Installation de deux nichoirs à Toulouse

Depuis de nombreuses années, les points culminants de Toulouse sont fréquentés par des Faucons pèlerins hivernants ou sédentaires, ceci sans reproduction détectée par les observateurs bénévoles du groupe ornitho de l’association Nature Midi-Pyrénées.

Début 2016, un couple de Faucons pèlerins a été localisé au Sud de Toulouse sur l’île du Ramiers. Ce couple fréquentait assidument une cheminée industrielle de 80 mètres de hauteur comme perchoir de chasse, lardoir et dortoir. Ce site est en bord de Garonne et offre une vue bien dégagée sur le sud de Toulouse et le centre ville. La société gestionnaire du site a été prévenue de la présence des oiseaux en mai et nous avons eu un retour enthousiaste quant à l’éventualité de la pose d’un nichoir. En plus de la forte sensibilité naturaliste de plusieurs responsables, la perspective de limiter les coûteux investissements pour la lutte contre les pigeons invasifs a fini de convaincre l’ensemble des partenaires. Le nichoir, fabriqué par la régie municipale de Toulouse du domaine de Candie, a été placé le 22 septembre 2016 à proximité du sommet de la cheminée lors de travaux de rénovation de cette dernière. Le couple est resté très présent sur la cheminée et les bâtiments alentours pendant la durée des travaux. La mise en place d’un éclairage de sécurité plus puissant que l’ancien et surtout clignotant a effarouché la femelle pendant quelques jours, l’empêchant de se poser pour dormir dans les alcôves situées immédiatement au dessus des éclairages. Elle a cependant fini par suivre l’exemple du mâle plus téméraire qu’elle.

Un second nichoir a été posé le 17 novembre 2016 sur un immeuble du centre ville dans le quartier de Saint-Cyprien avec l’aide du Conseil Départemental de la Haute-Garonne. Ce site est régulièrement fréquenté par les Faucons pèlerins toulousains notamment en hivernage. 

L’agglomération compte maintenant 3 nichoirs avec celui installé sur le hangar d’assemblage des Airbus 380. Nous attendons avec impatience de voir si ces aménagements permettront enfin aux Faucons pèlerins toulousains de se reproduire.

Charlotte BRESSON et Christophe PASQUIER
Nature Midi-Pyrénées