Nouvel arrêté bromadiolone...

 ... et déjà 5 cadavres de milans royaux découverts en Auvergne avec suspicion d'empoisonnement. Seuls deux de ces cadavres ont été collectés. Ils ont été confiés cette semaine à l'ONCFS pour autopsies et analyses toxicologiques. En cette période où les milans royaux se regroupent en dortoirs, la LPO Auvergne redoute de nouveaux cas de mortalité et appelle ses bénévoles à prospecter les secteurs traités fréquentés par les milans royaux (voir faune Auvergne).

Pour rappel, ce nouvel arrêté reglementant l'usage de la bromadiolone dans le cadre de la lutte contre les campagnols (arrêté du 14 mai 2014) étend désormais l'usage de cet anticoagulant très toxique au campagnol des champs et au campagnol provençal (en plus du campagnol terrestre) ainsi qu'au campagnol souterrain et au mulot sylvestre lorsqu'ils se trouvent en mélange avec l'une des trois espèces précitées. Avec l'extension d'usage de cet anticoagulant, les zones à risque pour la faune sauvage non cible couvrent désormais l'ensemble du territoire national.

Une vigilance renforcée est de mise : la LPO encourage le réseau Milan royal à renforcer la surveillance sur le terrain dans les secteurs traités à la bromadiolone.

En cas de découverte d'un Milan royal mort (ou toute autre espèce sauvage), alertez la LPO ou l'association de protection de la nature de votre département ou région ainsi que la garderie de l'ONCFS .

Retrouvez les explications de l'ONCFS dans sa lettre d'octobre (pages 5-7).