Premiers déplacements de Cazals et Larzac, Adonis dans les pré-Alpes

Les deux gypaètes lâchés en 2015 ont à présent quitté le site de lâcher des gorges du Trévezel. A partir de mi-septembre, quasiment trois mois après leur envol, Larzac et Cazals se sont établis dans les gorges de la Jonte. Ils ont rapidement été rejoints par Layrou (qui n’a pas quitté les Grands Causses depuis son relâcher). Les trois individus ont d’ailleurs été observés à plusieurs reprises ensemble, en aval des gorges.

Crédit photo : Cazals et Larzac, gorges du Trévezel, juin 2015 © Bruno BERTHEMY

Bien qu’ils se soient cantonnés essentiellement au même secteur depuis septembre, Larzac et Cazals ont effectué quelques échappées vers d’autres zones :Cazals a réalisé, dès début août, de courts déplacements hors du site de lâcher (des déplacements jusqu’à Verrières, Sauclières, dans les gorges du Tarn, dans le Nord de l’Hérault, etc.). Le 26 août, elle a élargi son secteur de prospection avec un aller-retour dans le Massif central (proche du Puy-en-velay, d’Aubenas ou encore de Langogne). Egalement, les 10 et 11 octobre, on a relevé un déplacement plus important, dans le Minervois (une donnée satellite proche de Montolieu). Larzac a suivi sensiblement la même évolution que sa congénère mais il a nettement moins poussé ses explorations. Les secteurs les plus éloignés qu’il ait visités se situent dans le Sud-Ouest de l’Aveyron (Roquefourt-sur-Soulzon), l’Aubrac (Aumont-Aubrac), le secteur de Mende ainsi que Les Cévennes (Pont-de-Montvert).

Ci-dessus, les cartes de déplacements de Cazals et de Larzac.

Comme les gypaètes lâchés les années précédentes, les deux jeunes oiseaux passeront sans doute l’hiver dans les Grands Causses.

 

Un autre Gypaète lâché dans les Causses a beaucoup bougé au cours de ces derniers mois. Il s’agit d’Adonis, qui a rejoint les Alpes en juin dernier (rapaces.lpo.fr/gypa-te-grands-causses/adonis-rejoint-les-alpes). Son émetteur GPS a cessé de fonctionner pendant plusieurs semaines (un défaut de charge de son émetteur a été constaté), rendant impossible le suivi de ses déplacements. L’oiseau a été observé une fois en Suisse. Finalement, la transmission de nouvelles données fin septembre nous a permis de suivre son retour vers les massifs français, après un peu plus de deux mois passés dans les Alpes suisses (carte de ses déplacements ci-dontre).

 En effet, le 29 septembre, il a atteint directement les Pré-Alpes : il a survolé les Baronnies drômoises avant de se fixer quelques jours dans PNR du Vercors (il stationne notamment dans le cirque d’Archiane). Il finit par rejoindre les Baronnies drômoises, où il est aujourd’hui toujours présent. A partir du 8 octobre dernier, sa balise GPS a de nouveau cessé d'émettre des données. Mais Adonis est régulièrement observé par les salariés de l'association Vautours en Baronnies.

Crédit photo : Tête du jardin, 10/10/2015, 10h45 - Kirsie (Vercors, 2013) à gauche et Adonis (Grands Causses, 2014) à droite © CROP, Thomas CUGNOD

 

Crédit photo : Adonis dans les Baronnies, octobre 2015 © Christian TESSIER