Franche-Comté

Actualités


Actions en faveur de la chevêchette et de la chouette de Tengmalm

Bilan du suivi

Année 2015

Chouette de Tengmalm : Avec 67 observations transmises pour la Franche-Comté, la saison a été meilleure que 2013 et 2014, mais reste très inférieure à 2012 (127 observations). La répartition des contacts a été plus haute en altitude : seuls 4 sites sur 46 étaient en dessous de 900 m, alors que la saison précédente ils représentaient 40% des sites. Deux sites étaient en-dessous de 700 m (contre 6 la saison précédente). 32 chanteurs ont été détectés (contre 26 en 2014, 2 en 2013 et 112 en 2012).
Les observations se répartissent sur 25 sites de 13 communes du département du Jura et 19 sites de 14 communes du département du Doubs. Cette saison l’espèce est recontactée dans les Vosges en Haute-Saône, dans un secteur régulier et sur un nouveau secteur à 450 m d’altitude. Une nichée de quatre jeunes est trouvée le 9 mai à 1160 m dans le Doubs.

Chevêchette d’Europe : La saison a été nettement supérieure à 2013 et 2014 mais inférieure à l’année record de 2012. 89 observations ont été faites sur 43 sites différents (en comparaison en 2012 il y avait eu 107 observations sur 55 sites). Aucune donnée n’a été collectée dans la partie franccomtoise des Vosges. L’espèce a de nouveau été contactée sur un site au nord de Morteau, à 785 m d’altitude, moyennant un effort de prospection par Christophe Arnoux. Des individus ont été contactés dans 17 communes du département du Jura (26 en 2012), 7 communes du département du Doubs (16 en 2012). 31 des 45 sites étaient au-dessus de 950 m d’altitude, 11 entre 800 et 950 mètres et 3 en dessous de 800 m. 33 mâles chanteurs ont été contactés, ce qui est très supérieur à 2013 et 2014, et supérieurs aux années précédant 2012 (entre 24 et 28 chanteurs). En 2012, 53 chanteurs avaient été entendus. Dans une forêt à moins de 900 m d’altitude, quatre chanteurs ont été entendus ensemble le 18 octobre 2014. Cette saison est marquée par la découverte de trois cavités occupées. Un couple à 970 m d’altitude est suivi par Eric Wolff. Le 14 avril, le couple est dans la cavité. Des accouplements sont observés les 17, 21 et 25 avril. Le premier jeune est détecté le 18 mai. Le 28 mai, trois jeunes se tiennent à l’entrée du nid. Dans une seconde cavité à 1250 m d’altitude, au moins un jeune est entendu le 23 mai. Dans la troisième cavité, à 1230 m d’altitude, l’évacuation des coquilles est observée le 30 mai et deux jeunes le 6 juin.
Coordination : Michel GAUTHIER-CLERC (LPO Franche-Comté)

Année 2014

Chouette de Tengmalm :
L’année a été meilleure que 2013. 45 observations ont été transmises pour la Franche-Comté, contre uniquement 7 observations la saison précédente et 127 deux années auparavant. Le fait notable est une aire de répartition de nouveau assez étendue et une proportion plus élevée que d’habitude d’observations en dessous de 900 mètres d’altitude, soit près de 40% des sites dans lesquels l’espèce a été contactée. Six sites se situaient même en dessous de 700 mètres d‘altitude. Notons à nouveau des données au nord de Morteau mais aucun contact n’a été fait en Haute-Saône et dans le Territoire de Belfort dans la partie franc-comtoise des Vosges.
En Franche-Comté, 26 chanteurs ont été détectés (versus 2 en 2013 et 112 en 2012) mais aucun cas de reproduction n’a été répertorié. Ces observations se répartissent sur 17 communes du département du Jura et 7 communes du département du Doubs. Dans l’Ain, deux chanteurs sont notés.
Par comparaison, le secteur du Jura suisse à l’ouest du canton de Vaud suivi de façon standardisé a montré des effectifs restant faibles et similaires à 2013 (GERNOV 2014).
Chevêchette d’Europe :
La saison reste assez semblable à la saison 2013, et bien inférieure à 2012. 50 observations ont été faites sur 25 sites différents. Aucune donnée n’a été collectée dans la partie franc-comtoise des Vosges. Par contre l’espèce a de nouveau été contactée sur un site au nord de Morteau, à 765 m d’altitude. Des individus ont été contactés dans 15 communes du département du Jura (12 la saison dernière, 26 en 2012), 7 communes du département du Doubs (3 la saison dernière, 16 en 2012). 18 des 25 sites étaient au-dessus de 950 mètres d’altitude et 2 en dessous de 800 mètres. 13 mâles chanteurs ont été contactés, ce qui est légèrement supérieur à 2013 mais bien inférieur à la saison record de 2012 (minimum de 53 chanteurs) et aux années antérieures à 2012 (entre 24 et 28 chanteurs). Un accouplement a été observé le 26 mars 2014.
Coordination : M. Gauthier-Clerc (LPO Franche-Comté)

Année 2013

Données non disponibles.

Année 2012

127 observations de chouette de Tengmalm ont été transmises pour la Franche-Comté, soit environ quatre fois plus qu’en 2011 et 60 l’équivalent de l’année 2010. Ces observations se répartissent sur 24 communes du département du Jura (14 en 2011), 29 communes du département du Doubs (5 en 2011) et 4 communes de Haute-Saône et 1 dans le Territoire de Belfort. La majorité des observations (60 %) a été faite dans l’aire de répartition traditionnelle, au-delà de 1 000 mètres d’altitude et 27 % entre 900 et 1 000 mètres. Cependant, 11 chanteurs ont été contactés en- essous de 900 mètres dont quatre autour de 600 mètres. Durant les quatre années précédentes, aucune observation n’avait été transmise en provenance de la partie franc-comtoise des Vosges malgré des prospections. Cette année, l’espèce a été contactée sur sept sites. 112 chanteurs ont été détectés mais aucun cas de reproduction n’a été répertorié. Cette année se rapproche de l’année 2010 (minimum de 102 chanteurs entendus) alors que les années 2008, 2009 et 2011 comptaient seulement 13 à 17 chanteurs. La répartition de l’espèce a repris cette année son aire maximale et notamment dans le Haut-Doubs au nord de Morteau où l’espèce n’était plus contactée. 107 observations de chevêchette d’Europe ont été faites sur 55 sites différents, soit beaucoup plus que les années précédentes (37 observations en 2011). Un fait notable est l’observation d’oiseaux au nord de Morteau ce qui n’avait pas eu lieu depuis plus de 10 ans mais aucune donnée n’a été répertoriée dans la partie franc-comtoise des Vosges malgré des prospections. Des individus ont été contactés dans 26 communes du département du Jura (14 la saison dernière) et 16 communes du département du Doubs (5 la saison dernière). Trois-quarts des sites étaient au-dessus de 950 mètres d’altitude mais cette saison a été marquée par la détection d’oiseaux dans 15 sites en-dessous de 950 mètres dont 4 en-dessous de 700 mètres d’altitude. Un mâle cantonné chantait à 520 mètres d’altitude. Avec un minimum de 53 chanteurs, l’effectif est environ le double en comparaison des dernières années (entre 24 et 28 chanteurs). Un seul cas de reproduction a été rapporté et suivi par Eric Wolff dans une ancienne loge de pic dans un sapin sec. Des apports de proies du mâle à la femelle ont été observés de fin mars à mi-mai. Le premier juvénile a été observé le 23 mai. Le 6 juin, 3 juvéniles ont été observés. Cette saison, l’espèce a été contactée sur son aire maximale à l’exception des Vosges.
Coordination : Michel GAUTHIER-CLERC (LPO Franche-Comté)

Année 2011

Seulement 34 observations de chouette de Tengmalm ont été transmises pour l’année 2011 en Franche-Comté, soit quatre fois moins qu’en 2010. Ces observations se répartissent sur 14 communes du département du Jura et 5 communes du département du Doubs. La majorité des observations a été faite dans l’aire de répartition traditionnelle, au-delà de 1 000 m d’altitude. Cependant 5 chanteurs ont été contactés en-dessous de 900 m dont deux vers 600 m d’altitude. Comme les 3 années précédentes, aucune observation n’a été transmise en provenance de la partie franc-comtoise des Vosges malgré des prospections. Seuls 15 chanteurs ont été détectés et un seul cas de reproduction répertorié, dans une loge de pic noir. Alors que l’année 2010 avait été une année relativement plus propice avec au moins 102 chanteurs entendus, l’année 2011 revient aux faibles niveaux de 2008 (13 chanteurs) et 2009 (17 chanteurs).
Durant le premier semestre 2011, 37 observations de chevêchette d’Europe ont été transmises soit relativement plus que les années précédentes sur la même période. Une nouvelle fois, toutes les observations ont été faites au sud de Morteau et aucune donnée n’a été répertoriée dans la partie franc-comtoise des Vosges malgré des prospections. Des individus ont été contactés dans 14 communes du département du Jura et 5 communes du département du Doubs, au-dessus de 950 m d’altitude à l’exception d’un site à 780 m où 2 chanteurs ont été détectés. Avec 24 chanteurs, l’effectif reste stable en 2011 (de 24 à 28 chanteurs entre 2007 et 2009). Un seul cas de reproduction a été rapporté avec 2 jeunes le 11 juillet.
Coordination : Michel GAUTHIER-CLERC (LPO Franche-Comté)

Année 2010

Avec 122 observations transmises, l’année 2010 apparaît comme une très bonne année pour la chouette de Tengmalm en Franche-Comté. C’est en effet trois fois plus de données qu’en 2009 et 2008. Un minimum de 102 mâles chanteurs (78 répartis sur 23 communes du Doubs et 24 sur 14 communes du Jura) ont été entendus entre le 18 janvier et 9 juin avec un pic au cours de la première décade d’avril. Pour comparaison, seulement 17 (ou 18) chanteurs avaient été dénombrés en 2009 et 13 chanteurs en 2008. Les données proviennent presque toutes de l’aire de répartition classique de l’espèce, c’est-à-dire des forêts de résineux au-dessus de 900 m d’altitude.
Cette abondance de chanteurs ne s’est curieusement pas traduite par un grand nombre de cas de reproduction puisque seulement cinq preuves de nidification ont été enregistrées (trois dans le Doubs et deux dans le Jura).
Le nombre de données de chevêchette d’Europe est stable au cours des trois dernières années : 49 en 2010, 51 en 2009, 52 en 2008 et 35 en 2007. Les observations proviennent de 15 communes du Doubs, toutes situées au sud de Morteau et seulement 7 communes du Jura. A une exception près, tous les sites se trouvent dans le massif du Jura et au-dessus de (900)-1000 mètres d’altitude. Comme pour la chouette de Tengmalm, cette répartition ne reflète que partiellement la réalité puisque l’espèce est beaucoup plus largement répartie, notamment dans le Haut-Jura.
Quatre familles comptant trois fois au moins 2 jeunes volants et une fois 3 jeunes volants ont été découvertes, fin juin et début juillet. Le chant d’automne a été entendu à 10 reprises de début septembre à la fin décembre.
Coordination : Dominique MICHELAT (LPO Franche-Comté)

Année 2014

Chouette de Tengmalm :
L’année a été meilleure que 2013. 45 observations ont été transmises pour la Franche-Comté, contre uniquement 7 observations la saison précédente et 127 deux années auparavant. Le fait notable est une aire de répartition de nouveau assez étendue et une proportion plus élevée que d’habitude d’observations en dessous de 900 mètres d’altitude, soit près de 40% des sites dans lesquels l’espèce a été contactée. Six sites se situaient même en dessous de 700 mètres d‘altitude. Notons à nouveau des données au nord de Morteau mais aucun contact n’a été fait en Haute-Saône et dans le Territoire de Belfort dans la partie franc-comtoise des Vosges.
En Franche-Comté, 26 chanteurs ont été détectés (versus 2 en 2013 et 112 en 2012) mais aucun cas de reproduction n’a été répertorié. Ces observations se répartissent sur 17 communes du département du Jura et 7 communes du département du Doubs. Dans l’Ain, deux chanteurs sont notés.
Par comparaison, le secteur du Jura suisse à l’ouest du canton de Vaud suivi de façon standardisé a montré des effectifs restant faibles et similaires à 2013 (GERNOV 2014).
Chevêchette d’Europe :
La saison reste assez semblable à la saison 2013, et bien inférieure à 2012. 50 observations ont été faites sur 25 sites différents. Aucune donnée n’a été collectée dans la partie franc-comtoise des Vosges. Par contre l’espèce a de nouveau été contactée sur un site au nord de Morteau, à 765 m d’altitude. Des individus ont été contactés dans 15 communes du département du Jura (12 la saison dernière, 26 en 2012), 7 communes du département du Doubs (3 la saison dernière, 16 en 2012). 18 des 25 sites étaient au-dessus de 950 mètres d’altitude et 2 en dessous de 800 mètres. 13 mâles chanteurs ont été contactés, ce qui est légèrement supérieur à 2013 mais bien inférieur à la saison record de 2012 (minimum de 53 chanteurs) et aux années antérieures à 2012 (entre 24 et 28 chanteurs). Un accouplement a été observé le 26 mars 2014.
Coordination : M. Gauthier-Clerc (LPO Franche-Comté)

Contacts et liens utiles

- LPO Franche-Comté, Michel GAUTHIER-CLERC (coordinateur)

- http://franche-comte.lpo.fr/