Suivi et conservation

 

Actions en cours

Un réseau « Petites chouettes de montagne » pour mieux connaître et mieux protéger la chevêchette d'Europe et la chouette de Tengmalm.

La chouette de Tengmalm et la chevêchette d'Europe ont longtemps été méconnues en France. Ces deux espèces vivent dans des endroits reculés, souvent difficiles d'accès. Leurs moeurs crépusculaires ou nocturnes et leur grande discrétion leur ont longtemps permis de passer inaperçues. Etaient-elles plus rares il y a quelques décennies (c'est bien possible) ou bien est-ce l'intérêt croissant pour ces deux espèces fort sympathiques qui explique l'augmentation du nombre de données enregistrées ces dernières années ? Les deux phénomènes sont peut-être liés : elles sont devenus plus communes et suscitent donc plus d'intérêt.

Afin de combler les lacunes sur la répartition, les effectifs et l'écologie de ces petites chouettes de montagne, la LPO et l'ONF ont décidé de constituer, ensemble, un réseau réunissant les ornithologues, les naturalistes, les forestiers voire même le grand public (usagers des forêts d'altitude).

Et ce, afin de réunir les passionnés de ces deux rapaces nocturnes, de partager, échanger et mettre en commun les expériences, les connaissances acquises par chacun et ainsi mieux cerner l'aire de répartition des deux espèces, estimer l'importance des populations et comprendre leurs besoins (surtout en terme d'habitat).

Les données récoltées permettront de proposer aux gestionnaires forestiers des mesures permettant le maintien ou la restauration d'un habitat favorable à la chouette de Tengmalm et à la chevêchette d Europe.

Toute personne intéressée par les petites chouettes de montagne est invitée à rejoindre ce réseau. Les contacts utiles sont indiqués dans la suite.

Prospection et suivi

Des efforts inégaux sont menés en France pour rechercher les petites chouettes de montagne. Les appels lancés, dès 2007, pour constituer un groupe de travail sur ces deux espèces ont d'ores et déjà porté leurs fruits puisqu'un premier bilan comprenant des données sur 14 massifs ou secteurs montagneux a pu être réalisé. Il est publié dans les Cahiers de la surveillance de Rapaces de France. Ce bilan, bien que remarquable, ne donne toutefois qu'un aperçu encore très partiel de la répartition et de la nidification des petites chouettes de montagne. Les prospections et suivis sont donc à poursuivre. C'est ce que le réseau de suivi s'attelle à faire !

Pour connaître les méthodes de recherche de la chouette de Tengmalm et de la chevêchette d'Europe, reportez-vous aux fiches n°3 et 6 du cahier technique (téléchargeable plus bas).

Retrouvez les bilans annuels du suivi mené en faveur des deux petites chouettes (publiés chaque année dans les Cahiers de la surveillance) :
bilan 2007
bilan 2008
bilan 2009
bilan 2010
bilan 2011
bilan 2012
bilan 2013
- bilan 2014

Les bilans annuels de suivi sont également publiés dans le bulletin d'information Tengmalm & Chevêchette.

Pose de nichoirs

Des opérations de pose de nichoirs destinés à la chouette de Tengmalm sont menées dans différents secteurs pour favoriser l'installation de l'espèce. Cette mesure vise à pallier la pénurie locale d'arbres à cavités. En réalité, elle n'est qu'une réponse partielle au problème posé. Et il convient de privilégier une bonne gestion sylvicole permettant de maintenir les habitats favorables et les espèces cavernicoles associées.

Les expériences d'installations de nichoirs pour la chevêchette, menées à l'étranger, se sont avérées infructueuses.

Un nichoir anti-prédation avec toit basculant installé en 2007 dans les monts du Forez - © R. Genouilhac

Plan de nichoir à télécharger au format PDF.
Extrait de l'article : BEAUD M., 1995, Protection de la chouette de Tengmalm grâce au nichoir à toit basculant, Nos Oiseaux 43:187-192. Documents mis en ligne, grâce à l'aimable autorisation de Michel Beaud.

 Suivi télémétrique de chevêchettes d'Europe

Un suivi télémétrique de sept chevêchettes d’Europe a été réalisé pour la première fois en France au printemps 2010. L’objectif de cette étude, qui s’est déroulée dans la Réserve naturelle des Hauts plateaux du Vercors, est de mieux connaître le domaine vital en période de reproduction de cette petite chouette.

Au total, trois adultes (un mâle et deux femelles) et quatre juvéniles, issus du même nid, ont été capturés et marqués.
Le mâle a conservé son émetteur durant un mois et 46 géolocalisations ont pu être réalisées. Durant les 14 premiers jours, l’oiseau a souvent été localisé « en attente » à une distance de 30 à 40 mètres de la cavité. Les géolocalisations ont permis de dessiner et de calculer la surface de son domaine vital (estimée à 93,4 hectares, soit moins d’un km²). Une augmentation significative de la taille de ce domaine vital entre la période pré-reproduction et post-reproduction avant l’envol a été observée (respectivement 19,5 hectares et 82,6 hectares). Cette grande variation de surface est probablement liée aux besoins grandissant en proies suite à la naissance des jeunes.
A l’inverse, la femelle utilise un territoire extrêmement restreint (3 hectares), situé à proximité de la cavité de reproduction.
Après l’envol, les jeunes semblent être restés ensemble pendant un mois, le signal a ensuite été perdu. Petit à petit, ils s’éloignent de la cavité et se séparent de leur mère au bout de 15 jours. A ce moment, le mâle semble assurer seul l’élevage des jeunes. Leur territoire a été estimé à 21 hectares.

Cette première expérience est un succès très positif et encourageant car il n’a aucunement perturbé le déroulement des reproductions et le développement des jeunes. En effet, malgré le stress subi par les adultes, ceux-ci ont continué presque immédiatement à s’occuper de leur nichée. Les résultats obtenus lors de cette étude seront à confirmer lors de la nouvelle campagne de suivi prévue en 2011.

 Nouveauté 2017 : protocole d'inventaire

Suite à nos discussions lors de la deuxième rencontre du réseau national LPO/ONF "Petites chouettes de montagne", voici notre proposition de protocole de suivi à long terme de sites de référence (ce protocole n’a rien à voir avec l’enquête "rapaces nocturnes").

Ce protocole vise à mieux comprendre les évolutions futures des populations de petites chouettes de montagne en France.

Documents à télécharger :
- le protocole (en ppt et pdf)
- le tableur de saisie et la fiche de terrain correspondante
- les enregistrements pour la repasse
- le mode d'emploi pour l'utilisation de l'enceinte Innotech
- la publication de Lengagne & al.