Pose de balises GPS sur les Faucons crécerellettes de la plaine de Crau

Le CEFE-CNRS de Montpellier nous a fournis deux balises GPS fonctionnant avec une batterie d’une autonomie d’environ 10-12 jours. Ce matériel nécessite la recapture de l’individu équipé pour permettre le téléchargement des données enregistrées et le rechargement de la batterie. Neuf individus ont été équipés durant la période de reproduction, en phase d’installation et d’élevage des jeunes. Nous avons évité la période d’incubation en raison des risques importants de dérangement pouvant induire l’échec de la reproduction. La capture des individus n’a pas posé de problème, elle a souvent été effectuée au nid pendant la nuit. Par contre, la recapture des individus équipés a posé plus de difficultés car les individus étaient devenus méfiants et ne dormaient plus dans les nichoirs. Nous avons donc plusieurs fois utilisé un piège de type clape-net avec un déclenchement manuel à distance.
Un point GPS est enregistré toutes les 3 minutes, de 8h00 à 20h00, soit environ 240 par jours. 11 411 localisations ont été enregistrées (voir carte ci-jointe).

Les cartes des déplacements individuels peuvent être visualisées sur le site : https://www.movebank.org/

Les principales constatations de ce suivi télémétrique sont :
- L’utilisation du coussous, des prairies humides et des rizières soit la confirmation des résultats obtenus grâce au radiotracking réalisée en 1999 et 2000 sur des 6 individus se reproduisant sur la colonie du tas du berger.
- Les prairies humides et les rizières sont essentiellement fréquentées en période d’installation alors que les coussous le sont en période d’élevage des jeunes.
- Nous ne notons pas de différence en phase d’installation entre les habitats fréquentés par les individus originaires de « Brunes d’Arles » par rapport à ceux du « Tas du berger » malgré un éloignement vers l’Est d’environ 5 kilomètres entre ces deux colonies.
- Certains individus de Brunes d’Arles s’éloignent ainsi de leur site de nidification pour chasser jusqu’à 19 kilomètres en Camargue.
- Le suivi télémétrique confirme les observations de terrain qui montraient que les individus reproducteurs de Brunes d’Arles chassent principalement sur les coussous non pâturés de l’aéroport de la base d’Istres en période d’élevage.