau s’est à nouveau réuni les 17 et 18 mars 2012, en Moselle. Pour cette 18e édition, le réseau a pu compter sur l’organisation impeccable des bénévoles de la LPO Lorraine, emmenés par Frédéric Burda. Saluons la participation de Daniel Béguin, vice-président du Conseil régional de Lorraine, et par ailleurs « inventeur » de la protection des busards dans les années 1970.

Circuslaire n° 27-28

La circuslaire n° 27-28 est parue en octobre 2011 : télécharger - lecture en ligne
Ce bulletin présente les résumés des thèses de Christiane Trierweiler et Almut Schlaich : la biologie du busard cendré (suivis par GPS : domaine vital et territoire de chasse, régime alimentaire, trajets migratoires, hivernage, etc.) et l’étude d’un site de halte migratoire au Maroc. Merci à nos collègues hollandaises du Werkgroep Grauwe Kiekendief de nous faire profiter de leurs recherches.
 

Passage migratoire des busards cendrés

Depuis la mi-août, le passage migratoire des busards cendrés a commencé au-dessus des Pyrénées. Le pic est observé fin août/début septembre au col d’Organbidexka, dans les Pyrénées-Atlantiques.
Alors que 83 oiseaux seulement avaient été observés en 2010, 84 en 2009 et 77 en 2008, ce sont 148 oiseaux qui ont été dénombré entre le 10 août et le 14 septembre 2011.
Ces chiffres semblent témoigner d’une bonne année de reproduction 2011: en 2007, alors que le réseau busard avait recensé un record historique de 2646 jeunes busards cendrés à l’envol (1804 en 2010, 1479 en 2009, 2018 en 2008), les observateurs du col basque avaient comptabilisés 144 oiseaux en migration postnuptiale.
Pour suivre le passage des busards cendrés.
 

Fin août, dans le Poitou

Une femelle de busard cendré posée sur une borne kilométrique, semble hésiter avant d’entreprendre la grande route vers les sites d’hivernage, au sud du Sahara.

Mi-juin, en Champagne-Ardenne.

Les moissons ont commencé. Les nids de busards repérés ont pu être protégés, avec l’accord des agriculteurs. Ici, une femelle perchée sur un des piquets de l’enclos de protection, voit avec inquiétude la moissonneuse s’approcher.
Ailleurs, là où les busards cendrés ne font pas l’objet de protections, l’hécatombe commence….

Les busards cendrés hivernent au sud du Sahara, dans le Sahel.

Les busards cendrés hivernent au sud du Sahara, dans le Sahel. Dans le cadre du programme de marquage alaire et en lien avec le projet faucon crécerellette, des prospections sont menées au Sénégal pour recenser les dortoirs et identifier les ressources alimentaires, en lien avec le paysage agricole.
Coordonnées par le CNRS-CEBC et la LPO, ces missions ont pour objectif de mieux connaitre les conditions d’hivernage des rapaces migrateurs.

 

Les dates d’arrivée en 2010

Le busard cendré est le seul parmi les trois espèces de busards présentes en France à hiverner au sud du Sahara. Il est donc de retour sur ses sites de reproduction plus tardivement que les busards Saint-Martin et busard des roseaux qui passent la mauvaise saison près du littoral atlantique ou en Espagne. Les premières observations du busard cendré en France s’étalent durant tout le mois d’avril, selon les latitudes… et la disponibilité des surveillants.
Voir « Synthèse des premières observations 2009 – 2010 »

Bilan de la saison 2009

Quand le campagnol s’en va, plus rien ne va…
Sur le total des nids trouvés les busards cendrés représentent 71 %.
Entre 2008 et 2009, en régressant de 1 137 à 856, le nombre de nids trouvés de busard cendré chute de 25 % pendant que le nombre de jeunes à l’envol régresse de 29 %.
Les comptes-rendus, à quelques exceptions près, dressent un constat sévère, répété, alarmant pour 2009 : « année catastrophe », « la pire des années »… Cependant, entre ces deux dernières années, on peut le dire : « les années se suivent et se ressemblent ».
Ainsi, pendant que la population nicheuse régresse de 25 %, le nombre de jeunes à l’envol ne régresse que de 4 % supplémentaires. Les productivités 2008 et 2009 sont ainsi très semblables : 1,77 pour 2008 et 1,67 pour 2009. Par contre le pourcentage d’envols dus aux interventions passe de 43 % à 57 %. Différence importante qui justifie pleinement l’action.

Pages