Sensibilisation

 

Actions menées jusqu’en 2010

Plusieurs actions ont déjà été réalisées sur cette espèce par de nombreuses structures pendant plusieurs années. En effet, celles-ci ne sont pas toutes présentent dans cet inventaire assez exhaustif.

Bourgogne

La Choue

Depuis plus de 30 ans, l’association réalise un inventaire et un suivi des sites favorables à l’espèce. En 1997, pour enrayer la disparition des sites de nidification à chouette effraie, la Choue créa une « base de donnée » de sites favorables. Dans la continuité, elle démarre une campagne de pose de nichoirs, tout en continuant le suivi de la reproduction. Ainsi ce sont 3900 jeunes envolés des nichoirs entre 1998 et 2009, pour un taux d’occupation de plus de 70 % en 2008. De plus l’association a réalisé de 1992 à 2007 un suivi de la mortalité routière avec la Société des Autoroutes Paris-Rhin-Rhône.

Alsace

LPO Alsace

La LPO Alsace lance en 1978 des actions sur l’Effraie des clochers, une campagne de protection avec pose de nichoirs et suivi de la reproduction, qui se poursuit encore aujourd’hui. Sur 300 nichoirs contrôlés en 2005 (210 dans le Haut-Rhin et 103 dans le Bas-Rhin), 125 étaient occupés dans le Haut-Rhin et la moitié dans le Bas-Rhin. Dans le cadre du programme SIBA (Suivi des Indicateurs de la Biodiversité en Alsace), l’Effraie a été choisie comme indicateurs de la qualité des milieux et bénéficie aussi d’un suivi de ses pelotes de réjection qui sont récoltées et analysées afin d’évaluer la diversité et la densité des micromammifères.

Champagne-Ardenne

LPO Champagne-Ardenne

Un groupe d’adhérents lance en 1996 l’opération « Mettez une chouette dans votre Grenier » afin d’enrayer la régression de l’espèce dans la région. Le soutien de la fondation Nature et Découvertes et du PNR de la Montagne de Reims permet de poser les premiers nichoirs. Le suivi automnal d’une trentaine de nichoirs est désormais mis en place dans la Marne, ainsi que l’analyse des pelotes de réjection récoltées. En parallèle à cette action de conservation, des séances de sensibilisation sont réalisées dans les écoles de la région. Des bénévoles de l’Aube se mobilisent pour élargir l’action à ce département.
En 2006, le Conseil Régional a alloué une aide financière à la LPO pour développer la protection de l’Effraie et de la Chevêche. A ce jour, environ 150 nichoirs à effraie ont été posés dans le cadre de cette action.

Ile-de-France

Groupe Effraie-Chevêche du CORIF

Le groupe Effraie-Chevêche du CORIF a déjà mis en place plus de 70 nichoirs dans les Yvelines, contrôlés systématiquement chaque année. Beaucoup ont été disposés dans les églises avec la collaboration des élus, ou dans des bâtiments ruraux avec l’aide des agriculteurs.

Groupe Chevêche-Effraie de NaturEssonne

Depuis plus de 15 ans, le groupe Chevêche-Effraie de l’association NaturEssonne met des nichoirs en place pour permettre le retour de l’espèce dans les clochers et les nefs grillagés du département.

PNR du Gâtinais

Depuis 2000, le PNR du Gâtinais français met à la disposition des communes et des particuliers des nichoirs pour l’Effraie et la Chevêche. En 2003, un recensement des sites de particuliers pouvant accueillir l’espèce a également été réalisé. De plus, l’équipe du Parc suit les nichoirs installés dans les clochers des églises du Vaudoué et de Courdimanche-sur-Essonne.

PNR de la Haute Vallée de Chevreuse

L’équipe du Parc a équipé de nichoirs plus d’une douzaine d’églises et augmente progressivement les aménagements en faveur de l’Effraie.

Nord-Pas-de-Calais

PNR Scarpe-Escaut

En 1997, le PNR Scarpe-Escaut a proposé aux agriculteurs de son territoire l’installation d’un nichoir pour Effraie des clochers dans leurs bâtiments d’exploitation. Environ 130 agriculteurs (sur 500) ont répondu favorablement. Le Parc a sollicité une association locale de protection de la nature pour définir les sites d’installation dans les corps de ferme. Suite à cela, un couvreur a posé les nichoirs. Fin 2004, 114 nichoirs ont été installés. A la demande du Parc, l’association effectue un suivi annuel (entretien, contrôle des nichoirs) par une visite hivernale. Afin de pouvoir suivre l’impact de cette opération, une base de données a été créée par le Parc. Dans le « Héron » (bulletin du GON), on trouve un taux d’occupation de 36 % en 2008.

Franche-Comté

LPO Franche-Comté

Depuis 2004, la LPO Franche-Comté, en partenariat avec la Choue, a lancé une campagne de pose de nichoirs et de sensibilisation sur l’Effraie des clochers.

Lorraine

LPO Moselle

Les groupes locaux de la LPO Moselle ont lancé en 2005 une campagne de recensement des gîtes existants et d’installation de nichoirs pour l’espèce.

Auvergne

LPO Auvergne

Un réseau a été créé en 2005, une quinzaine de sites sont connus en 2009, et le suivi se met en place peu à peu pour récolter des données de nidification et de reproduction.

Basse-Normandie

Perche Nature

Une campagne de pose de nichoir a été lancée en 2009, avec la réalisation d’une plaquette pour les personnes désireuses d’en installer un. De plus cette campagne s’accompagne de la conduite d’animations pour les scolaires et la réalisation d’une mallette pédagogique.

Rhône-Alpes

LPO Isère

En 2009, la LPO Isère a lancé une enquête départementale pour préciser la répartition et les effectifs de l’Effraie. Parallèlement, cette enquête comporte aussi un volet « mortalité routière » pour recenser les cas de collisions routières chez l’Effraie, et les nocturnes en général.

 

Actions menées par la LPO Mission Rapaces

En complément de ces actions régionales, la LPO Mission Rapaces initie d’autres actions au niveau national comme par exemple pendant plusieurs années consécutives, des campagnes d’appels à don. En effet, pour cette année 2011, le plan national de sauvegarde en faveur de l’Effraie des clochers est une des trois priorités.

Animation du réseau Effraie

La protection et le suivi de l’espèce sont menés, depuis 2003, grâce à des réseaux régionaux de bénévoles coordonnés par des associations locales faisant partie du réseau national Effraie.
Le bilan du suivi de la reproduction de l’Effraie des clochers est publié tous les ans dans les Cahiers de la surveillance, qui présentent les résultats des suivis pour toutes les espèces de rapaces suivies en France. En effet, la publication de cette synthèse permet d’animer un réseau d’observateurs qui va en grandissant.
Cependant en regardant la carte de surveillance, des manques importants de suivi scientifique apparaissent (voir ci-contre, en vert les départements qui sont suivis). N’hésitez pas à vous insérer dans ce réseau pour nous partagions tous nos expériences pour sauvegarder cette espèce.

De plus, un outil essentiel pour l’animation de ce réseau a été créé en septembre 2011 : le bulletin « l’Effraie des clochers ». Celui-ci va permettre d’échanger et de dynamiser ce réseau afin qu’il perdure et se développe dans l’avenir.

Création d’un cahier technique

Cet outil technique en faveur de l’Effraie des clochers fut le premier à être créé en 2007 par deux structures : La Choue et la LPO Ile-de-France. Ce cahier a été financé par la région Ile-de-France et la Fondation Nature et Découvertes. Il est composé de 11 fiches détachables présentant l’espèce, sa biologie, son écologie, les différentes menaces qu’elle subit, ainsi les actions à mettre en place en vue de sa conservation. Cet outil est bien sûr mis à disposition des structures et personnes souhaitant mener des actions sur l’Effraie des clochers, il est disponible sur le portail de la LPO Mission Rapaces : http://rapaces.lpo.fr/mission-rapaces/les-cahiers-techniques.

Sensibilisation à la mortalité routière

Dans les années 1980, le Fond d’Intervention pour les Rapaces (FIR) avait réalisé une affiche destinée à sensibiliser les conducteurs à leur vitesse liée à la mortalité routière de la faune sauvage. En 2011, la LPO Mission Rapaces récidive, avec le soutien financier de la Fondation Norauto, en créant une affiche de sensibilisation « Rouler moins vite » et un autocollant concernant les collisions routières. En effet, le but étant d’inciter les conducteurs à conduire moins vite surtout sur des routes de plaines où les haies traditionnelles ne sont plus présentes. Cette menace est une des plus importantes concernant l’espèce : Sur une année, une « chouette effraie » meurt tous les 2 kilomètres d’autoroute.

Création d’un dépliant

Lors des rencontres sur le terrain, le dépliant de sensibilisation constitue une base de discussion et un premier accès à l’information. C’est un outil indispensable sur le terrain, qui permet de laisser un témoignage et un contact aux personnes rencontrées. Un dépliant national a été créé par le réseau pour présenter la démarche des bénévoles auprès des personnes rencontrées dans l’optique de l’installation d’un nichoir par exemple.

Bulletin "Effraie des clochers"

 

Campagne nationale de nichoirs à Effraie des clochers

Rencontre nationale réseau