Calandreto de nouveau dans les Pyrénées

 

Ce mâle de Gypaète immature (lâché en 2017) a quitté pour la première fois les Grands Causses en juin 2018. Il a alors rejoint le massif pyrénéen où il a passé quasiment 6 mois, avant un retour fin novembre 2018.
Suite à son retour dans le Sud du Massif central, cet oiseau est resté cantonné tout l’hiver aux gorges de la Jonte essentiellement. Puis, il a de nouveau pris la direction des Pyrénées, après de nouvelles explorations à travers les Grands Causses.

Calandreto a entamé ce deuxième trajet vers l’Ouest le 20/04/2019 (dernière donnée GPS dans les gorges de la Jonte, à Dargilan, à 07:48 UTC). Puis, il était proche de Mazamet à 13:15 UTC, et atteignait les reliefs audois à 14 :28 UTC.
Il a ensuite rejoint l’Ariège et il est à présent dans le secteur de Canfranc, côté espagnol du massif, depuis le 27 avril dernier.

L’espèce présente un fort erratisme, qui l’amène à se déplacer sur de longues distances (à plusieurs centaines ou milliers de kilomètres de leur lieu de naissance ou de lâcher). Une fois émancipés, ces individus erratiques peuvent même parfois rejoindre d’autres massifs.
Durant cette période, qui dure en général plusieurs années, les gypaètes peuvent s’associer à d’autres jeunes ou immatures, formant parfois des groupes de plusieurs individus.
Même si ces grands déplacements ne sont pas rares, il existe toutefois de fortes variations individuelles. A titre d’exemple, Arcana (femelle lâchée en 2017) n’a quant à elle pas quitté les Grands Causses depuis sa libération alors qu’Adonis (mâle lâché en 2014) avait atteint la Biélorussie, l’Ukraine et la Roumanie durant ses pérégrinations.
Après cette phase d’erratisme d’une durée variable, les oiseaux se sédentarisent en général entre 4 et 5 ans. Il n’est pas rare d'observer des sédentarisations plus précoces (chez les femelles) ou plus tardives (chez les mâles). Ce cantonnement peut parfois être temporaire. Il semble que ce soit la concordance entre territoire favorable et âge compris entre 6 et 7 ans, qui amènent les gypaètes à se stabiliser sur un territoire, puis à former un couple.