Suivi par caméra

Le Faucon pèlerin dans la capitale

A l’automne 2011, un couple de Faucons pèlerins est repéré dans la capitale, sur la cheminée Beaugrenelle de la CPCU dans le 15e arrondissement, à quelques centaines de mètres de la tour Eiffel. Hélas, en 2012, le couple ne niche pas ou échoue à sa reproduction. Il reste néanmoins cantonné au site.
La LPO Mission rapaces prend alors contact avec la CPCU et la Mairie de Paris pour les alerter de la présence de cette espèce emblématique et mettre en place des actions appropriées.
Le nichoir, installé 15 ans plus tôt au sommet de la cheminée, par Dominique Robert pour le Faucon crécerelle, est contrôlé ; du substrat et un rebord sont ajoutés tandis qu’une caméra est installée fin novembre 2012 par la CPCU dans le nichoir afin de suivre la reproduction du couple de Faucons pèlerins dès 2013.
La caméra, reliée à un enregistreur, se déclenche dès lors qu’elle détecte du mouvement dans le nichoir. Les vidéos sont ensuite enregistrées et stockées sur un disque dur externe.
Ces vidéos permettent de mieux observer et d’étudier le quotidien de l’espèce et contribuent également à la sensibilisation du public.
La LPO tient à remercier la CPCU et la Mairie de Paris pour leur mobilisation en faveur du Faucon pèlerin. Elle remercie également les fondations Gecina et Nature & Découvertes pour leur soutien financier, ainsi que le groupe scolaire Sextius Michel - Rouelle pour le projet de suivi et de sensibilisation qu'il réalise.

Le site et ses environs en images

Années précédentes

Retour sur la saison 2013
Retour sur la saison 2014
Retour sur la saison 2015
Retour sur la saison 2016
Retour sur la saison 2017

 Saison 2018

Cette année, le suivi par caméra et la mise à jour de cette page sont assurés exclusivement par des bénévoles. Merci de votre compréhension.
L'envol des jeunes faucons est attendu pour la mi-mai. Si vous observez des jeunes en péril, merci de contacter la LPO Ile-de-France au 01.53.58.58.38.

20 mai : envol du dernier jeune
Le quatrième s'envole au petit matin pour rejoindre la fratrie. Ils ne reviendront plus dans le nid mais vont rester plusieurs semaines dans les proches alentours

18 mai : envol du troisième jeune

16 mai : qui sera le dernier ?

16 mai : envol d'un deuxième jeune

16 mai : la femelle adulte est débordée

16 mai : encore des apports de proie au nid pour les jeunes restant

16 mai : premier envol d'un jeune
Après un peu d'hésitation, le plus courageux s'élance

15 mai : le nourrissage continue
Les proies arrivent toujours au nid, mais bientôt il faudra aller les chercher dehors

10 mai : séances de musculation
Bien avant l'envol, les jeunes s'entraînent à battre des ailes

6 mai : agitation dans le nichoir
Les jeunes ont besoin de plus en plus d'espace

3 mai : la mue continue

1er mai : les plumes commencent à pousser
La mue a commencé, les plumes vont peu à peu remplacer le duvet

28 avril : Début d'émancipation
Un des poussins essaie de se nourrir seul

28 avril : Petit déjeuner matinal
L'adulte rapporte une proie alors qu'il fait encore nuit

28 avril : envol de l'adulte avant le lever du soleil
Les parents partent chasser très tôt

21 avril Double nourrissage par le mâle et la femelle
Cette fois le mâle ne s'efface pas et on les deux parents nourrissent les petits ensemble

20 avril : le mâle s'efface devant la femelle qui prend le relai

18 avril relai de nourrissage
Arrivée de la femelle qui prend les choses en main

13 avril : nourrissage des 4 poussins par le mâle puis par la femelle
Alors que le mâle nourrit les jeunes, la femelle apporte une nouvelle proie ; le mâle va laisser la place.

12 avril : poussins au nid
La femelle quitte le nid momentanément, les poussins restent groupés.

12 avril : toilettage matinal
L'entretien du plumage est vital pour les oiseaux.

6 avril : retour de la femelle avec une proie
La femelle revient avec une proie mais ressort pour la consommer en partie à l'extérieur.

6 avril : envol matinal de la femelle suite à un appel du mâle
La femelle a dû percevoir un appel du mâle qui lui a apporté une proie à l'extérieur. Elle va revenir peu après.

5 avril : éclosion du 4e oeuf dans la nuit
L'éclosion a lieu probablement vers 23h. La femelle grignotte les restes de coquilles.

4 avril 14h38 : et de trois !
Désormais ce sont trois poussins qu'il faut nourrir. La femelle a repris la chasse, et le mâle s'efface quand elle revient avec une proie.

4 avril 10h49 : nourrissage de 2 jeunes
Une deuxième éclosion a eu lieu un peu plus tôt dans la matinée. Le nourrissage a commencé.

4 avril : premières lueurs de l'aube pour notre poussin

4 avril : éclosion nocturne
1h31 : on voit le poussin sortant à moitié de sa coquille.

3 avril : l'éclosion se rapproche
15h37 : un oeuf est déjà percé et on perçoit des piaillements.

10 mars : rejet d'une pelote

9 mars : activité nocturne : picorage
Les oiseaux ne passent qu'une partie de la nuit à dormir : ils s'éveillent, se toilettent, ingèrent des graviers, etc.

7 mars : la femelle picore le gravier puis tourne les oeufs
La femelle fouille activement le gravier puis retourne couver en changeant les oeufs de position.

6 mars : retour matinal de la femelle
La femelle est revenue couver et le mâle est reparti à la chasse. Mais la proie apportée par le mâle ne semble pas beaucoup l'intéresser : elle vient probablement de déjeuner.

6 mars : couvaison nocturne du mâle
Le mâle n'est pas encore très à l'aise avec les 4 oeufs, et pour une raison inconnue, il est devenu méfiant dans le nichoir.

6 mars : relais nocturne
Les relais de couvaison peuvent être très matinaux, alors qu'il fait encore nuit.

Couvaison nocturne et fouille avec le bec
Régulièrement on peut observer les oiseaux fouillant dans le substrat, sans doute à la recherche de petits gravillons qu'ils peuvent ingérer. Cela facilite ensuite le broyage des aliments dans le gésier et l'estomac.

5 mars : retour de la femelle au nid en l'absence du mâle
Au bout de quelques jours si la météo est bonne les oeufs peuvent être laissés quelque înstants sans être couvés. Mais les parents ne sont jamais loin.

5 mars : apport de proie extérieur
Les apports de proies se font tantôt à l'intérieur du nid, tantôt à l'extérieur. Dans tous les cas le mâle prévient la femelle par des cris perçants avant son arrivée.

5 mars : la femelle tourne les oeufs
Pendant l'incubation, les oeufs sont régulièrement tournés dans la cuvette par les parents, sans doute pour assurer une propagation homogène de la chaleur depuis la plaque incubatrice vers l'embryon.

2 mars : ponte d'un quatrième oeuf
Le 4e oeuf (ce sera le dernier pour cette année) est pondu pendant la nuit vers 4h45.

1er mars 2018 : apport d'une grosse proie
Le mâle apporte une proie (presque) aussi grosse que lui et s'envole aussitôt ; mais il reviendra rapidement pour couver.

28 février : un troisième oeuf est désormais visible
Un troisième oeuf a été pondu probablement dans la soirée du 27 février.

26 février : apport de proie à la femelle et relais ; un deuxième oeuf est visible
Une deuxième ponte a eu lieu la veille ; les relais de couvaison sont souvent liés aux apports de proies car la femelle va généralement consommer à l'extérieur. Par contre le mâle cède la place quand la femelle revient.

23 février : mâle couvant
Dans l'attente du retour de la femelle, le mâle assure la couvaison.

23 février : relais de couvaison mâle-femelle
S'il est vrai que la femelle assure la plus grosse partie de la couvaison, le mâle y participe également, et ce dès le début comme on peut le voir ici.

23 février : réjection d'une pelote
Les pelotes sont formées d'éléments durs non digérés (petits os, fragments de plumes...) et sont recrachées par le bec.

23 février : ponte d'un premier oeuf
Souvent nocturne, la ponte est toujours un vrai travail pour la femelle et dure un certain temps.

21 février : apport de proie
Le mâle apporte une "offrande" à la femelle qui va la consommer à l'extérieur.

16 février : retour au nichoir et aménagement d'une cuvette