Israël : le retour du gypaète barbu après plus de 10 ans !

Cet hiver, des vautours rares ou peu courants ont été observés en Israël, notamment le très rare gypaète barbu, et un nombre inédit d’urubus noirs. Bien que ces deux espèces se soient reproduites en Israël dans le passé, leur observation est désormais peu fréquente.

La présence de l’urubu noir n’était attestée que dans le nord d’Israël à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. L’espèce s’y est probablement éteinte avec l’introduction du fusil moderne au Moyen-Orient lors de la Première Guerre mondiale, et en raison de l’abattage massif de chênes destinés à la production de charbon pour alimenter le réseau ferroviaire naissant. Pourtant, chaque hiver, et de façon épisodique en été, quelques urubus noirs juvéniles hivernent en Israël, principalement sur le plateau du Golan (où des individus seuls passent l’hiver sur le mont Carmel ou y transitent), dans les plaines de Judée ainsi que dans l’aride désert du Néguev. Jusqu’à 9 individus hivernants ont ainsi été observés.

Les derniers cas de reproduction du gypaète barbu remontent au début des années 1980, suite à quoi les individus hivernants sont devenus très rares. Six à sept couples étaient répertoriés au début du XXe siècle, puis l’espèce s’est faite très rare ; le dernier gypaète barbu a été observé en 2004 sur le plateau du Golan et dans les monts de Galilée. Toutefois, un immature a été observé en octobre 2016, faisant la joie des ornithologues et des passionnés de nature israéliens. L’espèce est souvent observée au sud du plateau du Golan, où elle se repaît des carcasses aux côtés d’urubus noirs et de quelques vautours fauves. 

Pour plus de photos : https://www.4vultures.org/2016/12/14/first-bearded-vulture-in-israel-for-more-than-10-years-and-a-bounty-of-black-vultures-too/

Traduction : Adrien Gauthier