Actualités

Suivez par balise GPS les deux Gypaètes lâchés dans les Grands Causses

Galerie photo

Aux beaux jours, les bonnes baignades

Un magnifique soleil s’est levé ce mercredi 8 juin et a doucement (mais sûrement) réchauffé la vallée. C’est peut-être ce climat doucereux qui a poussé Cayla à s’approcher du bac d’eau mis à leur disposition dans la vire. Mais au lieu de boire elle s’est perchée sur le bord. Après plusieurs minutes d’hésitations, Cayla s’est finalement jetée à l’eau ! Elle s’est alors baignée à grand renforts de coups d’ailes et d’éclaboussures, sous le regard d’Aigoual.
Une fois sortie de son bain, elle s’est ensuite postée en hauteur sur l’un des rochers face au vent et a entrepris la longue tâche de se sécher et d’arranger son plumage.

Laura Grandadam
 

La pose des balises

Lundi 6 juin, en fin de matinée, l’équipe de LPO Grands Causses et du Parc national des Cévennes en charge du suivi des gypaètes barbus a procédé à la pose des balises GPS-GSM sur le dos de Cayla et Aigoual.

La préparation à l'envol

Nos deux petites protégées ont maintenant plus de 100 jours, l’envol n’est plus très loin ! Et pour cause, le samedi 4/06, la plus âgée des deux gypaètes, Cayla, s’est entraînée durant toute la matinée avec beaucoup d’énergie. Plus de 215 battements d’ailes ont été comptabilisés rien qu’en une seule demi-journée ! Les séries de battements et les sauts se sont multipliés et Cayla ne ménage pas ses efforts. Aigoual est un peu plus en retard à ce niveau mais il faut tenir compte des 7 jours de décalage entre les deux gypaètes.

Adonis a rejoint l’Autriche !

Adonis, le mâle Gypaète barbu lâché dans les Grands Causses en mai 2014, a passé l’hiver dans les Baronnies provençales. Il a été observé à de nombreuses reprises par les salariés de vautours en Baronnies et par des observateurs locaux.
Après avoir rejoint les Alpes suisses le 23/05 dernier, il continue sa découverte de l’arc alpin et il a atteint l’Autriche le 28/05.

Des interactions apaisées

Deux semaines après leur lâcher, tout se passe bien pour Cayla et Aigoual au sein de la vire de taquet, dans laquelle elles progressent et évoluent vite. Les deux oiseaux se sont rapidement adaptés à leur environnement et au fait de vivre ensemble.
Pendant les deux premières semaines de cohabitation, Cayla, la plus âgée, avait montré quelques signes d'agressivité et d'intimidation envers Aigoual (coups de becs ponctuels, défense du nid, etc.), de sept jours sa cadette. Désormais, on peut constater des contacts plus sociaux entre les oiseaux ; Aigoual est sollicitée régulièrement par sa sœur, qui lui réclame de la nourriture. Les interactions sont à présent positives et l'entente est enfin trouvée entre les deux sœurs !

Cyriac JARASSIER
Surveillant Gypaète barbu
LPO Grands Causses

Pages