Actualités

Galerie photo

Appel à dons en faveur du Plan national d’Actions

Le Plan National d’Actions en faveur du Faucon crécerellette bénéficie de financements publics, leur montant est de 50 000 euros en 2015. Cependant, les subventions de l’état et des collectivités territoriales sont en forte diminution (moins 40 % en deux ans) du fait de la mauvaise conjoncture économique. En 2014, le budget alloué au Plan National d’Actions n’a pas permis de mettre en œuvre toutes les actions programmées comme par exemple, les prospections et le suivi des dortoirs.

Bilan 2015 des rassemblements postnuptiaux

Cette année encore, l’enveloppe budgétaire réduite du PNAFC rendait un suivi saisonnier complet des dortoirs inenvisageable. Le suivi des rassemblements postnuptiaux étant important pour améliorer les connaissances sur le phénomène de dispersion pré-migratoire de l’espèce, évaluer les mouvements éventuels d’oiseaux entre les sites de rassemblement identifiés, il a néanmoins été décidé de réaliser un seul comptage simultané autour du pic de présence de l’espèce (fin août/début septembre).

Formation rapace diurnes les 20 21 et 22 avril dans les Gorges du Verdon

La LPO PACA organise du 20 au 22 avril un stage Rapace diurne ouverts aux naturalistes amateurs ou professionnels.
Durant trois jours nous prospecterons les meilleurs spots de la région (Vinon sur Verdon, Grand Canyon du Verdon,…) pour apprendre à identifier la majorité des espèces de la région et mieux connaitre leurs mœurs. Parmi les espèces observées au court des stages précédents on peut citer Aigle Royal, Vautour Fauve, Moine et Percnoptère, Faucon crécerelle, Hobereau, Pèlerin, Épervier d'Europe, Autour des palombes , Circaète Jean le Blanc, Milan noir, ....
Une observation de la curée des Vautours est même programmée (sous réserve).

Réintroduction du Faucon crécerellette dans les provinces de Castilla et Leon (Espagne)

  • Ce projet de l'association GREFA avec le soutien de la Fondation de la banque de Santander a permis d'installer plus de 500 nichoirs pour les faucons crécerellettes dans d'anciens silos à céréales désaffectés dans les plaines des provinces d'Ávila, León, Salamanque, Valladolid, Zamora. L'objectif du GREFA est de créer de nouvelles colonies et de favoriser des "corridors" entre les colonies isolées pour éviter leur disparition.
    Ce programme, débuté en 2004, a permis d'installer plus de 2 000 nichoirs dans 50 silos répartis dans toute l'Espagne avec l'implantation d'une trentaine de nouvelles colonies de crécerellettes.
    Querens 342 - Août 2014
     

 

Information du COGard: Le Faucon crécerellette nicheur certain dans le Gard en 2014.

Dans les années 1960-70 le Faucon crécerellette nichait sur quatre sites dans le Gard : Aigues Mortes en Petite Camargue, sur les falaises de Roquemaure et à Pujaut dans le Gard Rhodanien et sur les falaises du Mont Bouquet dans les Garrigues de Lussan. Dans les années 1980 seul le site du Mont Bouquet reste occupé par une population qui décline rapidement. A partir de 1985 les observations ne sont même plus annuelles. La dernière tentative de reproduction a lieu en 1991.

Le Faucon crécerellette, bientôt nicheur sur le massif de l’Arbois?

Le massif de l’Arbois, à proximité d’Aix-en-Provence, avec la présence d’individus observés en chasse lors de la migration depuis les années 80 et celle d’un couple nicheur en 2007, est considéré comme un site potentiel pour l’installation d’une nouvelle colonie.
Deux critères sont déterminants pour l’installation d’une colonie :
- l’abondance de proies dans des paysages ouverts ; cette espèce essentiellement insectivore se nourrit préférentiellement selon les périodes, de criquets, sauterelles, courtilières ou scolopendres,
- la présence de lieux physiques pouvant accueillir les nids ; cette espèce cavernicole et coloniale est connue pour réaliser ses nids dans des tas de pierres (en Crau) ou en falaise, mais elle s’installe également très souvent dans des bâtiments d’habitation ou des ruines. Et depuis quelques années, les expériences menées ont prouvé que cette espèce s’accommode également très bien des nichoirs.