Puy-de-Dôme : mauvaise reproduction en 2013

Contrairement à de nombreuses régions de France, le Grand-duc d’Europe n’a jamais disparu d’Auvergne. Riche de cette présence continue du géant des nocturnes, la région, et surtout le département du Puy-de-Dôme, a depuis très longtemps contribué à la connaissance des mœurs nocturnes de cette espèce : l’Auvergne dispose de données anciennes remontant au XVIIIe siècle ! Depuis 2000, une coordination départementale a vu le jour et un bilan annuel permet de rendre compte des activités du groupe.
En 2013, 80 sites rocheux connus comme étant occupés par le Grand-duc ont été suivis par ce réseau. La présence de l’espèce a été notée sur 63 d’entre eux pour un taux d’occupation de 79 % (33 couples et 30 mâles chanteurs). Avec un taux de 0,6 Jeune par couple cantonné et 1,33 jeune par couple productif l’année 2013 est la deuxième plus mauvaise année que nous ayons enregistrée pour la reproduction depuis 2006 dans le Puy-de-Dôme. Au total sur 20 couples qui ont pu être suivis, seulement 9 se sont reproduits et 13 jeunes ont pris leur envol.
Télécharger le bilan annuel : Le Grand-duc d'Europe dans le département du Puy-de-Dôme : bilan du suivi 2013. Y.Martin - LPO Auvergne. 2013. 5p; pdf