PACA

Actualités


Portrait de la chevêchette d'Europe

La LPO PACA vient de sortir son premier Faune-PACA Info. Pour cette première lettre d'information, la chevêchette d'Europe est mise à l'honneur. Vous trouverez son portrait à la page 5

Actions en faveur de la chevêchette et de la chouette de Tengmalm

Bilan du suivi

Année 2015

Hautes-Alpes (05)
La Chouette de Tengmalm : En 2014-2015, la Chouette de Tengmalm présente une recrudescence d'observations avec 55 contacts répartis sur 29 sites. Les 3 nouveaux sites découverts portent le nombre total connu à 123 pour le département. Les observations sont toutefois très inégales avec quasi pas de données en Embrunais et Queyras. 3 reproductions réussies proviennent de nichoirs suivis depuis plusieurs années dans le Briançonnais et le Guillestrois pour un total de 8 jeunes à l'envol. Pour la Tengmalm
aussi le nouveau vient de l'ouest, avec sa première mention dans un nouveau district (Serrois Rosannais), en limite immédiate de populations drômoises connues ainsi que l'observation de 3 cavités occupées dans le Dévoluy. Aucun jeune à l'envol n'a toutefois pu confirmer de reproduction sur ce massif. Le département présente vraiment une lacune de connaissances sur le succès de reproduction de la chouette de Tengmalm. Depuis 2010, seulement 10 sites ont abrité des reproductions ou bien a minima des cavités fréquentées en période favorable. Par rapport à la chevêchette (CE), la tengmalm (CT) s'avère vraiment plus difficile à inventorier et à suivre ensuite.
La Chevêchette d'Europe : Avec 234 contacts positifs de chevêchettes répartis sur 64 sites, cette nouvelle période 2014-2015 comptabilise plus du double des données de l'année précédente (102 contacts pour 39 sites). C'est de loin la plus grosse année d'observations avec un réseau de 62 observateurs qui s'étoffe bien et aussi plus de suivis de reproduction. L'effort de prospection s'est bien intensifié dans le nord du département (Guillestrois Briançonnais) et bien développé sur la partie ouest (Gapençais Beauchaîne
et Dévoluy). A l'Ouest du Nouveau donc, en particulier dans le Dévoluy où l'on passe d'une seule mention historique en 1978 à 3 sites recensés dont une reproduction.
Depuis la dernière synthèse, 11 nouveaux sites ont été découverts portant le nombre total de sites connus à 126. Sur les 64 sites avérés en 2014-2015, 28 ne sont concernés que par des contacts automnaux. Parmi les 36 autres sites recensés en période de reproduction, 11 reproductions ont pu être confirmées (mais seulement 5 nids découverts) totalisant au minimum 32 jeunes à l'envol. Le nombre de jeunes envolés notés n'est souvent que de 1, 2 ou 3. Dans un cas même, il est probable que le seul jeune avéré ait été prédaté, encore non volant vu la plumée retrouvée. Le Queyras très peu prospecté cette année offre quand même la plus belle nichée observée avec 6 jeunes à l'envol à Ceillac.
Dans le Champsaur, 20 des 26 sites connus présentaient des oiseaux et 5 des 9 sites de nids connus ont donné un total de 11 jeunes à l'envol. Sur 2 autres sites, des accouplements ont été observés sans plus de résultats ensuite. Après les échanges d'information PNE-ONF de 2014, le parc national s'est investi cette année dans la sensibilisation auprès de la forêt privée (Provence Forêt), toujours afin de permettre une meilleure prise en compte de l'espèce dans les projets d'aménagement forestier.
Avec cette connaissance accrue de la chevêchette dans ses territoires hauts-alpins le gros chantier pour l'année à venir sera d'intensifier la recherche des nids et d'améliorer les suivis pour une meilleure estimations des succès de reproduction. En effet depuis 2010, 114 des 126 sites connus ont présenté des contacts de chevêchettes mais 26 seulement avec reproduction avérée. D'ailleurs pour le première fois le nombre de sites départementaux connus bascule en faveur de la chevêchette avec 123 CT / 126 CE alors qu'en 2009 par exemple ce rapport était encore très fortement dominé par la Tengmalm avec 91 CT / 51 CE.
Coordination : Marc Corail

Parc national du Mercantour : Alpes-de-Haute-Provence (04) et Alpes-Maritimes (06)
En 2015, le parc national a poursuivi la prospection ''chouettes de montagne'' dans les différentes vallées du coeur et de l'aire d'adhésion. Cette recherche s'est effectuée sur des sites non prospectés précédemment. Une meilleure connaissance de la répartition des 2 espèces ainsi qu'une approche de la densité des territoires occupés sont les objectifs de ce protocole qui s’est déroulé de février à avril sur les 6 vallées de l'espace protégé. La période de prospection s'est déroulée du 5 février au 22 avril dans des conditions climatiques normales. 34 sites ont été parcourus totalisant 237 points d’écoute. Il faut ajouter à cela les observations d'un bénévole (Vincent Adamo) sur la zone du Col de Turini-Authion (Vésubie-Roya), soit 18 contacts de Chevêchette (Authion=2 territoires différents probables, St Etienne de Tinée=1 territoire) et 4 de Tengmalm (Vésubie=4 territoires différents). Les altitudes de contact s’échelonnent pour la chevêchette de 1330 m à 1700 m, pour la Tengmalm de 1530 m à 2010 m approximativement. Au total 21 mâles chanteurs de chevêchette et 9 de Tengmalm ont été relevés pour 2015 auxquels il faut ajouter 1 couple nicheur de chevêchette sur Turini (Adamo) et une loge fientée en Vésubie
(Boréon). La pression de prospection a été identique globalement aux années précédentes.
Coordination : Daniel Demontoux (Parc national du Mercantour)

Année 2014

Hautes-Alpes (05)
Chouette de Tengmalm : Par rapport à la période précédente, la Chouette de Tengmalm a bénéficié d'une (bien modeste) recrudescence d'observations en 2013-2014. L''espèce n'a été contactée que 19 fois avec toutefois 2 nouveaux sites découverts (Bochaîne et Guillestrois). L'essentiel des contacts est au chant en période de reproduction, de nuit mais parfois aussi en pleine journée. Il n'y qu'une seule mention automnale: en Vallouise, un oiseau suivi par vidéo est observé fuyant précipitamment son nichoir artificiel lors de l'intrusion d'une fouine. Le seul succès de reproduction avéré est signalé dans le Guillestrois par R Ballestra avec 4 jeunes dans un nichoir artificiel. Dans le Champsaur enfin, 2 nids occupés sont découverts sur des territoires connus mais sans confirmation du succès de reproduction. L'un des sites a été fortement perturbé par un débardage et stockage de bois à proximité immédiate du nid. Le descriptif exhaustif des 3 nids actuellement connus dans le Champsaur a été réalisé conjointement entre le PNE et l'ONF en vue d'une meilleure prise en compte de l'espèce dans les aménagements forestiers à venir. Enfin l'apport d'anciennes données du parc régional du Queyras permet également de porter le nombre de site total à 120 pour le département.
La Chevêchette d'Europe : Avec 102 contacts répartis sur 39 sites positifs pour la chevêchette, cette nouvelle période 2013-2014 est un peu moins fructueuse que la précédente (45 sites en 2012-2013).
C'est aussi la quarantième année de collecte de données naturalistes sur les petites chouettes de montagne. La dynamique départementale des observateurs continue à se structurer, notamment à travers plusieurs soirées d'information conjointes entre le parc national des Ecrins et les 3 sections locales de la LPO. L'effort de prospection selon les districts demeure toutefois encore très inégal. Il se renforce sur le Gapençais et le Dévoluy mais avec encore très peu de résultats positifs... tout au moins pour cette période.
Depuis la dernière synthèse, 8 nouveaux sites ont été découverts. Sur les 39 sites avérés en 2013-2014, 10 ne sont concernés que par des contacts automnaux. Parmi les 29 autres sites recensés en période de reproduction, 6 reproductions ont pu être confirmées (avec 4 nids découverts) totalisant au minimum 7 jeunes à l'envol. Le succès ne semble donc pas très bon et la désertion fin mai de deux nids occupés reste un mystère: prédation, abandon ou envol bien plus précoce que prévu d'un ou des rares jeunes élevés ?
L'apport d'anciennes données du parc régional du Queyras permet de porter le nombre de sites total à 110 pour le département au 31 juillet 2014.

Parc national du Mercantour : Alpes-de-Haute-Provence (04) et Alpes-Maritimes (06)
En 2014, le parc national a poursuivi la prospection ''chouettes de montagne'' dans les différentes vallées du cœur et de l'aire d'adhésion. Cette recherche s'est effectuée sur des sites non prospectés en 2012 et 2013.
Le protocole s’est déroulé de février à avril sur les 6 vallées de l'espace protégé. 34 sites ont été parcourus totalisant 210 points d’écoute.
Au total 12 Chevêchettes et 2 couples (Roya-Bevera et Authion) et 16 Tengmalms et 1 couple auront été contactées en 2014 dont 10 Chevêchettes et 10 Tengmalms au cours du protocole d'inventaire du parc national comme indiqué dans le tableau ci-dessus. C. Robion (AMM) et F. Adamo ont complété ces relevés.
Sauf autres données (ONF, etc.), 10 Chevêchettes et 2 couples nicheurs ainsi que 16 Tengmalms et 1 couple constituent l'inventaire 2014 pour les Alpes Maritimes.
2 chevêchettes uniquement pour le 04.
En 2015, cet inventaire sera poursuivi sur de nouveaux sites forestiers.
Coordination : Daniel Demontoux (Parc national du Mercantour)

Année 2013

Hautes-Alpes (05)
Chevêchette d'Europe : De manière générale, la période 2012-2013 se caractérise par une hausse notable de l'effort de prospection ainsi que des observations. Cela est dû, en partie, à l'investissement important de quelques personnes mais aussi une augmentation globale du nombre d'observateurs aussi bien individuels, que issus de la dynamique associative ou des institutions comme le Parc national des Ecrins, l'ONF ou le réseau des sites Natura 2000. Il faut noter toutefois une répartition inégale de l'effort de prospection selon les districts qui traduit la nécessité, à l'avenir, d'une plus grande coordination des observateurs au sein d'une dynamique départementale. Depuis la dernière synthèse, 20 nouveaux sites ont été découverts portant le total à 98 sur le département au 31 août 2013. 45 sites ont été fréquentés pendant la période 2012-2013. 17 ne sont concernés que par des contacts automnaux, 13 par des contacts en période de reproduction et 15 (tous dans le Champsaur) par des contacts aux deux périodes. Sur les 27 sites fréquentés en période de reproduction, 5 nichées ont été recensées totalisant 13 jeunes à l'envol. Ce faible résultat traduit le fait que, globalement, l'effort de prospection est encore essentiellement tourné vers la recherche de nouveaux territoires ou la simple confirmation de présence sur les sites connus. En Clarée toutefois, un site de reproduction est suivi pour la 4e année avec 4 jeunes à l'envol. Dans le Queyras, 2 sites présentent des indices de reproduction probable (nettoyage et tapis de pelotes en pied de cavité). Dans le Champsaur, à l'automne 2012, une prospection quasi exhaustive des habitats potentiellement favorables a permis de porter de 7 à 23 le nombre de sites fréquentés par la chevêchette. Le printemps suivant a pu alors être consacré à la recherche des territoires de reproduction. 5 nids ont été découverts dont 3 totalisant 5 jeunes à l’envol + 2 nids fréquentés par les adultes (avec apport de proies et nettoyage de nid) mais sans preuve ensuite de succès de reproduction. Un 6e territoire a été confirmé par la découverte de 4 jeunes fraîchement envolés mi-juillet. L’accès assez aisé aux différents sites de reproduction et leur relative proximité ont grandement facilité cet inventaire (2 nids occupés ont été relevés à moins d’un km de distance). Dans les districts intra-alpins (Embrunais, Queyras et Briançonnais) un travail analogue exigerait 10 fois plus d’investissement étant donné l’étendue du territoire, l’ampleur des versants forestiers, et le nombre important d’habitats potentiels non encore prospectés. Le Dévoluy est le district oublié des chevêchettologues ! Enfin, des prospections sans résultats ont débuté dans les Pré- Alpes gapençaises malgré des milieux assez propices.
Chouette de Tengmalm : En 2012-2013, c'est une évidence : la Tengmalm n'a pas bénéficié du même essor de prospection que la chevêchette. Il s'agit sans doute même d'une conséquence irecte d'un report d'effort. L'espèce n'a été contactée que 11 fois avec toutefois 4 nouveaux sites découverts (2 dans le Guillestrois et 2 dans l'Embrunais), ce qui porte le nombre de sites total à 114 pour le département. L'essentiel des contacts est au chant en période de reproduction, 3 contacts sont des observations automnales. En Clarée, un oiseau est observé à l'entrée d'une loge forée dans un tremble (après grattage). Aucune information de suivi de reproduction n'est remontée au réseau cette année. Remarque : en raison de l'intégration récente de données historiques et d'une meilleure connaissance des territoires, certains sites ont été fusionnés, d'autres rajoutés depuis les dernières synthèses d'où quelques légères différences possibles dans les totaux et sous-totaux présentés.
Coordination : Marc CORAIL

Alpes-de-Haute-Provence (04) et Alpes-Maritimes (06)
Parc national du Mercantour : En 2013, le Parc national a poursuivi la prospection ''chouettes de montagne'' dans les différentes vallées du coeur et de l'aire d'adhésion. Cette recherche s'est donc effectuée sur les sites non prospectés en 2012. Comme l'an passé, le protocole (repasse le long d’itinéraires prédéfinis) s’est déroulé de février à mai sur les 6 vallées de l'espace protégé. 42 sites ont été parcourus totalisant 266 points d’écoute. Malgré une augmentation très forte des points d'écoute (115 en 2012), les résultats 2013 sont nettement plus faibles qu'en 2012. En effet, il ressort seulement 4 contacts de mâles chanteurs de Tengmalm en 2013 contre 16 en 2012 et 18 contacts de chevêchette d'Europe en 2013 contre 25 en 2012. Il est difficile d’expliquer cette baisse des contacts mais ces 2 années 2012 et 2013 peuvent difficilement être comparées, les sites de recherche et donc les points d'écoute étant différents. On peut seulement émettre l'hypothèse que les sites a priori les plus favorables ont pu être parcourus en 2012 et que l'année 2013 n'a pas été d'une manière générale un bon cru. Un site de reproduction contrôlé dans le Var-Cians, avec au moins 2 jeunes. Département 04 hors PNM : une seule donnée de Marc Corail de chevêchette à Seynes-les- lpes. Le manque de prospection constaté en 2012 se confirme.
Coordination : Daniel DEMONTOUX (Parc national du Mercantour)

Année 2012

Alpes du Sud : Alpes-de-Haute-Provence (04) et Hautes-Alpes (05)
Le nombre total de sites où la chevêchette d’Europe a été contactée depuis les années 1980 s'élève à 90 dans les Alpes du sud (Hautes-Alpes et Alpes de Haute-Provence). Au cours de la saison 2011-2012, l'espèce a été relevée dans 36 sites, dont 16 nouveaux. Les prospections de l'automne 2011 (de septembre à décembre) ont donné des résultats positifs dans 21 sites, celles du printemps 2012 (de janvier à août) dans 18 sites. Dans les Alpes de Haute-Provence, l'espèce n'est notée que dans 3 sites à l'automne 2011 : communes de Colmars, St-Andréles- Alpes et Seynes. Pas d'observation au printemps 2012 (manque de prospection). Dans les Hautes-Alpes, 32 sites ont été prospectés, dont 18 sites à l'automne 2011 (dont sept nouveaux sites : 3 dans le Briançonnais, 1 dans le Champsaur-Valgaudemar, 2 dans l'Embrunais, et 1 dans le Queyras) et 18 sites au printemps 2012 (dont 9 nouveaux sites : 3 dans le Briançonnais, 2 dans l'Embrunais, 1 dans le Guillestrois, et 3 dans le Queyras). La reproduction est constatée dans 5 sites (10 jeunes au total) : 1 dans le Briançonnais (3 jeunes), 1 dans le Champsaur-Valgaudemar (2 jeunes), 2 dans l'Embrunais (4 jeunes) et 1 dans le Queyras (1 jeune). Le nombre total de sites où la chouette de Tengmalm a été notée depuis les années 1980 s'élève à 116. Au cours de la saison 2011-2012, l'espèce a été relevée dans 31 sites. Les prospections d'automne ont donné des résultats positifs dans 8 sites (tous déjà connus), celles de printemps dans 24 sites (dont 10 nouveaux sites). Une seule donnée (à l'automne 2011) dans les Alpes de Haute-Provence (Thorame- Haute). Dans les Hautes-Alpes, la chouette de Tengmalm a été contactée dans 30 sites au cours de la saison 2011-2012. Dix nouveaux sites ont été découverts au printemps 2012 (5 dans le Briançonnais, 2 dans le Champsaur- Valgaudemar, 1 dans le Guillestrois et 2 dans le Queyras). Une seule reproduction recensée, à Champcella dans le Guillestrois (3 jeunes).
Coordination : Philippe GILLOT

Alpes-de-Haute-Provence (04) et Alpes-Maritimes (06)
Parc national du mercantour : 2012 aura été pour le parc national l’année d’une relance des inventaires des petites chouettes de montagne basée sur une réactualisation des données et d’une meilleure connaissance de la répartition des ces espèces dans les zones d’exploitation forestière en révision d’aménagement. Le protocole (repasse le long d’itinéraires prédéfinis) s’est déroulé de février à mai sur 5 des 6 vallées du parc national. 35 sites ont été parcourus totalisant 115 points d’écoute. Si l’on ajoute les données de C. Robion (AMM), les résultats sur l’espace parc sont les suivants : 27 territoires occupés de chevêchette d’Europe et 18 de chouette de Tengmalm (chant spontané ou réponse à la repasse) confirmant la présence des 2 petites chouettes de montagne sur l’ensemble du parc. Soit pour la chevêchette, 21 territoires dans les Alpes-Maritimes et 6 dans les Alpes-de-Haute-Provence et pour la Tengmalm, 11 territoires dans les Alpes-Maritimes et 7 dans les Alpes-de-Haute- Provence. Dans la haute vallée du Var et du Cians (06) les reproductions d’un couple de chouette de Tengmalm (3 jeunes) et de 2 couples de chevêchette (au moins 5 jeunes à l’envol) ont été suivies.
Coordination : Daniel DEMONTOUX
(Parc national du Mercantour)

Année 2011

Alpes du Sud : Alpes-de-Haute-Provence (04) et Hautes-Alpes (05)
Le nombre total de sites où la chevêchette d’Europe a été contactée depuis les années 1980 s'élève désormais à 80 dans les Alpes du Sud (Hautes-Alpes et Alpes de Haute-Provence), soit 10 sites supplémentaires trouvés en 2011.
Dans les Alpes de Haute-Provence, 3 nouveaux sites ont été trouvés, uniquement à l'automne. Dans les Hautes-Alpes, 21 sites ont été prospectés, dont 6 sites au printemps (un nouveau site dans l'Embrunais) et 17 sites à l'automne (7 nouveaux sites : 3 dans le Briançonnais, 1 dans le Champsaur-Valgaudemar, 2 dans l'Embrunais et 1 dans le Queyras). Une seule reproduction a été observée, dans l'Embrunais (3 jeunes à l'envol).
Le nombre total de sites où la chouette de Tengmalm a été notée depuis les années 1980 s'élève à 106, soit 7 sites supplémentaires trouvés en 2011 (4 au printemps et 3 à l'automne 2011). Aucune observation dans le Vaucluse, mais en revanche, un nouveau site trouvé à l'automne dans les Alpes de Haute-Provence. Dans les Hautes-Alpes, l’espèce a été contactée dans 14 sites en 2011, avec 6 nouveaux sites découverts, dont 4 au printemps (2 dans le Champsaur-Valgaudemar, 1 dans l'Embrunais et 1 dans le Queyras) et deux à l'automne (dans le Guillestrois). Aucune reproduction n'a été découverte en 2011.
Coordination : Philippe GILLOT (CRAVE)

Alpes-Maritimes (06)
Quatre chanteurs de chevêchette d’Europe ont été entendus au printemps 2011 dans le massif du Mercantour : dans le Haut-Var (1), dans le Haut-Cian (2 nidifications suivies avec au moins 4 jeunes à l’envol) et dans la vallée de la Roya (1 chanteur).
La chouette de Tengmalm a été contactée sur 5 sites du massif du Mercantour (7 territoires occupés avec une nidification suivie et une famille observée).
Coordination : Boris Guérin (ONF)

Année 2010

Alpes du Sud (04, 05, 06, 84)
Conformément à la répartition actuellement connue de l'espèce dans les Alpes du Sud, c'est dans les Hautes-Alpes que la chevêchette d’Europe a été le plus souvent contactée en 2010 (16 sites sur 22). Plusieurs sites ont toutefois été répertoriés dans les autres départements alpins, mais sans indices de reproduction certaine : 4 sites dans les Alpes-Maritimes et deux sites dans les Alpes-de-Haute-Provence. Trois sites de reproduction ont été suivis en 2010, avec un total d'au moins huit jeunes à l'envol.
Sur l'ensemble des Alpes du Sud, dix sites ont donné des résultats au printemps uniquement, neuf à l'automne uniquement et trois au printemps et à l'automne.
Le département des Hautes-Alpes fournit le plus grand nombre des observations de chouette de Tengmalm dans les Alpes du Sud en 2010 (16 sites sur 20). A noter cependant trois contacts dans les Alpes-Maritimes et une observation dans le Vaucluse.
Coordination: Philippe GILLOT (CRAVE)

Alpes-Maritimes (06)
Cinq mâles chanteurs de chevêchette d’Europe ont été entendus dans la vallée de la Roya sur le massif de tête d'Alpe au printemps 2010 ; les effectifs sont stables comparés à 2009 (six mâles). Deux autres contacts ont été obtenus à Saorge dans le Cairos.
Un chanteur de chouette de Tengmalm a été entendu le 28 mars 2010 dans la vallée de la Roya sur le massif de tête d'Alpe, alors que l'espèce n'avait pas été contactée en 2009.
Un individu noyé a été découvert le 21 septembre dans l'un des lacs jumeaux à Fontanalbe à 2 237 mètres d'altitude (commune de Tende, vallée de la Roya). Toujours sur la commune de Tende, un chanteur de Tengmalm a été entendu le 13 avril.
Enfin, dans le val d'Entraunes, deux chanteurs ont été entendus dans une centaine d'hectares de sapinière en ubac le 13 mars 2010.
Coordination : Boris GUERIN (ONF)

Contacts et liens utiles

- CRAVE, Philippe Gillot (coordinateur)
- ONF, Boris Guérin (coordinateur)
Marc Corail (coordinateur)
- Parc national du Mercantour, Daniel Demontoux (coordinateur)

http://paca.lpo.fr/
http://www.faune-paca.org/
http://crave.free.fr/index.php?width=1280&height=1024