Rassemblements post-nuptiaux en 2006

Ces trois dernières années, des faucons crécerellettes d'origine ibérique stationnent dans diverses régions du sud de la France du mois d'aôut à la fin septembre. Cette année encore le phénomène semble se reproduire: début août, un groupe de 63 individus est déjà présent dans les pyrénnées audoises et un autre groupe de 58 individus a été observé dans la Montagne noire (Infos Christian Riols, Y. Blaize).
Mi-août, il y avait 250 individus dans les Pyrénnées audoise (11), 120 à Eyne (66), 80 dans la Montagne Noire (81) et 650 dans l'Aveyron (12) (Infos C. Riols, E. Roy, Y. Blaize). Le graphique indiqué ci-dessous présente l'évolution des effectifs du dortoir aveyronnais de la mi-août à la fin septembre (d'après les informations de Carine Delmas, B. Elliotout et Alain Hardy).
Les lectures de bagues permettent de connaître l'origine de ces individus: par exemple dans l'Aveyron, 13 individus bagués venaient de Crau (8 juvéniles et 5 subadultes), 5 juvéniles bagués avaient été libérés dans l'Aude en juin 2006, 1 juvénile bagué avait une origine portugaise et 14 autres (juvéniles, subadultes et adultes) avaient probablement une origine espagnole. D'après les proportions d'oiseaux bagués dans les populations d'origine, on peut estimer que sur les 650 individus présents dans le dortoir Aveyronnais, 30 à 40 individus avaient une origine française et les autres une origine ibérique.
Les bagues lues et le plumage des individus permettent de leur donner un âge, dans le groupe aveyronnais, la plupart des individus étaient des juvéniles (nés en 2006) ou des subadultes (nés en 2005) à proportions relativement égales, moins de 5 % des individus étaient plus âgés.

Comment expliquer ce phénomène de concentrations post-nuptiales ?

C'est un phénomène connu en Espagne où ces regroupements de juvéniles sont généralement observés à de plus hautes latitude et altitude que celles du site de naissance. Le fait que cela se produise en France depuis quatre ans est probablement lié à l'évolution positive des effectifs en Espagne et au Portugal et plus particulièrement, dans le nord de l'Espagne. La principale hypothèse pour expliquer ce phénomène de regroupement est la recherche de sites présentant de fortes densités de proies (principalement des orthoptères), on sait par exemple que les milieux d'altitude présente des pics de densités de criquets et de sauterelles plus tardifs; ce phénomène a probablement aussi un rôle d'apprentissage des techniques de chasse grégaires pour les jeunes oiseaux, comportements qui leur serviront durant toute la période hivernale en Afrique de l'ouest.

 

A gauche : Dortoir dans un poirier (Aveyron 12) - Photo Bruno Berthémy
A droite : Habitat utilisé (Cerdagne 66) - Photo P. Pilard