Layrou déjà dans le Cantal !

 Visiblement aidé par un fort vent du Sud-est, Layrou s’est retrouvé le 6 août dernier sur la commune de Junhac, près de Montsalvy dans le Cantal. La météo pluvieuse l’a certainement bloqué à cet endroit, d’où sont GPS a émis plusieurs positions avant d’être silencieux pendant de longues heures. Un peu préoccupé par ce déplacement lointain et précoce ainsi que par la météo toujours mauvaise, je me suis rendu sur place le 9 août en début de matinée.
Proche de la vallée du Lot, ce secteur est très boisé et le brouillard coiffe encore tous les reliefs à mon arrivée.
A pieds et en sous bois, je me rends au plus près du lieu indiqué par les données GPS.
Je trouve une arrête schisteuse, qui m’offre une large trouée sur ce vallon escarpé, et d’où je peux voir à travers la brume le petit chaos rocheux sur lequel Layrou s’est sans doute réfugié.
Vers 11h30, le brouillard se fait plus léger, dégageant progressivement mon panorama.

 Après de longues minutes d’observation et d’attente sous le soleil, mon attention est attirée derrière moi par des cris de rapaces. Je me retourne et là, en vol et proche du relief, Layrou est harcelé par un couple de buses. Il est 12h30, il vient certainement de décoller après avoir séché son plumage de l’humidité matinale.
C’est une sensation insolite que de voir cet oiseau dans ce paysage. Il se rapproche, me survole, franchit le vallon et attrape une pompe au-dessus des rochers en face.

 Rapidement, il monte, largue les buses qui s’en désintéressent et atteint le plafond des nuages. Ensuite, il repli un peu les ailes et se laisse glisser vers le sud. Je le perds lorsqu’il franchi la crête.
A l’aide de l’antenne VHF, je le piste ensuite en vain…


Plus tard, vers 17h00, Isabelle Malafosse du PNC observera distinctement Layrou au Roc des Hourtous dans les Gorges du Tarn.
Et c’est Sébastien Lartique qui donnera l’épilogue de cette journée en voyant notre jeune Gypaète avant la nuit, sur le site de son lâcher dans le Trévezel…

Layrou va bien, il est revenu à bon port, certainement heureux de trouver là un peu de ravitaillement !

Raphaël Néouze – LPO Grands Causses