ONF et LPO, même préoccupation

Suite à une saison 2015 particulièrement mauvaise pour la reproduction du faucon pèlerin vosgien, toutes les initiatives pour optimiser au maximum les futurs sites susceptibles d’être utilisés par ce rapace emblématique doivent être tentées.
C’est dans ce but que nous avons sollicité, en fin de période de nidification, les compétences de l’office national des forêts (ONF) par l’entremise de l’agent technique responsable du secteur, pour la mise en valeur d’un pan rocheux de type gréseux, comportant de belles vires et cavités, attractives, visitées régulièrement au vu des fientes déposées en plusieurs endroits et pas mal d’indices (plumées, pelotes, relief de repas), le bémol étant un rideau végétal dressé au pied du rocher, gênant la visibilité et l’approche sans risque du faucon, conditions sine quoi none pour une nidification. L’ endroit étant situé en ZPS et en zone de quiétude, toutes interventions ne pouvaient donc être réalisées que du 1er juillet au 1er décembre. Un rendez-vous sur le site fut programmé et une visite organisée pour décider des travaux à réaliser. Rapidement une solution unanime fut trouvée, visant à la coupe de quelques résineux, avec pour effet une belle ouverture, et une aération du pan rocheux, dégageant ainsi l’espace aérien du site. C’est donc début juillet que l’agent responsable entreprit cette intervention, particulièrement réussie. Les pèlerins n’ont maintenant plus d’excuses et se trouvent dans l’obligation de prendre possession du site, façonné suivant leur convenance, espérons, pour de longues années, si leur principal prédateur, le grand-duc d’Europe, présent à quelques kilomètres seulement, et menant la vie dure à d’autres congénères, leur prête vie.
Cette initiative prouve une fois encore la bonne entente et coopération de l’ONF et la LPO, pour la protection des espèces vulnérables, souvent mis à mal au profit de certains sports de plein air, et/ ou le retour en force d’un super prédateur, mais là, rien à dire la nature reprend ses droits et dicte sa loi.
Un grand merci à l’ONF, avec, en récompense, espérons le, une réussite et 4 jeunes faucons pèlerins à l’envol en 2016, mais là commence une autre histoire, à suivre évidemment.

Jean-Marie BALLAND