Actualités

Galerie photo

Bilan de 14 années de suivi en Isère

Le dernier numéro du Bièvre n° 26, revue de la LPO Rhône-Alpes, est consacré au thème de la forêt. Parmi les nombreux articles sur les espèces fréquentant le milieu forestier, une synthèse est dédiée au suivi du circaète en Isère.

Quatorze ans de recherche et de suivi des couples de circaète Jean-le-Blanc Circaetus gallicus dans le sud-est du département de l’Isère. Le Bièvre - Tome 26. Françoise Chevalier, LPO Isère : Bievre 26_Circaete_basdef.pdf

Les circaetes sont de retour !

Sur ce site en Haute-Loire, le mâle est observé pour la première fois le 10 mars. Trois jours après son arrivée, il restaure l'aire utilisée en 2012. Le 16 mars, encore célibataire, il fait 6 apports de rameaux frais en l'espace d’une heure. Les branchettes annexes des grandes branches le gênent beaucoup. Il en coupe certaines avec le bec, d'autres sont tissées dans les matériaux du nid.
Le 19 mars, durant l’après-midi, il apporte 3 orvets à la femelle, revenue le 17 ou le 18 mars sur son site de nidification.
Bernard Joubert.

Les circaètes opportunistes en Israël

En France, il n’est pas rare de voir les busards, les faucons crécerelles, les milans, les goélands, etc. profiter des travaux agricoles pour chasser les proies mises à découvert. En Israël, ce sont les circaètes qui sont coutumiers de ce comportement.
Le 27 aout, Ron Milgalter filme une trentaine de circaète en chasse, plongeant avec frénésie dans les sillons tracés par un tracteur, pour y capturer une majorité de rongeurs et quelques serpents. En Israël, les circaètes partent régulièrement en chasse à plus de 20 km (jusqu’35 km selon les suivis satellitaires menés par G.Friedemann) de leur site de reproduction pour exploiter des zones très ouvertes, où il n’y a pas de sites de reproductions favorables mais où les proies sont abondantes.

Début mars, les circaètes reviennent en France

Aux vignobles de Bellet, site de suivi de la migration dans les Alpes-Maritimes où le passage des circaètes est remarquable, 980 individus ont été observés en migration entre le 9 et le 12 mars. 309 sont comptabilisés pour la seule journée du 12 mars (source migraction.net)
Plus au nord, au col de l’Escrinet, en Ardèche, au 12 mars, 5 individus seulement ont été observés. (source Migraction),

Le Circaète à l’honneur dans Terre Sauvage

Le dernier numéro de Terre Sauvage (mars 2103) publie un article sur le circaète dans les Alpes de Haute-Provence et en France. Ecrit par Johannes Braun, avec la collaboration de Jean-Pierre Malafosse, Bernard Joubert, Cédric Arnaud et de magnifiques photos de David Allemand.
Le pdf de la revue est téléchargeable sur : http://telecharger-pdf.com/?p=11773
Pour vous abonner : http://www.terre-sauvage.com/contacts/service-abonnement

 


 

Suivi satellitaires en Israël

En Israël, G.Friedemann et ses collègues des universités de Tel Aviv et de Haifa étudient les relations entre la buse féroce (buteo rufinus) et le circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus). Alors que la buse nichait dans les falaises des montagnes de Judée, la fermeture du paysage entraine un déplacement progressif de la population qui niche de plus en plus dans les arbres sur les contreforts de la montagne : le territoire des circaètes...

La compétition entre les deux espèces, pour les sites de reproduction et la ressource alimentaire, est étudiée grâce aux suivis satellitaires de 9 buses et 10 circaètes.
Deux vidéos montrent les opérations de terrain menées par G.Friedemann et son équipe.

3e rencontre circaète de Florac : premier bilan

Quatre années après la précédente rencontre, le réseau circaète s’est réuni en Lozère, au siège du Parc national des Cévennes, les 13 et14 octobre 2012.
Ce sont 45 participants venus de Lozère, Gard, Hérault, Aude, Ariège, Lot, Haute-Garonne, Tarn, Haute-Loire, Loiret, Loir-et-Cher, Creuse, Savoie, Isère, Alpes des Haute-Provence, Vaucluse…Italie et Israël, qui se sont retrouvés à Florac pour partager leurs connaissances et expériences.
Des périmètres de quiétude sont mis en place par le Parc national des Cévennes pour préserver les circaètes mais aussi quelques autres rapaces susceptibles d’être perturbés par l’exploitation forestière (aigle royal, faucon pèlerin, grand-duc, vautour moine, aigle botté…).

3è rencontres du réseau Circaète

Les 3èmes rencontres du réseau Circaète se tiennent cette année au cœur même du Parc National des Cévennes.
Les splendides terres de Lozère, qui ont été le cadre d’une des premières opérations réussies de réintroduction - celle du Vautour fauve -, figurent parmi les plus richement dotées en circaètes. Ce sont les terres de Jean-Pierre Malafosse, celles où le suivi effectué par notre ami est le plus ancien, le plus rigoureux et le plus complet.
En octobre, alors que les Jean- le-Blanc auront rejoint leurs quartiers africains d’hivernage, nous allons nous retrouver pour la troisième fois, à n’en pas douter dans la bonne humeur et la convivialité. Des collègues étrangers se joindront à nous. Je sais que nous saurons les accueillir.
Certains d’entre nous découvriront peut-être ce cœur du Massif central qui évoque l’Espagne. Sans difficulté, ils comprendront pourquoi se trouvent là parmi les plus belles densités en gallicus de l’ouest européen.

13 octobre 2012 : 3è rencontres du réseau Circaète

Après Langeac (2005), après Nadaillac (2008), voici Florac. Les 3èmes rencontres du réseau Circaète vont se tenir cette année au cœur du Parc national des Cévennes. 40 participants venus de Lozère, Gard, Hérault, Aude, Ariège, Haute-Garonne, Tarn, Lot, Corrèze, Isère, Savoie, Loiret,.. et même Italie et Israël vont partager leur connaissances et problématiques de conservation le samedi 13 octobre.
Une conférence sur le circaète animé par J-P.Malafosse est ouverte au public, à partir de 20h30 à la salle Emile Néaud, au siège du Parc national des Cévennes. La conférence sera suivie d'un documentaire réalisé par F.Petretti en Italie.

Pages