Les actions de sauvegarde du Gypaète barbu menées en Corse

Un plan d’urgence est mené en Corse afin de sauver la petite population en déclin de Gypaète de l’extinction. Pour cela, les deux œufs pondus par l’un des couples Gypaète sur l’île de beauté ont été retirés du nid, le 22 février, par une équipe du Parc naturel régional de Corse (PNRC) et de la VCF.

L’an dernier, la même action avait été réalisée. Un œuf avait été retiré du nid d’un autre couple. Le poussin est donc né en captivité et a rejoint le réseau européen de reproduction en captivité des Gypaètes barbus (EEP).

La population de Gypaète barbu en Corse est l’une des dernières sources génétiques propres de l’ancienne métapopulation de cette espèce, avec la Sicile, la Sardaigne et les Alpes. Jusqu’à l’an dernier, aucun individu de cette métapopulation n’a survécu en captivité. Mais, dans le même temps, cette espèce a été réintroduit dans les Alpes avec succès.
En 10 ans, la population Gypaète en Corse a rapidement chuté de 10 couples à 5 couples, de nos jours. Le nombre de jeunes est également bas : sur 37 pontes depuis 2007 seulement 6 poussins ont pris leur envol.

Cette situation se justifie par quatre principales menaces :
- Faible variabilité génétique et consanguinité ;
- Mortalités (poisson, tirs, intoxication, …) ;
- Manque de ressources alimentaires ;
- Courbes démographiques aléatoires à cause du faible nombre d’individus.

En 2014/2015, un groupe d’experts locaux, nationaux et internationaux ont rédigé un plan d’action d’urgence pour redresser le déclin de la population corse et sécuriser la survie de cette source génétique. Cette année encore, la VCF est engagée dans deux principales actions :
- Augmenter la diversité génétique de cette population en renouvelant la population avec des individus élevés en captivités ;
- Sécuriser sur le long-terme et pour le futur l’unicité de cette génétique, en créant une réserve génétique corse.