Nouveau cas de mortalité en Chaîne des Puys

Encore un adulte nicheur mort en Chaîne des Puys : le mâle du site des Bourelles à Orcival a été retrouvé mort par des habitants d’un village voisin vendredi 31 octobre !
Il était né le 21/06/2010 à Vernines, à seulement deux kilomètres de là où il nichera ensuite. Il hivernera dès son deuxième hiver en chaîne des Puys à la faveur de l’année de pic de pullulation des campagnols terrestres. Il passera au travers des empoisonnements cet hiver là et s’installera dès le printemps de sa "3A" avec une femelle "3A" elle-aussi, marquée JR/VV sur le site des Bourelles, dans une grande sapinière. Par chance, nous trouvons le nid dans un grand sapin pectiné le 09/05/2012. Ce printemps, beaucoup de parcelles sont encore traitées à la bromadiolone dans les environs du site mais ce jeune couple est chanceux et il élèvera deux beaux jeunes marqués JR/NR et JR/NJ. Ces deux oiseaux sont toujours vivants à l’heure actuelle et régulièrement contrôlés dans le secteur... La relève est assurée ! En 2013, printemps abominable, le couple est toujours présent mais il échoue comme la quasi totalité des couples alentours. En 2014, nous observons seulement le mâle, cantonné tout le printemps... il ne semble pas y avoir de reproduction mais la femelle réapparait en juillet dans le dortoir de non nicheurs tout proche ! Ils ont sans doute tenté une reproduction discrètement, dans un nouveau nid... Ses deux derniers contrôles remontent au 23/10/14 par Yvan Martin au dortoir tout proche, et les 8, 20 et 22/10, il était vu en chasse proche de son site de reproduction. Morgan Boch réussira d’ailleurs de belles photos du défunt le 08/10, soit trois semaines avant sa mort.
Les mauvaises nouvelles s’enchainent sur cette zone d’étude de la Chaîne des Puys : deux saisons de reproduction catastrophiques, après deux années de traitement à la bromadiolone ; deux jeunes empoisonnés au nid ce printemps ; un dortoir de 25 oiseaux seulement alors qu’il devrait y en avoir plus de 50 à 70 à cette date ; beaucoup d’adultes nicheurs expérimentés ont été remplacés par des jeunes oiseaux... Bref, combien de temps avant un effondrement de l’effectif nicheur !?
Sébastien Heinerich et Romain Riols, LPO Auvergne