La saison de reproduction du gypaète barbu est en cours

Écrit tiré de la traduction de l’article “Breeding season is under way for the bearded vulture” de la VCF.
Pour lire l’article originel cliquer sur le lien ci-dessous :
https://www.4vultures.org/bearded-vulture-breeding-season-begins

Pour les populations captives et sauvages de gypaètes barbus, la saison de reproduction est déjà bien avancée. L’automne, période d’installation pour l’espèce est un moment bien chargé. En octobre et novembre, les gypaètes étant pleinement occupés par les parades nuptiales, la défense du territoire, le chargement de l’aire et les premiers accouplements. Avec le mois de décembre qui arrive à grands pas, vont arriver les premières pontes.

poussin gypaète photo de Julien Heuret

La reproduction du gypaète barbu

La période d’incubation en hiver suivi des éclosions en Février-Mars, corrèlent aux premières naissances de printemps des herbivores de montagne. Permettant au gypaète de coïncider l’élevage des jeunes avec cette source potentiellement riche en nourriture (en raison des complications des naissances et des conditions difficiles qui causent des décès). De nombreuses observations de reproductions ont déjà été réalisées dans les Alpes aux Sierras en Andalousie et dans les Pyrénées, qui sont les premières populations en Europe à démarrer cette période charnière.

gypaète barbu adulte photo de Bruno Berthemy

Reproduction en captivité

Tout comme les oiseaux sauvages, les 174 oiseaux captifs qui sont hébergés dans le Réseau d'élevage en captivité du gypaète barbu, composé de zoos, de centres d'élevage spécialisés et de collections privées, présentent les mêmes comportements qui indiquent que la saison de reproduction a débuté. Les couples reproducteurs commençant à jouer avec des matériaux de nidification tels que des bâtons et de la laine, construire leur nid, s'engager dans le lissage mutuel et faire preuve d'agressivité envers les couples voisins.
La construction du nid pour les gypaètes barbus démarre habituellement autour de trois mois avant la ponte. Les copulations commençant entre 50 et 90 jours et une fois l'œuf pondu, il sera incubé pendant environ 54 jours. Les jeunes quitteront habituellement le nid environ quatre mois après l’éclosion.

oeufs gypaète Corse 2017 ©Theo Mazanet et Franck Finelli

L'importance du nid

Alors que les oiseaux sauvages peuvent se fier à leur instinct naturel pour choisir les matériaux de nidification, les oiseaux en captivité comptent sur leurs soigneurs humains et il est vital que les matériaux soient de bonne qualité. Environ 25% des œufs sont perdus ou cassés pendant l'incubation, ce qui est principalement dû à la qualité du nid. Pour aider au mieux les oiseaux à construire des nids, il faut offrir des matériaux pour les couples nicheurs tôt dans la saison. Au Centre d'élevage spécialisé Vacallent par exemple, Alex Llopis Dell offre depuis septembre de petites quantités de branches de taille appropriée et de laine lavée. La construction des nids est aussi étroitement liée aux conditions météorologiques, les oiseaux ne pouvant les construire les jours de pluie.

La coopération au sein du couple reproducteur est particulièrement importante pour le succès de l'élevage et l'une des façons pour la favoriser est de soutenir le couple dans la construction de leur nid. Grâce à cette aide, une meilleure harmonie s’installera au sein du couple dans la répartition des tâches. Une coopération essentielle pendant l'incubation et l'élevage du poussin.

L'année dernière, le Centre d'élevage Richard Faust Zentrum en Autriche a enregistré une ponte précoce fin novembre. Ce même couple a ainsi produit avec succès deux couvées, grâce au soutient constant des soigneurs. Une première pour le réseau d’élevage du gypaète barbu.

L'importance de la population captive

En 2018, 13 oiseaux élevés en captivité ont été relâchés dans cinq régions différentes d'Europe. Les succès dans le réseau d'élevage en captivité étant vitaux pour la réussite de ces projets de réintroduction. Actuellement, les plans stratégiques de lâcher pour 2019 sont en finalisation et l’on espère grâce aux efforts de tous ceux qui s'occupent des oiseaux captifs, que cette saison de reproduction sera la plus réussie à ce jour !

traduction et rédaction article : Aurélien Dessort LPO Programmes Nationaux de Conservation