LPO Auvergne

Puy de Dôme

Depuis les années 70, le Grand-duc a fait l’objet d’un suivi par quelques bénévoles. Entre 2001 et 2013, un suivi coordonné a permis de créer un engouement important autour de cette espèce. Ainsi, le nombre de sites rocheux suivis est passé de 11 à 97.
Un nouveau suivi voit le jour en octobre 2016 avec trois coordinateurs. Une équipe d’une quarantaine de bénévoles se mobilise afin de maintenir les connaissances sur l’occupation des sites connus et de découvrir d’autres sites occupés. Sur 4 ans, la totalité des sites historiquement occupés devra faire l’objet d’un contrôle.
La compréhension de la dynamique de la population passe par cet important travail de terrain, dans un département où la diversité lithologique et l’échelonnement altitudinal des sites (300m – 1300m) rendent le suivi de la reproduction complexe.
Contact :
Cyrille Jallageas – cyrisle@yahoo.fr
Anne Citron – acitron@orange.fr
Jean-Pierre Dulphy – jp.dulphy@orange.fr

Page « Grand-duc » de Faune-Auvergne :
http://www.faune-auvergne.org/index.php?m_id=20060

Le Grand-duc dans le département du Puy-de-Dôme : statut pour la période 2000-2016
http://files.biolovision.net/www.faune-auvergne.org/userfiles/GDUC/Grand-Duc8569-76.pdf
 

Haute-Loire

Depuis les années 1970, le Grand-duc d’Europe fait l’objet de suivis par plusieurs bénévoles. En 1997, une synthèse des sites connus a été réalisée. Depuis 2006, un groupe se constitue afin de structurer le suivi de l’espèce au niveau du département. Une nouvelle synthèse des sites connus est en cours. L’objectif est de suivre annuellement une partie des sites afin que chacun soit contrôlé au moins tous les 4 ans.
Contact : LPO Auvergne : Olivier TESSIER - f.o.a.m.tessier@wanadoo.fr

Allier

L’espèce est signalée comme très rare en 1880 (Ernest Olivier) puis comme rare en 1912 sur les bords du Cher, au-dessus de Montluçon, à Marcillat et Montmarault (Villatte des Prugnes). L’Allier étant le département auvergnat présentant le moins de reliefs, il est le moins propice à l’espèce. Un seul couple était connu en 1976 tandis qu’au moins 20 sites étaient connus en 1998. L’espèce est surtout présente dans les vallées du Cher, de la Sioule et sur la montagne bourbonnaise.
Contact : LPO Auvergne - Thérèse REIJS – therese.reijs@gmail.com

 

Site internet : http://www.lpo-auvergne.org/

 

Actualités