Il est né le gypaéton ?

 

Retrouver l'intégralité de l'article sur le site du PN des Ecrins 

Le comportement des adultes le laisse croire mais, pour l'instant, depuis les postes d'observation, il est encore impossible de confirmer si l’œuf couvé par le trio de gypaètes en Haute-Romanche a réellement éclos.

Depuis quelques jours, le comportement des adultes laisse présager que l'œuf a bel et bien éclos.
C'est le 5 avril dernier que Nils Paulet, garde-moniteur dans le Briançonnais, a constaté des modifications dans l'organisation de la vie des gypaètes installés en Haute-Romanche.

Mikaël Robert, observateur passionné de la faune sauvage du massif, nous a transmis ces très belles images des oiseaux du trio ainsi qu'une vidéo réalisée en digiscopie (à partir d'une longue-vue).  "Quand j'arrive sur le poste d'observation, un oiseau est en train de couver sur le nid. Je constaterai plus tard qu'il s'agit de la femelle. Le mâle adulte imparfait arrive ensuite avec de la nourriture dans les serres qu'il a déposée sur le bord du nid. Les deux oiseaux adultes sont alors debout sur le nid, ils observent le centre de celui-ci en se déplaçant autour pendant plusieurs instants. La femelle se saisit alors de la nourriture et commence à arracher des morceaux en baissant ensuite la tête vers le fond du nid..."

Ce sont donc des "comportements spéciaux" de la part des adultes qui laissent présager que l'éclosion a eu lieu mais depuis le poste d'observation il est impossible de voir le fond du nid. Impossible, donc, de confirmer formellement que les adultes sont en train de nourrir un poussin...

Nils Paulet a également observé que "les deux oiseaux mâles ont, au cours de la journée, chassé à plusieurs reprises un aigle juvénile qui a essayé "d'attaquer" le nid. Était-il intéressé par le petit gypaéton, synonyme de protéines faciles ?"

 Ce gypaète mâle qui survole les Ecrins, c'est Basalte, né à Berlin (au zoo !) et lâché en 2012 dans les Cévennes !

Photos © Mikael Robert