Lozère-Gard

Actualités


Actions en faveur de la chevêchette et de la chouette de Tengmalm

Bilan du suivi

Année 2015

Hors Parc national des Cévennes, bonne année en Lozère avec au moins 12 chanteurs de Chouette de Tengmalm répartis sur les massifs du Mont Lozère (4 chanteurs), le Goulet (1), Mercoire (2), monts de la Margeride (3) et une première sur l'Aubrac (3) après 9 ans de recherches ! La grande quantité de rongeurs suite à une excellente fructification des conifères explique sans doute ces bons résultats. Quatre nichées certaines produisent au moins 6 jeunes. ces résultats sont très partiels au vu de la grande surface d'habitats potentiels non prospectés. Un grand merci à Philippe Lucas pour son efficacité et ses échanges motivants !
Coordination : François LEGENDRE (ALEPE)

Sur le territoire du parc national des Cévennes, l'effort de recherche des mâles chanteurs a été similaire aux années précédentes. Merci aux nombreux partenaires et bénévoles qui sont venus apporter leur aide lors des comptages organisés sur le massif de l'Aigoual. Ainsi, 25 mâles chanteurs ont pu être détectés sur l'ensemble du PNC (Aigoual 12, Causses 7 à 9, Mont Lozère 4, vallées cévenoles 0). Il s'agit donc d'une bonne année sur le Mont Lozère et les Causses (nouveaux secteurs colonisés) mais une année moyenne sur l'Aigoual. Le grattage a permis de découvrir 5 oiseaux à la loge. Un suivi à l'aide d'une caméra, réalisé par Boris Guerin (ONF), a permis de confirmer la réussite de 2 nidifications (6 jeunes à l'envol), une reproduction probable et un échec de reproduction (prédation sur ponte).
Un petit mot pour saluer notre collègue Jean Séon, décédé cette année. Ce naturaliste hors pair passait ses nuits entières à chercher la Tengmalm et ses journées à la protéger. Nos pensées vont évidemment vers sa famille.
Coordination : Gaël KARCZEWSKI (PNC) et Boris GUERIN (ONF)

Année 2014

Au cours de l’année 2014, l’effort de prospection est resté quasi inchangé avec près de 210 heures d’écoutes consacrés à la détection des mâles chanteurs de chouette de Tengmalm : 28 certains ou probables en 2014. La totalité des sites occupés en 2013 le furent en 2014, Malgré des conditions météorologiques défavorables aux prospections hivernales, qui ont conduit à annuler plusieurs soirée d’écoute collectives, le nombre de mâles chanteurs détectés est plus important en 2014 (28) qu’en 2013 (16). Aucune nouvelle colonisation n’a pu être observée
La pression de "grattage" a été de près de 60 arbres à proximité des écoutes positives de mâles chanteurs. 13 Tengmalm ont été observées dans leur loge. La grimpe aux arbres pour confirmer la nidification a été très faiblement réalisée, seul 2 nids ont été découverts sur quelques arbres grimpés.
2014 est caractérisé par une présence constante de l’espèce sans réelle colonisation de nouveau territoire, malgré des prospections plus réparties sur le territoire notamment sur le massif de l’Aigoual. La présence d’un couple sur le causse Mejean (dont la reproduction a été encore avérée en 2014) et de deux chanteurs reste à noter, des échanges avec plusieurs ornithologiques ont permis de mettre en évidence la colonisation historique de ce territoire dès 1997. Nous tenons à remercier ces spécialistes de leur vigilance à travers ce texte.
Les efforts de prospection sur l’Aubrac ne donnent toujours rien et les 3 chanteurs historiques du causse de Sauveterre ne sont apparemment plus actifs. La Margeride apporte un chanteur entendu par hasard dans un nouveau secteur, les zones traditionnelles n’ayant pu être suivies.
Coordination : Jimmy GRANDADAM (Parc National des Cévennes) et François Legendre (ALEPE)

Année 2013

La pression d'écoute fut quantitativement à peu près identique en 2013 aux années précédentes. Le nombre de mâles chanteurs pour cette année est de 16 certains ou probables. La quasi-totalité des sites occupés en 2012 le furent en 2013, avec un nouveau site tout à fait particulier, celui du causse Méjean. Une des forêts de pin du causse accueille une loge de chouette où un piège photo révéla la présence de l’espèce, la reproduction du couple et la prédation des jeunes par un mustélidé. Contrairement à l’année 2012, la pression de "grattage" fut fortement réduite (30 grattages). Le nombre d’individus observés au trou est donc très faible (1 individu). En bref, 2013 marque clairement une présence pérenne de la chouette de Tengmalm sur le massif de l’Aigoual, une présence plus faible sur le mont Lozère, et surtout l’apparition de l’espèce sur le causse Méjean. L'Aubrac ne fournit toujours pas de mention et la Margeride n’a pas été prospectée alors qu'elle accueille assurément l'espèce.
Coordination : Jimmy GRAN DADAM (Parc national de s Cévennes) et François LEGENDRE (ALEPE)

Année 2012

Dans la zone coeur du Parc des Cévennes Sur l’Aigoual, la pression d'écoute a été, à peu près identique aux années précédentes, en terme purement quantitatif (200 à 220h). Par contre, l’hiver, peu neigeux, a permis un accès facile à l’ensemble des zones de présence, y compris en voiture, ce qui a grandement augmenté la pression d’observation, du point de vue qualitatif et a permis ce résultat exceptionnel en terme de nombre de mâles chanteurs de chouette de Tengmalm : 2 en Lozère (Aire de Côte et Tabilloux), 39 dans le Gard (14 sur Suquet /Miquel/ Caumète, 15 sur Montals Minier, 10 sur les Pises), plus 4 possibles (Villemagne, amont Pueylong, Camping et Valat du Pouset à Aire de Côte). On retiendra donc pour 2012, le chiffre de 41 chanteurs certains ou probables (+ 4 possibles). La quasi-totalité des sites historiques s’est avéré occupée et une extension des 3 noyaux (Lingas, Suquet et Montals) a été manifeste. Le 42e site (Marquairès) a été ajouté comme accueillant l’espèce (un oiseau entendu en juillet) sans indice de reproduction, cette année (pas d’écoute positive durant la saison de reproduction mais quelques écoutes positives, les années passées). Soit 42 sites accueillant l’espèce (3 lozériens et 39 gardois ; 7 en 2011 : 1 lozérien et 6 gardois). Au total, 11 individus (femelles probables) ont été observés au trou… seulement, malgré une forte pression de "grattage" (500 grattages dont un certain nombre sur les mêmes arbres, à des dates différentes). Sur les 62 causses, la pression d’écoute, de l’ordre de 50 h, a permis la localisation de 6 sites accueillant l’espèce. Sur le haut des vallées cévenoles, pas de contact malgré une pression d’écoute à peu près équivalente aux années précédentes. Sur le Mont Lozère, comme sur le massif de l’Aigoual, cette année 2012 s’est avérée particulièrement fructueuse avec 12 mâles chanteurs entendus et un individu vu au trou en juillet sur un site négatif au chant, soit 13 sites accueillant l’espèce. C’est la première année que de tels résultats sont obtenus sur ce massif.
Hors zone coeur du Parc des Cévennes : La zone Aubrac n'a rien donné malgré 8 prospections, les autres données correspondent à des prospections aléatoires en Margeride (5 chanteurs sur 3 sites) et sur le causse de Sauveterre (1 chanteur), pas de suivi réel. Soit au total, 6 mâles chanteurs. Pour conclure, 2012 marque la deuxième tentative de coordination du suivi "Petites chouettes de montagne" à l’échelle de cette bordure sud-est du Massif central. Il semble que 2012 constitue une année exceptionnelle pour la reproduction de la Tengmalm, au moins en terme de mâles chanteurs, sur l’ensemble cévenol (au sens large), avec 66 sites occupés. La bonne faînée des hêtres nous semble constituer la principale explication (bonne persistance hivernale des populations de mulots et campagnols roussâtres, perçue lors des sorties). En bref, 2012 marque clairement l’installation d’une population pérenne et conséquente de chouette de Tengmalm sur la bordure cévenole du Massif central (en particulier sur les zones d’altitude : monts Aigoual et Lozère. La présence de l’espèce sur les causses se confirme posant la question des sites de nidifications possibles… Pour ce qui concerne la chevêchette d’Europe, les prospections n’ont pas permis de contacter l’espèce sur la zone, malgré sa progression en 2011 dans les départements voisins du Massif central.
Coordination : Jean SEON (Parc National des Cévennes) et François Legendre (ALEPE)

Année 2011

Dans la zone cœur du Parc des Cévennes
Sur l’Aigoual, la pression d'écoute a été à peu près identique aux années précédentes ; le résultat, relativement faible (7 chanteurs de chouette de Tengmalm), est à mettre en relation avec le niveau particulièrement réduit de la production de faines par les hêtres cette année encore. Un seul nid a été trouvé avec reproduction avortée probable. Sur les Causses, la pression d’écoute a été moindre que les deux années précédentes : pas de recherche dans ce secteur où elle a été entendue précédemment. Sur le haut des vallées cévenoles, pas de contact malgré une pression d’écoute un peu plus structurée que les années précédentes. Sur le Mont Lozère, un contact unique pour 2011. Il ne fait guère de doute que la population du Mont Lozère est probablement plus importante qu’il n’y parait jusqu’à présent.

Hors zone cœur du Parc des Cévennes
Pour le reste de la Lozère, la conclusion est identique à celle du Mont Lozère, avec un seul mâle chanteur de chouette de Tengmalm entendu le 8 avril (tardif, donc peut-être non reproducteur) sur le causse de Sauveterre, dans une pinède de pin maritime. Les secteurs de chant ne semblent pas encore stabilisés dans cette partie du site.
En conclusion, le suivi sur la bordure sud-est Massif central est encore très imparfait et se poursuivra les années suivantes. Il semble que 2011 constitue une mauvaise année pour la reproduction de la Tengmalm, avec peu de chanteurs (9). La faible faînée des hêtres nous semble constituer la principale explication (mauvaise persistance hivernale des populations de mulots et campagnols roussâtres).
Coordination : Jean SEON (Parc National des Cévennes) et François Legendre (ALEPE)

Année 2010

Lozère (48)
L'Aubrac fournit enfin une donnée d'oiseaux chanteurs (O. Vinet) conférant à la chouette de Tengmalm une répartition quasi-totale sur le département (sont exclues les Cévennes méditerranéennes). Pas de découverte de nouveaux chanteurs sur les autres sites. Sur le causse de Sauveterre, une donnée de 2006 arrivée (très) en retard fournit la première mention de reproduction certaine de la Tengmalm en Lozère (O. Amblard).
Coordinateur : François LEGENDRE (ALEPE)

Aigoual (30-48)
16 mâles chanteurs de chouette de Tengmalm et 5 nidifications certaines (dans 4 nouvelles loges et une déjà identifiée et utilisée depuis deux ans), voilà donc le résultat de la saison 2010.
Ces 16 mâles chanteurs représentent clairement notre record sur le massif de l’Aigoual. Il confirme l’installation de l’espèce et la poursuite de son extension, côté Lozère, mais toujours sans nidification avérée sur ce versant du massif.
Coordination : Jean SEON (Parc national des Cévennes)

Contacts et liens utiles

- ALEPE, François Legendre (coordinateur)
- Parc national des Cévennes, Jean Seon (coordinateur)

http://lozere.alepe.over-blog.com/
http://www.cogard.org/
http://www.cevennes-parcnational.fr/