Actualités

Galerie photo

Réintroduction du Faucon crécerellette dans les provinces de Castilla et Leon (Espagne)

  • Ce projet de l'association GREFA avec le soutien de la Fondation de la banque de Santander a permis d'installer plus de 500 nichoirs pour les faucons crécerellettes dans d'anciens silos à céréales désaffectés dans les plaines des provinces d'Ávila, León, Salamanque, Valladolid, Zamora. L'objectif du GREFA est de créer de nouvelles colonies et de favoriser des "corridors" entre les colonies isolées pour éviter leur disparition.
    Ce programme, débuté en 2004, a permis d'installer plus de 2 000 nichoirs dans 50 silos répartis dans toute l'Espagne avec l'implantation d'une trentaine de nouvelles colonies de crécerellettes.
    Querens 342 - Août 2014
     

 

Information du COGard: Le Faucon crécerellette nicheur certain dans le Gard en 2014.

Dans les années 1960-70 le Faucon crécerellette nichait sur quatre sites dans le Gard : Aigues Mortes en Petite Camargue, sur les falaises de Roquemaure et à Pujaut dans le Gard Rhodanien et sur les falaises du Mont Bouquet dans les Garrigues de Lussan. Dans les années 1980 seul le site du Mont Bouquet reste occupé par une population qui décline rapidement. A partir de 1985 les observations ne sont même plus annuelles. La dernière tentative de reproduction a lieu en 1991.

Le Faucon crécerellette, bientôt nicheur sur le massif de l’Arbois?

Le massif de l’Arbois, à proximité d’Aix-en-Provence, avec la présence d’individus observés en chasse lors de la migration depuis les années 80 et celle d’un couple nicheur en 2007, est considéré comme un site potentiel pour l’installation d’une nouvelle colonie.
Deux critères sont déterminants pour l’installation d’une colonie :
- l’abondance de proies dans des paysages ouverts ; cette espèce essentiellement insectivore se nourrit préférentiellement selon les périodes, de criquets, sauterelles, courtilières ou scolopendres,
- la présence de lieux physiques pouvant accueillir les nids ; cette espèce cavernicole et coloniale est connue pour réaliser ses nids dans des tas de pierres (en Crau) ou en falaise, mais elle s’installe également très souvent dans des bâtiments d’habitation ou des ruines. Et depuis quelques années, les expériences menées ont prouvé que cette espèce s’accommode également très bien des nichoirs.

Bilan de la reproduction 2013

L’effectif nicheur de la population française est de 350 couples en 2013 soit une augmentation de 5.1 % par rapport à l’année dernière (332 couples). L’estimation du nombre de jeunes à l’envol est de 726. La productivité moyenne de la population française en 2013 est donc de 2.07 jeunes par couple nicheur.

Les productivités des trois noyaux de la population française apparaissent assez disparates. La productivité de la population de Crau est la plus faible, égale à 1.98, du fait d’un taux de réussite moyen (65 %) en lien avec l’occupation croissante des sites aménagés mais qui demeure encore insuffisant par rapport aux autres sites français. Pour comparaison, les productivités des populations héraultaise et audoise sont en 2013 respectivement égales à 2.28 et 3.10. La population réintroduite dans l’Aude montre une forte productivité qui provient d’un taux de réussite élevé (85 %) et d’un excellent succès reproducteur (3.63).

Bilan 2012 de la reproduction

L’effectif nicheur de la population française est de 332 couples en 2012 soit une diminution de 6.5 % par rapport à l’année dernière (355 couples). L’estimation du nombre de jeunes à l’envol est de 796, soit un chiffre record pour notre pays (708 en 2011). La productivité moyenne de la population française en 2012 est donc de 2.40 jeunes par couple nicheur.
Les productivités des trois noyaux de la population française apparaissent plus homogènes que les années précédentes. En effet, la productivité de la population de Crau est égale à (2.30), bien plus élevée que les années précédentes (par exemple 1.59 en 2011) du fait d’un taux de réussite relativement fort (72 %) en lien avec l’occupation croissante des sites aménagés et l’abandon de certains sites au sol trop prédatés. Pour comparaison, les productivités des populations héraultaise et audoise sont en 2012 respectivement égales à 2.51 et 2.42.

Éolien : trois nouveaux cas de mortalité de Faucon crécerellette / LPO Hérault

Après les deux cas recensés en 2011, trois nouveaux cas de mortalité par collision avec une éolienne ont été relevés en 2012 sur l’ensemble des parcs éoliens situés sur le causse d’Aumelas (Hérault), tous constatés dans le cadre d’un suivi mortalité réalisé par la LPO Hérault pour le compte de plusieurs Sociétés projets représentées par la société EDF EN France.

Un Faucon crécerellette d’origine italienne nicheur en plaine de Crau

Le 12 mai 2012, un mâle adulte porteur d’une bague métal mais sans bague plastique est observé sur la colonie de Brune d’Arles en plaine de Crau.

Cet individu est apparié à une femelle cravenne porteur d’une bague plastique jaune codée 22x. Ce couple n’est pas cantonné et prospecte à la recherche d’une cavité les tas de pierres situés à la périphérie des deux plateformes de Brunes d’Arles.

La bague métal observée n’est apparemment pas une bague française car elle parait plus haute. D’où provient cet individu ? Nous pensons qu’il s’agit très probablement d’un individu espagnol ou portugais, populations avec lesquelles il existe des échanges prouvés avec les populations françaises.

Le 19 mai, le couple est toujours présent et prospecte différents tas de pierres. Un nichoir est placé dans un des tas prospectés. Le 21 mai, le couple occupe ce nichoir, ce qui permet de capturer le mâle afin de contrôler sa bague métal. Surprise, il s’agit d’un individu italien !

Pages