Une Tengmalm victime de barbelés

Un cas rare de mortalité d'une chouette de Tengmalm sur une ancienne clôture délimitant la frontière avec l'Espagne, découvert par le conservateur de la Réserve naturelle de la Massane le 10 octobre 2014.

Non connue sur le massif de l'Albère jusqu'à cette découverte, cette donnée est la plus orientale de la chaine pyrénéenne. Cette espèce est plutôt contactée sur le massif du Canigou situé à 35 kilomètres à l’ouest, à une altitude supérieure à 1 600 mètres, mais elle doit également être présente dans les hêtraies versant nord situés entre 800 et 1 100 mètres.
A l'heure actuelle des connaissances sur l'avifaune de ce massif des Albères, cet individu était-il un oiseau erratique ?
Le pic noir est présent depuis seulement 7-10 ans sur ce massif, où en effet se trouve la hêtraie la plus orientale des Pyrénées, située entre 600 et 1 100 mètres d'altitude, isolée par le col du Perthus et la mer au milieu des chênes verts.
Cette photo montre une fois de plus l'effet dévastateur des clôtures installées en pleine crête. Entretenues ou comme celle-ci non entretenue avec des fils détendus et enroulés, elles représentent un piège mortel pour les oiseaux, les migrateurs comme les sédentaires.

Bernard Latour (ONF) et Joseph Garrigue (Conservateur RNN de la Massane)