Bilan du comptage des hivernants en janvier 2017

En janvier 2017, après deux hivers exceptionnels, nous retrouvons une situation plus « classique » mais avec des effectifs toutefois encore très importants. Le Massif central, par exemple, compte 2 000 oiseaux de moins que les deux derniers hivers, avec, cependant, près de 1 200 oiseaux. Le Cantal enregistre tout de même son 3e meilleur effectif alors que la pullulation de campagnols s’est totalement effondrée. La Haute-Loire enregistre un record à 450 oiseaux ; les faibles chutes de neige jusqu’au comptage ont favorisé cette situation. L’Ardèche accueille de nouveau plus de 100 oiseaux, effectif dorénavant régulier depuis 5 ans. L’hivernage se maintient à un niveau constant en Crau alors que quelques oiseaux hivernent aussi dans le Var. Si dans le quart nord-est de la France, les effectifs champenois sont faibles (placette de nourrissage non fonctionnelle en Haute-Marne pour cause de grippe aviaire !), la Côte-d’Or reçoit pour la 4e année consécutive un bel effectif avec 136 oiseaux. Plus rare encore, la Franche-Comté dénombre près de 150 oiseaux (3e meilleur dénombrement), et l’Alsace près d’une trentaine d’oiseaux pour la 3e année consécutive. La Corse connait son meilleur comptage avec 541 milans. La coordination dorénavant pleinement efficace en Béarn et au Pays Basque est récompensée par un effectif record dépassant les 2 000 oiseaux pour les Pyrénées-Atlantiques, de nouveau 500 individus dans le Gers et 92 dans les Pyrénées-Orientales. Ainsi, l’ensemble de la chaîne pyrénéenne connait son plus gros total avec 5 550 milans royaux, soit l’équivalent du total national obtenu lors des 4 premières années de comptages simultanés. Au total, ce sont 9 416 milans royaux qui ont été recensés en France cet hiver. Notons aussi l’observation de 6 milans noirs dont 4 sur le seul site de Saint-Flour (dont un juvénile « oriental » (Milvus migrans migrans x Milvus migrans lineatus)) ainsi qu’un adulte de Milan hybride noir x royal (Milvus migrans x Milvus milvus).

 

Un autre jeune Milan noir « oriental » a également été noté en Ariège au cours de l’hiver. Il n’est pas exclu que ces observations soient le signe d’une augmentation de l’hivernage du Milan noir en France, liée d’une part à la sédentarisation d’oiseaux européens mais aussi à l’apport d’oiseaux asiatiques migrant dorénavant par la voie occidentale. A suivre…

  Vous trouverez ici le bilan détaillé par département ainsi que les cartes de l'hivernage ci-contre. 

Nous remercions l’ensemble des bénévoles (dont vous trouverez la liste ici) qui chaque hiver affrontent régulièrement des conditions météorologiques difficiles pour assurer ce comptage et sans qui rien ne serait possible.

Merci à Margaux Boyer pour son aide précieuse à la réalisation de cette synthèse nationale.

Au cas où des erreurs se seraient glissées dans ce bilan, nous nous en excusons d’avance et vous invitons à nous les signaler au plus vite.

Romain Riols (LPO Auvergne), Margaux Boyer et Fabienne David (LPO Mission rapaces)