Actualités

Galerie photo

Une aire artificielle rechargée pour la première fois par des gypaètes

La montagne basque offre peu de falaises et un nombre réduit de nids favorables à la reproduction du gypaète; le nombre de couples présents (3) au Pays Basque est en diminution et leur productivité est beaucoup plus faible que dans les autres régions du massif. Pour ces raisons, durant l’été 2008, une grotte artificielle a été creusée par des spécialistes à l’aide de micro-charges de dynamite et d’un marteau piqueur, dans un ensemble de falaises ne présentant pas de cavité favorable pour les gypaètes (financement DREAL-Aquitaine, mise en œuvre LPO).

Observation extraordinaire d’un jeune gypaète dans le Jura

Suite à l'attaque d'un lynx sur un chamois, Jean Charles Gardavaud est retourné voir l’état de consommation de la carcasse le 19 novembre et est tombé nez à nez avec un grand rapace qui est allé se percher dans un arbre.
Il semblerait qu'il s'agisse d'un jeune gypaète barbu (photos depuis téléphone) en dispersion du coté de Morteau. L’oiseau était encore présent sur la carcasse le 20 novembre.
Des recherches sont en cours afin d’essayer de l’identifier.

Martine Razin

Un rallye pour sauver les vautours d'Afrique

Le 12 Novembre 2016, un rallye premier dans son genre, le VintageAirRally a quitté la Crète en Grèce, en direction du Cap, en Afrique du Sud. Une douzaine d'avions tous construits avant 1940 vont suivre un itinéraire au dessus des plus beaux sites de l'Afrique Orientale. Le voyage entier va durer cinq semaines. En plus de recréer les route des pionniers de l'aviation africaine dans les années 1920, le rassemblement veut également sensibiliser le public pour la conservation des vautours qui sont confrontés à de nombreuses menaces en Afrique. 11 espèces sont concernées dont 4 en danger d'extinction. Pour cela une collecte de fonds au profit de BirdLife International est réalisée. Suivez les aventures de vos équipages favoris et soutenez-les pour sauver les vautours !!
http://vintageairrally.birdlife.org/

Début de la nouvelle saison de reproduction

L’été s’est fini depuis peu et déjà dans le réseau d’élevage de gypaètes, les préparatifs pour la nouvelle saison de reproduction sont à leur maximum. Les gypaètes sont parmi les espèces qui commencent le plus tôt, leur timing étant parfaitement adapté pour faire naître leurs petits au début du printemps, quand beaucoup d’herbivores de montagnes dont ils se nourrissent (quand ils meurent) ont leurs premières naissances, elles mêmes accompagnées de complications. Les gypaètes en captivité ont déjà commencé à s’apparier et ont commencé à réparer ou construire leurs nids.

Suivez les jeunes gypaètes en Corse

Deux jeunes gypaètes (nés en captivité) ont été lâchés à Lozzi (Niolu) en mai 2016, dans le cadre du projet de renforcement de la population. Etant tous les deux équipés d'émetteurs Argos/GPS, vous pouvez suivre leurs déplacements en suivant ce lien.
http://www.gypaete-corse.com/suivez-des-jeunes-gypa%C3%A8tes-en-vol/

Vous pouvez également revoir les tracés des deux jeunes gypaètes (nés en liberté) équipés d'un émetteur et de bagues en 2013 et 2014.

Nouvelles du gypaète YAGA au centre de soins Hegalaldia

Suite au traitement administré au gypaète YAGA depuis plus d'un mois, sa plombémie est redescendue à des niveaux non préoccupants. La plaie au bec est presque résorbée mais le cartilage du sternum est par contre toujours infecté. Une nouvelle radio est prévue afin d'évaluer s'il convient de l'opérer.

Voir l'article précédent de YAGA

Pose de balises sur une ligne électrique à l’aide de drone

Le 5 octobre dans le Villaret du Nial, à Tignes en Savoie, le partenariat entre ENEDIS et le parc national de la Vanoise a permis d’équiper une ligne électrique de balise grâce à un drone. La ligne électrique à proximité de la station de ski de Tignes, au sein des territoires du Gypaète ne peut être atteinte par des méthodes traditionnelles pour poser les balises.

Des images fabuleuses et inédites de gypaètes se colorant le plumage dans les Pyrénées

Dans le but de mieux comprendre le comportement de coloration du plumage chez les gypaètes, Stéphane Duchateau (GOPA) et Ramuncho Tellechea (ONF-64) ont équipé une source ferrugineuse d’un piège photo/vidéographique et nous font profiter de leur expérience : « Les premiers résultats, après plus d’un an de suivi, sont très intéressants. Pas moins de 7 gypaètes adultes (dont 3 couples formés) utilisent régulièrement le site. Les oiseaux, individualisés grâce à une combinaison de critères, sont venus à la source entre 2 et 14 fois chacun (août 2014-décembre 2015). Les gypaètes viennent se colorer isolément, mais aussi accompagnés de leur partenaire dans plus du tiers des cas. Notre matériel a également pu filmer un violent combat pour la « possession » du site entre deux adultes de couples différents. Les visites sont plus fréquentes de fin août à fin octobre, puis en mars au sortir de l’hiver.

Le gypaète YAGA recueilli par le centre de soins Hegalaldia dans les Pyrénées

Le 19 septembre 2016, un gypaète barbu a été retrouvé blessé dans le village d’Arreau (Hautes-Pyrénées). Il avait chuté du toit d’une école sur lequel il s’était perché. Alerté par la LPO, le centre de soins Hegalaldia l’a pris en charge. Cet oiseau était sérieusement blessé par le matériel de suivi (harnais, émetteur VHF, etc.) dont il avait été équipé en Aragon (Espagne) : cet oiseau avait été capturé en 2015 dans le Parc national d’Ordesa y Monte Perdido puis équipé par la Fondacion para la Conservacion del Quebrantahuesos selon une méthode jugée dangereuse par la majorité des biologistes européens en charge de programmes de suivi par émetteur de grands rapaces, qui tiennent à bien éclaircir le sujet.

Pages