Actualités

Suivez par balise GPS les deux Gypaètes lâchés dans les Grands Causses

Galerie photo

Plusieurs empoisonnements de grands rapaces dans l’Aveyron Le(s) coupable(s) courre(nt) toujours

 
L’usage illégal de produits phytosanitaires, pourtant interdits depuis dix ans, continue de semer la mort sur la faune sauvage. Plusieurs cas d’empoisonnements de grands rapaces dans le département de l’Aveyron depuis quelques mois ne sont toujours pas résolus à ce jour, et ce malgré les moyens déployés.
La LPO dénonce la récurrence de ces épisodes d’empoisonnement et demande à ce que tous les moyens soient mis en œuvre pour retrouver le ou les coupables qui semblent agir à dessein.

Calendreto plane...il est à l'ouest !

Après quelques semaines passées à vadrouiller en Auvergne Calendreto, jeune Gypaète relâcher en 2017 en Aveyron, ne s'est pas éternisé sur les Grands Causses. Encore sur le territoire vendredi il a pris, ce week-end, la direction des pyrénées qu'il sillonne depuis. Esperons que l'âme voyageuse, il explore d'autres horizons pour mieux revenir sur les Grands Causses !

Fête de la nature

Le discret Gypaète barbu

Cette année la fête de la nature met à l'honneur le petit, le timide, le discret...l'invisible. Encore peu représenté sur notre territoire et pas toujours évident à observer, le Gypaète barbu sera au cœur des animations proposées par la LPO Grands Causses pour la fête de la nature.

Pas de Gypaète lâché sur les Grands Causses cette année

Depuis 2012, de jeunes Gypaètes sont réintroduits sur le territoire des Grands Causses, entre Lozère et Aveyron à raison d’au moins deux oiseaux par an.
Au grand regret de tous, le lâcher de jeunes gypaètes sur les Grands Causses n’aura pas lieu cette année.

Les oiseaux relâchés proviennent de centres d’élevage spécialisés ou zoos Européens. Malgré toutes les précautions prises par les agents en charge de la reproduction en captivité, des accidents surviennent. L’un des deux oiseaux qui devait être accueilli dans les Grands Causses a subi une grave chute depuis son nid, toujours en vie il n’est cependant pas en état d’être relâché.
Le deuxième oiseau qui devait arriver sur les Grands Causses ne peut être déposé seul aux vues du protocole strict de réintroduction imposant le lâcher simultané d’au moins deux oiseaux. Cet individu rejoindra début mai les oiseaux qui seront réintroduits, dans le cadre du LIFE GYPCONNECT, dans les Baronnies provençales.
 

4e numéro de La plume du LIFE

Actualités du programme de réintroduction du Gypaète barbu

Découvrez le nouveau numéro de la plume du LIFE, lettre d'information du LIFE Gypconnect.  

La plume du LIFE n4.pdf

Bonne lecture !

Le retour du Casseur d'os à Rivière sur Tarn

Tournée de l'exposition, prochainement sur Rivière sur Tarn

Nouvelles dates, nouveau lieu d'accueil pour l'exposition "Le retour du Casseur d'os" présentant le Gypaète barbu et les actions menées pour sa conservation dans le cadre du LIFE Gypconnect.

Du 16 au 30 avril 2018, venez découvrir cette exposition à l'office du tourisme de Rivière sur Tarn.

La commune, porte d'entrée des Gorges du Tarn, vous donne l'occasion de poursuivre la découverte de cette exposition par une observation pleine nature des vautours fauve et moine non moins spectaculaires, planant au dessus des Grands Causses.

Décès de DURZON

Le ciel des Causses endeuillé

Durzon,  jeune Gypaète relâché en 2017 dans les Grands Causses, a été retrouvé mort au milieu d’un champ sur le Causse du Larzac.

La tournée continue pour l'exposition "le Retour du Casseur d'os"

L'exposition migre à la MJC de Millau.

Après être restée un mois à la médiathèque de Saint Affrique, entre inauguration, projection de film et animations proposées pour les scolaires, l’exposition « Le retour du Casseur d’os » du LIFE Gypconnect trouve bientôt un autre lieu d’accueil.

Vous la retrouverez donc à la MJC de Millau du 7 au 26 février.

Une permanence de la LPO vous est proposée le 07/02 de 15h à 17h pour répondre à vos questions ou vous accompagner dans la découverte de l'exposition.

Première naissance dans le réseau d’élevage !

 Il y a quatre jours, le premier jeune Gypaète barbu de l'année a éclos au
centre d’élevage de gypaètes barbus de Richard Fraust, en Autriche.
Comme souvent, c'est arrivé au beau milieu de la nuit, à 4h00, ce 25
janvier. Cela a pris environ une heure et demie au poussin pour éclore par
lui-même.
Ce poussin est le descendant d’un très bon couple reproducteur. Ses
parents sont un mâle de 26 ans, et une femelle de 29 ans.
Ils ont produit 30 œufs entre 2002 et 2017, dont 22 ont éclos et parmi eux,
20 poussins ont survécu. Onze d'entre eux ont été relâchés dans les
différents projets de réintroduction en cours, tandis que les neuf autres ont
été inclus dans le réseau d'élevage en captivité.
Cette femelle est l'une des plus performantes du réseau d'élevage de
Gypaètes barbus, seules deux autres femelles ont été autant productives
(24 et 35 poussins).

Pages