Impact des parcs éoliens sur la viabilité de la population héraultaise du Faucon crécerellette.

La population héraultaise du Faucon crécerellette compte 201 couples en 2017. La principale cause de mortalité constatée est la collision avec les éoliennes. Les suivis réalisés par la LPO Hérault permettent d’estimer la mortalité moyenne à environ 21 individus tués par an.

A l’initiative de la structure coordinatrice du Plan National d’Actions, la DREAL Occitanie, une étude a été lancée afin de mesurer l’impact de cette surmortalité sur la viabilité de la population héraultaise. L’analyse des données a été réalisée par les scientifiques du CEFE à Montpellier grâce aux données recueillies par la LPO Hérault et la LPO Mission rapaces. Nous nous sommes ainsi appuyés sur les suivis de la reproduction, ainsi que sur l’estimation des survies et des fréquences de reproduction obtenues à partir du programme de baguage. Plusieurs scénarios ont été testés en fonction de l’importance de l’immigration, de l’importance de la surmortalité éolienne et enfin en fonction de l’évolution des changements climatiques en région sahélienne, où les années de sécheresse impactent négativement la survie des faucons hivernants.

Les conclusions de cette étude indiquent que l’impact démographique des mortalités par collisions est important, induisant une diminution de croissance de l’ordre de 4%. Il s’avère donc crucial de ne pas installer des parcs éoliens à proximité des colonies ainsi que dans les zones de rassemblements postnuptiaux.

Ce travail a été présenté au séminaire Eolien et Biodiversité qui s’est déroulé les 21 et 22 novembre 2017 à Artigues-près-Bordeaux.

Pour en savoir plus :Duriez_et_al_2018_Actes_séminaire_Eolien_&_Biodiversité