Bilan de la surveillance 2015 en Dordogne

89... 89, tel est pour 2015 le nombre, a minima, de jeunes faucons pèlerins qui se sont envolés des différents sites du département. Pour mémoire, en 1985, un seul site était occupé avec un jeune à l’envol. Cette année-là marquait le retour du Faucon pèlerin comme oiseau nicheur en Dordogne, après environ 25 ans d’absence.
Depuis, que de chemin parcouru ! Au fil des années, le nombre de sites occupés n’a cessé de croître, mais au début des années de surveillance et de prospection, nous n’aurions jamais imaginé arriver un jour à de tels résultats. Et peu à peu, en allant de surprise en surprise, il a fallu se rendre à l’évidence : oui « le pèlerin » peut s’installer durablement et se reproduire à proximité de l’Homme, sur de très petites falaises ou bien encore dans des carrières en activité !
Cette bonne dynamique résulte de plusieurs facteurs : un bon taux de reproduction annuel (en moyenne 2,5 jeunes par couple reproducteur), la multiplicité des sites offerts, naturels ou anthropiques, très peu de dérangements constatés, et enfin la présence d’une importante population d’oiseaux de taille moyenne, proies les plus fréquentes chez le Faucon pèlerin.
L’arrivée (ou le retour ?) du Grand-duc en 2000 dans le département n’a eu qu’un impact limité sur les pèlerins : à ce jour, seuls 4-5 sites ont été désertés car colonisés par le Grand-duc. Hélas, il ne faut tout de même pas oublier que le pèlerin a été victime au cours de ces années de quelques cas de destruction directe ! Et pour un cas révélé, combien ne le sont pas ?
Pour en revenir à 2015, le nombre de sites occupés est de 45. 3 ont été désertés depuis 2014 mais 2 ont été découverts, tandis qu'un site, inoccupé depuis 2012, a été recolonisé cette année. L’un de ces nouveaux sites est une carrière en activité, ce qui confirme l’effet attractif de ce milieu artificiel sur le Faucon pèlerin. A ce jour, 11 couples sont cantonnés dans des carrières (4 en activité, 7 désaffectées). Sur ces 45 sites, 41 sont occupés par un couple adulte et 4 par un seul oiseau. 35 couples ont mené à bien leur nidification, 5 ont échoué de façon certaine ; enfin, pour un couple, il y a eu absence ou échec de reproduction. Avec 89 jeunes à l’envol, le nombre moyen de jeunes par couple nicheur est de 2,2.
Cette année encore, un bilan complet a pu être établi grâce à la motivation des surveillant(e)s, qui passent régulièrement sur les sites jusqu’à l’envol des jeunes. Un grand merci à : Marie-Thérèse et Claude Boudart, Jean-Claude Bonnet, Yann Cambon, Marie-Françoise Canevet, Pierre Desvergne, Frédéric Fély, Jean-Marie Nadeau, Nicolas Savine, Claude Soubiran, David Simpson, Rémi Teytaud. De plus, la très bonne entente avec l’ONCFS contribue toujours beaucoup à la réussite de ce bilan.
Merci également aux « Carrières de Thiviers » qui nous ont permis de visiter leur site afin de pouvoir y rechercher des indices de présence dans ce milieu artificiel mais pourtant très favorable.
Daniel RAT, coordinateur du suivi Faucon pèlerin en Dordogne