Gypaète barbu : ça couve en Haute-Romanche !

© E.Vannard - Parc national des Écrins
Retrouvez l'article complet sur le site du Parc natinal des Ecrins nous informe 
Une femelle et deux mâles semblent vouloir s'installer plus durablement entre Isère et Hautes-Alpes. Les agents du Parc national ont observé des accouplements, des velléités de nidification... et maintenant une couvaison qui se confirme

Les agents du parc national des Écrins suivent, depuis longtemps et avec attention, les pérégrinations de cette espèce protégée qui, à ce jour, n'est pas connue comme nicheuse sur le territoire du Parc.

Depuis trois hivers déjà, des gypaètes barbus fréquentent de manière assidue la Haute-Romanche. Ces oiseaux ont, à plusieurs reprises, montré des prémices de comportements reproducteurs mais ils ne sont jamais allés plus loin que le stade des intentions…
« Depuis cet hiver, ils semblent vouloir franchir un cap dans leur reproduction et s'installer de manière durable sur ce territoire situé à la limite de l'Isère et des Hautes-Alpes.Un trio s'est formé. Il est composé d'une femelle, adulte parfait, et de deux mâles, un adulte parfait et un second oiseau dans sa 5ème année, qualifié d'adulte au plumage imparfait » relate Nils Paulet, garde-moniteur, basé à Villar d'Arène. "Depuis début janvier, nous avons pu observer de multiples accouplements entre les trois individus et l'amorce de construction d'un ou plusieurs nids" ajoute Nils.

30 janvier 2018
Cette fois, tous les espoirs sont permis. Après plusieurs années de présence dans le massif, des prémices de reproduction du gypaète barbu se dessinent depuis le début du mois en Haute-Romanche.

Mardi 13 février : couvaison ?
Deux des oiseaux se sont relayés sur le nid. Est ce pour couver ? Cela reste à confirmer....Si tel est le cas, la ponte aurait eu lieu tout récemment pour une éclosion à prévoir début avril.

Mrecredi 14 février
La couvaison se confirme. La femelle reste couchée sur le nid, invisible sauf si elle se lève pour se dégourdir ou bouger l'œuf... A suivre !

Les oiseaux vont donc faire l'objet d'un suivi attentif dans les prochaines semaines.

Ce suivi sera réalisé en étroite collaboration avec Envergures Alpines, association qui coordonne les observations de grands rapaces sur le Dauphiné et contribue à la connaissance de l'espèce au niveau de l'arc alpin.

Toutes les observations sont précieuses dans cette période sensible. Vous pouvez adresser vos informations à : rapaces@ecrins-parcnational.fr et envergures.alpines@gmail.com