Etude de la dispersion en Finlande

Depuis 2010, et sur une période de quatre ans, le Muséum de Finlande coordonne une étude sur la dispersion natale (distance entre le lieu de naissance et la première reproduction). Cette étude menée par Vincenzo Penteriani (Station biologique de Doñana), María del Mar Delgado, Jari Valkama, Pertti Saurola (Universitée d’Helsinki), Adrian Aebischer et Raphaël Arlettaz (Universitée de Bern) s’appuie sur le suivi satellitaire de jeunes grands-ducs dans trois régions : le sud-ouest de la Finlande, le sud de l’Espagne, les Alpes dans l’est de la Suisse. L’objectif est de comparer les facteurs de la dispersion dans trois régions biogéographiques : forêt boréale, milieux méditerranéen et alpin.


En Finlande, 39 jeunes grands-ducs ont récemment été équipés d’émetteurs satellites. Les déplacements de six d’entre eux (un mâle et une femelle nés en 2012 ; 2 femelles et 2 mâles nés en 2011) sont évoqués sur une page web dédiée : ces jeunes ont quitté le territoire de naissance entre la fin septembre et le début novembre et se sont tous dirigés vers le sud.
Incidemment, ces suivis ont également montré que de nombreux jeunes sont encore victimes de braconnage avant leur envol. Les poussins sont d’abord équipés au nid d’émetteurs radio VHF avant d’être recapturés pour la pose d’un émetteur satellitaire, plus lourd, vers l’âge de 2 mois : nombre d’entre eux sont alors retrouvés morts, tués intentionnellement.

Une page en anglais (avec une cartographie des déplacements) est dédiée à ce suivi : http://www.luomus.fi/english/zoology/satellite_eagle_owls/