Gypaète barbu, la saison des amours bat son plein en Vanoise !

 

Gypaète barbu adulte posé au plateau du Mauvais Berger (Aussois) - © Parc de la Vanoise, photo M. Beurier

Le Parc national de la Vanoise  nous donne des nouvelles des gypaètes. 

L’année dernière à la même période, le Parc national de la Vanoise annonçait la couvaison simultanée des 5 couples reproducteurs qui fréquentent le massif. Qu’en est-il cette année ? Les fortes chutes de neige de cet hiver n’ont pas facilité la collecte d’informations cependant le constat à la fin janvier est le suivant : 3 des 5 couples présents en Vanoise sont en phase de couvaison. À l’échelle du massif c’est important.

En Maurienne le couple des gorges du Doron de Termignon (Stelvio et Gelas), fidèle au poste depuis 2002, est observé en couvaison au 15 janvier. Il est difficile de préciser une date de ponte, la dernière observation remontant au 26 décembre sans information particulière.

Par ailleurs les fortes chutes de neige ne permettent pas pour l’instant le fonctionnement de la caméra du dispositif « Objectif gypaète » qui permet aux agents de suivre à distance la reproduction en direct dans l’aire de Termignon.

Le couple de Bessans avait lui entamé sa couvaison autour du 16 janvier dans la falaise d’Andagne. Malheureusement pour des raisons encore non connues, depuis le 24 janvier l’aire est vide. La reproduction a échoué.

En Tarentaise, le couple de Peisey-Nancroix est bien présent sur le site des Sétives en position de couvaison, lors d’une observation le 8 janvier.

Le 10 janvier, le couple de Bourg-Saint-Maurice couvait également dans la vallée des Chapieux.

S’il est bien présent en vol, le couple de Val d’Isère ne semble pas être installé dans une aire. Les forts risques d’avalanche dans le secteur de la combe du Glaçon n’ont pas permis aux agents de suivre l’intérieur de l’aire historique de la Daille.

L'an dernier, une descente dans le nid de gypaète à Val d'Isère avait été organisée pour récupérer du matériel génétique dont le prélèvement d’un œuf. Son analyse génétique nous indique que le couple de l'an dernier est : Jausier et GT009.
Jausier est née en 2003 et avait été relâchée dans le Parc national du Mercantour. Elle s'est reproduit à Val d’Isère en 2011/2012 (sa bague avait pu être lue). "GT009" est probablement "Republic 3" qui s'est reproduit à Val d'Isère les saisons 2001/2002, 2002/2003, 2003/2004. Republic 3 est un mâle né et lâché en 1992 au Bargy (Haute-Savoie).

Affaire à suivre… Les agents du Parc continuent leur suivi sur les aires avec l’espoir d’observer les premières éclosions début mars. Ils vous tiennent bien sûr informés, que vous soyez curieux tout simplement ou pratiquants d'activités dans les zones concernées.