Préservation du Gypaète barbu, un nouveau protocole d'accord avec la Défense pour 5 ans

Le 12 février prochain à 14 h 30, le Ministère de la Défense, le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie et la LPO signeront un nouveau protocole d’accord relatif aux conditions de survols des aéronefs militaires. Ce protocole remplace le protocole du 20 octobre 2009.
Le Gypaète barbu bénéficie d’un plan national d’actions pour la période de 2010 à 2020. Il est coordonné par la DREAL Aquitaine sous l’égide du Ministère de l’écologie et animé par la LPO avec le soutien d'opérateurs régionaux. Les effectifs de cette espèce montagnarde restent à ce jour, très faibles : en 2014, seuls 39 couples sont recensés dans les Pyrénées, 9 dans les Alpes et 5 en Corse.
Par ce nouveau protocole d’accord, le ministère de la défense, conscient de l’impact de ses activités aériennes sur l’avifaune, s’engage à adapter ses activités d’entraîinement, de liaison, d’exercice et d’essai. Il a en effet été mis en évidence l’impact majeur des avions et des hélicoptères à proximité des sites de nidification durant la période de reproduction. Ces survols sont un facteur important de dérangement et augmentent sensiblement le risque de prédation de la ponte, d’échec de la reproduction et d’abandon de la couvée.
Ainsi, et sauf cas de force majeure, l’ensemble des survols devra éviter les Zones de Sensibilité Majeures (ZSM) du gypaète barbu en période de sensibilité (du 1er novembre au 15 août) et ce en dessous de 1000 m du sol.

Pour ce faire, la cartographie des ZSM au niveau national est transmise par la DREAL Aquitaine. Elle est mise à jour en temps réel en fonction de l’évolution de la reproduction.

Dès qu’un échec est constaté et qu’aucune ponte de remplacement n’est possible, les unités du ministère de la Défense peuvent reprendre leurs activités d’entraîinement sur les ZSM concernées par ces échecs. Toutefois, sur certains sites particulièrement sensibles, il peut être envisagé au cas par cas, un maintien exceptionnel de la mesure de préservation.
Enfin, des sessions d’information des pilotes et des responsables des vols sont prévues et dispensées par la LPO, en complément de la plaquette « Pilotes en action pour le Gypaète barbu » produite et diffusée par les signataires du protocole d’accord.